Combien coûte réellement votre prêt?

Publié le 17/11/2017 à 08:00

Combien coûte réellement votre prêt?

Publié le 17/11/2017 à 08:00

Par Institut québécois de planification financière

Rien (ou presque) n’est gratuit dans la vie et cela s’applique aux emprunts. Aussi, lorsque vous contractez un prêt, il est important d’en comprendre les conditions!


Nominal ou effectif?


D’abord, il est important de connaître la différence entre le « taux d’intérêt nominal » et le « taux d’intérêt effectif ».


Le taux d'intérêt nominal correspond au taux d'intérêt affiché par les institutions financières ou, tout simplement, au taux convenu au moment d’effectuer l’emprunt. Le taux d’intérêt effectif est celui que vous payez réellement. Plusieurs variables peuvent faire en sorte que votre taux effectif diffère du taux nominal, dont la fréquence de capitalisation.


Fréquence de capitalisation


La fréquence de capitalisation des intérêts, c’est le nombre de fois dans l'année où les intérêts sont capitalisés. En placement, il s’agit donc de générer des intérêts sur les intérêts gagnés. En emprunt, c’est l’inverse, c’est-à-dire qu’on va payer des intérêts sur les intérêts à payer. Ainsi, lorsqu’on « capitalise » les intérêts, on les ajoute ou on les soustrait au montant investi ou emprunté, et ils sont alors eux-mêmes soumixs aux intérêts.


Lorsque les intérêts sont capitalisés plus d’une fois dans l’année, le taux d’intérêt effectif devient plus élevé que le taux d’intérêt nominal.


Prenons par exemple un prêt avec un taux d’intérêt nominal annuel de 4 %. Si la fréquence de capitalisation est d’une fois par année, le taux d’intérêt effectif annuel sera identique au taux d’intérêt nominal. Cependant, si la capitalisation est effectuée 2 fois par année, le taux d’intérêt effectif annuel augmente à 4,04 % par année. Ainsi, le coût réel du prêt est de 4,04 %. Plus la fréquence de capitalisation est élevée, plus le taux effectif sera élevé. 


Types de prêts


La plupart des prêts sont réglementés au Canada par la Loi sur l’intérêt et au Québec par le Règlement d’application de la Loi sur la protection du consommateur.


• Les hypothèques au Canada sont toutes capitalisées semestriellement (2 fois par année), à l'exception des hypothèques à taux variable où la fréquence de capitalisation est aux mois.


• En ce qui concerne les prêts personnels ou les achats-locations, ils ont toujours une fréquence de capitalisation mensuelle (12 fois par année).


• Les cartes de crédit ont aussi une fréquence de capitalisation mensuelle (12 fois par année). Les intérêts sont calculés quotidiennement, mais sont portés au solde du prêt une fois par mois. Pour éviter de payer les intérêts sur une carte de crédit, il faut payer le solde en totalité avant la date prévue sur le relevé de comptes.


Pour différents types de prêts, voici comment diffère le taux d’intérêt effectif annuel du taux d’intérêt nominal annuel en fonction de la fréquence de capitalisation:


•Une hypothèque à 3,00 % capitalisée deux fois par année (semestrielle) coûte en réalité 3,02 %;


• Un prêt personnel à 7,00 % capitalisé 12 fois par année (mensuelle) coûte en réalité 7,23 %;


• Une carte de crédit à 19,00 % capitalisée 12 fois par année (mensuelle) coûte en réalité 20,75 %.


Assurez-vous de bien prendre connaissance des conditions de votre prêt et de faire la différence entre le taux nominal et le taux d’intérêt annuel équivalent. C’est particulièrement important pour les prêts de courte durée émis par des compagnies privées : prêts de deuxième chance, prêts rapides, sans consultation de crédit… Ces prêts ont aussi des taux d’intérêt nominaux et des taux d’intérêt effectifs, mais certaines compagnies peuvent charger des taux pouvant aller jusqu’à 30 %, et si on y ajoute les frais de courtage et autres, le taux d’intérêt effectif peut aller jusqu’à 300 %. Alors si vous devez emprunter, empruntez prudemment!


David Truong, CIWM, Pl. Fin., M. Fisc.


 

Sur le même sujet

Le cadeau empoisonné du patron

12/12/2017 | Daniel Germain

BLOGUE. Des avantages offerts par l’employeur sont parfois accompagnés d’une note fiscale salée. Faut-il les refuser?

Fini les excuses: voici trois façons de rédiger son testament

08/12/2017 | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. Il y a toujours des excuses pour ne pas faire son testament, mais pas pour 58% des Québécois...

À la une

Attention aux conseils du beau-frère

Édition de Novembre 2017 | Simon Diotte

Il roule en grosse voiture, occupe un poste de cadre, porte la cravate et parle d'investissement d'un ton ...

La Fed relève ses taux pour la 3e fois

14:01 | LesAffaires.com et AFP

Robuste croissance, faible taux de chômage, relance fiscale: la banque centrale américaine a réagi comme prévu.

Les syndicats prévoient une guerre de tranchées entre Boeing et Bombardier

13:09 | Julien Arsenault, PC

À six jours d'une décision de Washington sur la CSeries, les représentants des travailleurs se montrent pessimistes.