Entrepreneurs : assurance invalidité ou maladie grave?

Publié le 16/11/2011 à 09:24

Entrepreneurs : assurance invalidité ou maladie grave?

Publié le 16/11/2011 à 09:24

Par Léonie Laflamme Savoie

Si l'assurance maladie grave ne remplace pas nécessairement l'assurance invalidité, elle lui est souvent préférée par la clientèle entrepreneuriale.


Pourquoi est-ce qu'un chef d'entreprise préfèrerait payer pour un produit d'assurance maladie grave, beaucoup plus coûteux, que pour une assurance invalidité? La réponse se trouve au cœur du tempérament entrepreneurial, selon Gino Savard, président de MICA Services financiers.


« Prenons l'exemple d'un professionnel qui travaille à son compte. S'il fait une crise cardiaque et qu'il a besoin d'un triple pontage, il devra attendre plusieurs mois avant de se faire traiter au Québec, explique-t-il. Or, il ne peut pas s'abstenir de travailler durant toute cette période. Avec une assurance maladie grave, il pourra prendre la somme d'argent qui lui sera versée, sauter dans un avion et aller se faire soigner ailleurs. »


De plus, l'entrepreneur ne peut se permettre de perdre plusieurs mois de travail, il aura donc tendance à réduire au minimum son temps de convalescence. Avec une assurance invalidité, un client peut avoir à attendre quelques mois avant de commencer à recevoir ses premières prestations mensuelles.


« Je travaille moi-même à mon compte, raconte Patrick Ducharme, vice-président et copropriétaire de De Champlain Groupe financier. Je devrais être très malade pour envisager de ne pas rentrer au bureau durant plusieurs jours. Pour que j'accepte de m'absenter de trois à cinq mois, il faudrait que je sois atteint d'une maladie sérieuse, qui risque d'être couverte par une assurance maladie grave. »


Gino Savard, également entrepreneur, abonde dans le même sens : « L'assurance maladie grave c'est pour quelqu'un qui ne peut pas se permettre d'arrêter de travailler. Pour plusieurs entrepreneurs, deux choix s'offrent : tu meurs ou tu travailles! »


L'assurance invalidité est assez répandue, notamment chez les travailleurs salariés pour qui elle représente surtout une assurance salaire : « L'assurance invalidité, c'est une protection de son revenu, indique Patrick Ducharme. Si demain je ne suis plus capable de gagner ma vie, j'ai besoin d'une protection pour remplacer revenu que j'étais normalement capable d'amener. »


Souvent qualifiée de « bien de luxe », l'assurance maladie grave représente davantage une protection du style de vie du client : « La maladie grave ne remplace en aucun point l'assurance invalidité, souligne Gino Savard. C'est un produit utile pour le client fortuné qui a déjà une bonne couverture contre l'invalidité, mais qui souffrirait beaucoup à la suite d'une maladie grave qui ne le tuerait pas. »


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

Sur le même sujet

Great-West: une vente mal reçue, l'action perd 5%

Les investisseurs craignent que l'assureur-vie achète un autre gestionnaire de fonds pour rentabiliser Putnam.

Immobilier: cinq trucs d'assurance pour améliorer vos rendements

07/01/2019 | Yvan Cournoyer

BLOGUE INVITÉ. En contrôlant vos dépenses d’assurance, vous pouvez augmenter la valeur de vos immeubles.

À la une

SNC-Lavalin dévoile une perte de 1,6G$, coupe son dividende

Mis à jour il y a 3 minutes | Denis Lalonde

SNC-Lavalin a fait état d’une perte nette de 1,6 milliard $ (G$) au 4e trimestre, soit l’équivalent de 9,11$ par action.

À surveiller: Loblaw, Valener et Gildan

Que faire avec les titres de Loblaw, Valener et Gildan? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de Loblaw déçoivent, l'action perd 5%

Mis à jour le 21/02/2019 | Dominique Beauchamp

Sans l'effet de l'inflation, les ventes par magasin comparable de Loblaw reculent de 0,2%.