Assurance en ligne: désastre en vue?

Publié le 26/02/2018 à 13:39

Assurance en ligne: désastre en vue?

Publié le 26/02/2018 à 13:39

Par Conseiller

Photo: 123rf.com

À moins qu’il ne soit modifié, le projet de loi 141 risque d’engendrer «des conséquences désastreuses» pour les particuliers, met en garde le Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec (RCCAQ).


Dans un communiqué émis jeudi, le RCCAQ «réitère l’importance de protéger le patrimoine financier du consommateur en rendant obligatoire l’intervention d’un représentant certifié dans le processus d’achat de police d’assurance ». Faute de quoi, M. et Mme Tout-le-monde s’exposeront à «des conséquences désastreuses, notamment lors de réclamations après un sinistre».


Le syndicat professionnel, qui regroupe quelque 4200 courtiers répartis dans 500 cabinets et succursales à travers la province, dit «appuyer le processus de modernisation du cadre législatif de la distribution de produits d’assurance de dommages». En revanche, il dénonce «le fait que ce processus se fasse au détriment du consommateur».


«Modernisation et protection doivent aller de pair»


«Le gouvernement doit garantir aux consommateurs un mode de distribution qui assure les plus hauts niveaux de protection. Une maison, une auto ou un chalet sont, pour un grand nombre de citoyens, les biens les plus précieux de leur patrimoine financier », souligne Christopher Johnson, président du RCCAQ.


Or, ce dernier estime que si le projet n’est pas modifié, la nouvelle loi « permettra aux clients de se procurer leur assurance habitation ou automobile par Internet sans qu’un représentant en assurance, tel qu’un courtier, ne les ai accompagnés ».


« Certifiés, formés en continu et régis par un code de déontologie strict, ces professionnels agissent comme filet de sécurité dans toute transaction d’assurance de dommages, de telle sorte que la responsabilité de l’achat ne repose pas uniquement sur les épaules du consommateur. Pourtant, ce principe de base est à la veille d’être mis à mal », argumente le Rassemblement.


«Notre rôle est de défendre les consommateurs»


À l’appui de ses dires, le RCCAQ cite un sondage publié en 2016 par la Chambre de l’assurance de dommages. Réalisée en ligne par la firme Léger auprès de 500 Québécois âgés de 18 ans et plus, cette enquête d’opinion montrait que 76% des personnes interrogées trouvaient l’assurance de dommages complexe.


Ce texte a été publié par Conseiller


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Les bonnes raisons de souscrire une assurance vie

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi devrait-on souscrire une assurance vie? Voici des raisons qui pourraient en justifier l’achat.

Un tournant pour le secteur Insurtech québécois

13/08/2018 | Finance et Investissement

La loi 141 représente «un important pas en avant pour l'industrie québécoise Insurtech», estime Norton Rose Fulbright.

À la une

Entrepreneurs, osez vous surpasser!

BLOGUE INVITÉ. Du haut de ses 90 ans, Philippe de Gaspé Beaubien II peut encore captiver les audiences.

Universitas en rappel

BLOGUE. Pourquoi pas une dernière chanson sur les REEE et Universitas. Musique!

Loi PACTE: la France questionne l'utilité sociale des entreprises

BLOGUE. La France étudie le statut d'entreprise à mission sociale. Montréal tient un sommet du leadership conscient.