Communauto passe la vitesse supérieure grâce à deux investisseurs!

Publié le 28/09/2016 à 11:38

Communauto passe la vitesse supérieure grâce à deux investisseurs!

Publié le 28/09/2016 à 11:38

Le constructeur automobile français Groupe PSA a annoncé mercredi une prise de participation minoritaire dans Communauto, le spécialiste québécois de l'autopartage.


L'investissement s'effectue conjointement avec le fonds MacKinnon Bennett & Co, établi à Montréal. et œuvrant dans le secteur des énergies renouvelables et des villes intelligentes. Il devrait permettre à Communauto, qui exploite environ 2000 véhicules et qui est présent à Paris avec 130 voitures, de prendre de l'expansion en plus d'accélérer sa stratégie d'électrification.


Benoît Robert, président fondateur de Communauto, développe: « Cette alliance stratégique nous associe à un grand constructeur mondial ainsi qu'à un important acteur financier du secteur des énergies renouvelables et des services d'infrastructure urbaine. La combinaison de notre savoir-faire, du capital et d'une base industrielle nous donnera enfin les moyens de nos ambitions.»


Dans un mot envoyé aux abonnés du service, il ajoute: «Souvent qualifié de « géant silencieux » dans l’industrie, Communauto ne le sera plus autant. Nos ambitions seront dorénavant mondiales. Ma plus grande fierté, c’est de savoir que nous disposerons désormais des moyens de nos ambitions mais que tout cela se fera dans le respect de notre mission première. (...) Communauto est une entreprise à vocation sociale, urbanistique et environnementale et le restera. (...) Nous pouvons nous féliciter d’avoir développé au Québec un modèle d’autopartage à peu près unique qui a su inspirer les villes et de nombreux acteurs de la mobilité un peu partout sur la planète. (...) [Cette nouvelle] ne signifie pas que nous négligerons le Québec pour autant. Les nouvelles ressources dont nous disposerons nous permettront d’augmenter notre offre et d’améliorer nos outils, tout en poursuivant notre ambitieuse stratégie d’électrification d’une partie importante de notre parc Auto-mobile à Montréal sur un horizon de 5 ans. L’objectif est de demeurer le joueur dominant au Québec.» 


Pour PSA, ce partenariat avec l'acteur historique de l'autopartage en Amérique du Nord s'inscrit dans le cadre d'un plan stratégique en deux phases: répondre aux différentes attentes de mobilité des clients (notamment avec l'autopartage) et s'orienter vers le marché de l'Amérique du Nord avec une offre de services de mobilité.


Brigitte Courtehoux, directrice de la business unit services connectés et nouvelles mobilités du Groupe PSA, explique: « La révolution de la mobilité, opérée par les changements d'utilisation et de mode de consommation de nos clients, transforme notre écosystème. Dès à présent, nous avons la capacité à fournir une gamme complète de services ainsi que des moyens de mobilité adaptés aux besoins de chacun. La stratégie de Communauto se trouve au cœur de ce changement de paradigme. »


Communauto, qui a vu le jour en 1994, est présent dans sept villes au pays, dont Montréal, Québec, Sherbrooke et Gatineau. Le Groupe PSA, qui possède notamment les marques Peugeot et Citroën, a annoncé son entrée au capital de Communauto dans le cadre d'un événement qui se tenait à Paris.


L'entreprise québécoise a également confirmé la nouvelle en conférence de presse dans la métropole.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: