Le vélo qui révolutionne la façon de faire du vélo

Publié le 02/05/2016 à 11:06

Le vélo qui révolutionne la façon de faire du vélo

Publié le 02/05/2016 à 11:06

Par Julien Abadie

Pour trouver une bonne idée, il suffit souvent de regarder autour de soi et de se demander: «Quel objet n'a pas évolué depuis longtemps?» C'est peut-être ainsi que les Rennais Johan Le Bon, Alexis Honoré et Alban Haloche en sont venus à imaginer ce drôle d'engin appelé Trocadero-fixie.





Au fond, le vélo n'a subi que très peu de changements radicaux ces dernières années. Tous possèdent un cadre, un guidon, deux roues et une selle, et ne se différencient qu'à la marge (poids, position de conduite, design, confort, passage de vitesse automatique, moteur électrique...).


Ce que ces trois Bretons proposent, c'est une autre approche, une toute autre ergonomie, une autre manière de faire du vélo en somme. Le principe? Un cadre désarticulé et donc capable de pivoter sur son axe. Muni d’un système de roulements avec une butée, ce système autorise les déhanchements dans les virages ou même en ligne droite.


«On se demandait comment créer un vélo qu’on ne peut pas se faire voler, s'amuse Alban dans Le Mensuel de Rennes. Avec celui-là, le voleur tomberait au bout de 50 cm ! Il faut la technique. Mais je peux l’enseigner en dix minutes.»


Le jeune boulanger poursuit: «C’est fun, on peut faire des figures à 360° sur une toute petite surface. Les braquages sont plus aigus que sur un vélo normal. Je vais tous les jours au travail avec. Mais je déconseille pour la balade de plus de 5 km...»


Heureusement les Bretons ont pensé à tout: dans le cas de plus longs trajets, la fonction désarticulée est débrayable! Avec une simple goupille, le Trocadero-fixie redevient instantanément une simple bicyclette. Ingénieux.


Effet garanti


Les trois inventeurs ont investi 6000 € dans ce projet (soit quelque 6900 $CA). «Cela faisait plusieurs années que le prototype était au fond du garage chez Johan (Le Bon), raconte Alban dans le Télégramme de Brest. C'est son oncle qui en avait eu l'idée. Un jour, je lui ai demandé de ramener son vélo trop bizarre sur Rennes, je ne le regrette pas... »


Autant dire qu'on ne passe pas inaperçu au guidon de ce vélo d'un genre nouveau. «À pied ou en voiture, les gens qui me voient au guidon de mon Trocadero sont bluffés, continue Alban. L'autre jour, un papy est venu à ma hauteur en me disant que ma roue était voilée. Le coup d'avant, j'étais passé devant les gendarmes, je ne vous raconte pas leur tête...»


Lui-même cycliste professionnel pour l'équipe FDJ, Johan Le Bon donne son ressenti de spécialiste, toujours dans Le Télégramme: «Dans les virages, à 50 km/h, on se retrouve un peu dans la peau d'un pilote de moto avec le genou près du sol, avec l'impression de glisser sur la route. On ne peut pas comparer avec un vélo classique.»


La cible des trois jeunes hommes? Les fans de sports extrêmes pour le moment, mais aussi la clilentèle urbaine d'amateurs de fixies. « On a des contacts avec Red Bull, ils attendent de voir la vidéo qu’on va produire avec le Trocadéro, expliquait Alban il y a quelques semaines. On passera à la vitesse supérieure si elle fait le buzz. On créera alors un site avec une plateforme d’achat. »


Depuis, leur vidéo a buzzé et la bande de copains a du passer à la vitesse supérieure: 30 Trocadero-Fixie sont dores et déjà en production...

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Comment une jeune femme de 29 ans a ressuscité cette marque québécoise de manteaux

01/11/2016 | Chloé Machillot

Audvik, c'est 200% de croissance par an et un chiffre d’affaire passé de 100000$ en 2011 à 1M$ cet automne.

Les PME pourraient sauver des dizaines de milliers $ par an

24/10/2016 | AFP

Il suffirait de quelques mesures simples et au coût vite amorti.

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?