Cellulaire: trouver un forfait intelligent

Publié le 26/10/2017 à 08:00

Cellulaire: trouver un forfait intelligent

Publié le 26/10/2017 à 08:00

C’est une révolution, aurait dit Steve Jobs: moins de deux mois après la sortie du iPhone 8, Apple lancera en novembre le téléphone intelligent le plus cher de tous les temps, le iPhone X, dont le modèle de base se vendra 1319$ plus taxes au Canada.


Ses concurrents ne sont pas loin derrière: le Galaxy Note8 de Samsung est offert à 1300$ depuis septembre, tandis que Google vient d’offrir le Pixel 2 au prix de 899$ et s’apprête à inaugurer le Pixel 2 XL (1159$).


À ce prix, plusieurs consommateurs qui rêvent du joujou dernier cri choisissent de le «financer» en signant une entente de deux ans avec leur fournisseur de services de télécommunications. Mais en fin de compte, est-ce vraiment avantageux? «Aucun téléphone n’est gratuit, dit Sylvie De Bellefeuille, avocate et conseillère budgétaire chez Option Consommateurs. Ça vaut la peine de calculer ce que le téléphone et l’abonnement vous coûteront sur deux ans.»


Par exemple, financer un appareil iPhone 8 (en version 64 G) en signant une entente de deux ans avec Fido, Rogers ou Telus revient à peine moins cher que l’achat du téléphone sans entente, selon nos calculs. Pour avoir le téléphone au meilleur prix, il faut choisir un forfait généreux d’au moins 6 ou 7 Go par mois, ce qui représente un budget variant entre 69$ et 95$ par mois plus taxes, selon le fournisseur (sans compter les frais d’activation, la carte SIM, etc.). Au bout de 24 mois, la facture totale ne sera que de 1% à 3,9 % moins chère que si vous aviez acheté le même iPhone 8 à son plein prix.


Mais si vous consommez peu de données – si 1 ou 2 Go par mois vous suffisent –, vous n’avez pas intérêt à signer un contrat de deux ans afin de mettre la main sur un modèle récent : les trois fournisseurs que nous avons contactés (Fido, Rogers et Telus) n’offrent aucun rabais sur l’achat du iPhone 8 avec un «petit» forfait de 1 ou de 2 Go par mois. En revanche, les mensualités liées à l’utilisation de données tourneront autour de 50$ plus taxes, voire moins. Et comme vous n’êtes pas lié par une entente, vous êtes dans une meilleure position pour négocier le prix de vos données en tout temps. 


Forfaits complexes


Si vous choisissez de financer votre appareil au moyen d’une entente de deux ans, préparez-vous à une pénible séance de magasinage de forfait : les options sont tellement variées que l’exercice tourne vite au casse-tête. «Le problème, c’est qu’il est pratiquement impossible de comparer des pommes avec des pommes», note Sylvie De Bellefeuille.


En effet, il y a environ 2500 combinaisons de forfaits de mobilité incluant un téléphone au Canada, dont le tiers au Québec, souligne Guillaume Marcade, cofondateur de PlanHub. Ce site, qui permet de comparer les forfaits de données en un ou deux clics, a d’ailleurs été conçu dans le but de guider les consommateurs canadiens dans le choix d’un forfait de données, dit-il.



« Les prix varient énormément et bougent toutes les semaines. On ne sait pas si c’est volontaire, mais on observe que les opérateurs rendent le magasinage de plus en plus complexe. »


Comme si ce n’était déjà pas assez compliqué, certains fournisseurs proposent des forfaits modulables : un téléphone plus cher avec un forfait moins cher, ou l’inverse. De façon générale, quelle est l’option la plus généreuse? Réponse plate : ça dépend. «En général, ça s’équivaut, dit Guillaume Marcade. Les prix suivent un principe de vases communicants faisant en sorte qu’il y a pas d’écart en fin de compte. Mais ce n’est pas toujours le cas.» 


On ne s’en sort pas : il faut évaluer ses besoins en termes de données et calculer le prix des 24 mensualités, ajoute Sylvie De Bellefeuille. «C’est du cas par cas.»


Chose certaine, attention à ne pas prendre un forfait trop généreux pour vos besoins, conseillent les spécialistes. Pour les déterminer, c’est simple : sortez vos relevés des précédents mois et regardez votre consommation moyenne mensuelle.


Enfin, avez-vous vraiment besoin du téléphone dernier cri? demande Sylvie De Bellefeuille. «Si vous arrivez à la fin de votre contrat, par exemple, vous serez en bien meilleure position pour négocier un forfait à bon prix en arrivant avec votre ancien appareil, tant qu’il fait le travail et que vous pouvez y installer les dernières mises à jour.»


À quoi correspond 1Go?


Les Mo (méga-octets) et Go (giga-octets, sachant que 1Go = 1024 Mo) correspondent au volume de données Internet que vous pouvez consommer tous les mois sur les réseaux mobiles. Au Québec, la plupart des fournisseurs de télécoms offrent des forfaits allant de 500 Mo à 16 Go. Voix, messages textes, musique, vidéos, navigation sur Internet : à quoi cela correspond-il? Il existe peu d’information fiable à ce sujet (tout est fonction du poids des applications utilisées, des sites Internet visités, du nombre de pièces jointes dans un courriel, etc.). Un blogue britannique spécialisé dans les télécommunications a néanmoins fait l’exercice.


Avec 1 Go :


5 heures de télévision en streaming


ou


72 heures de navigation sur Internet


ou


20 heures de vidéos de chats (courtes vidéos) sur YouTube


ou


recevoir ou envoyer 30 000 courriels sans ou avec une seule pièce jointe de taille normale


Source : Mobilephones.com


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Perd-on à utiliser le RAP?

16/01/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Qu’est-ce qui est le plus avantageux à long terme, utiliser le régime d’accession à la propriété ou non ?

Se refaire une réputation sur le Web, c’est combien?

15/01/2018 | Nafi Alibert

Des entreprises nettoient la réputation entachée de particuliers sur la toile. Combien coûtent leurs services?

À la une

Le marché du carbone favorise les entreprises québécoises

18/01/2018 | François Normand

«À terme, le marché du carbone rendra les entreprises du Québec plus compétitives.»

La Cage: les points forts de l’assemblée, l’action grimpe de 16%

Le bénéfice a crû de 20% au premier trimestre et Sportcene devrait renouer avec sa rentabilité de 2014 bientôt.

Supergrappes: les gagnants connus à la mi-février

18/01/2018 | Denis Lalonde

Des neuf supergrappes finalistes, deux proviennent du Québec.