Garantir la pérennité avec l’assurance agroalimentaire

Publié le 19/09/2018 à 10:57





L’agroalimentaire est un moteur de l’économie québécoise et un secteur où les champs d’activités sont multiples. De la production à la distribution en passant par la transformation, il faut une couverture qui vous protège sur tout et en tout temps.


C’est le cas, par exemple, des équipements qui sont nombreux et essentiels. Il est donc primordial de se munir d’une protection bris d’équipements pour couvrir l’ensemble des compresseurs, systèmes de refroidissement, réfrigérateurs ou congélateurs que l’on possède. Comme ces équipements proviennent souvent des États-Unis ou de l’Europe, ils coûtent très cher et peuvent être longs à réparer ou à remplacer. Il est aussi important d’ajouter la perte de revenus à cette protection.


Si vos produits sont périssables et qu’ils ne sont plus vendables à la suite d’un bris d’équipements, la protection perte indirecte couvre la valeur des produits perdus. Par exemple, si vos produits congelés ne sont plus bons à la suite d’un bris de votre système de congélation, la perte de nourriture et de revenus est couverte par cette protection.


En quoi consiste l’assurance contre le rappel de produits ?


Il existe une petite extension de garantie qui s’appelle « rappel de produits », offerte avec les polices d’assurance destinées à l’industrie agroalimentaire. Celle-ci se limite aux coûts reliés à l’enlèvement des produits des tablettes et à leur destruction. Sachez qu’il est possible d’avoir un contrat distinct de rappel de produits avec des protections beaucoup plus larges et mieux adaptées à votre réalité.


En plus des coûts reliés au transport et à la destruction de vos produits, il est possible d’obtenir les protections suivantes :


1) La valeur de vos produits rappelés;


2) Le coût relié au nettoyage de vos installations afin de prévenir une éventuelle contamination;


3) La perte de revenus associée à ce rappel;


4) Les frais reliés à la gestion de crise. Vous pouvez ainsi avoir accès à une équipe de professionnels qui défend vos intérêts, votre image de marque et assure la continuité de vos opérations à la suite d’un incident majeur;


5) La responsabilité liée au rappel de produit d’un tiers, pour lequel vous êtes un fournisseur.


En général, on s’assure en vue d’un rappel imposé par les gouvernements. Cependant, vous pouvez ajouter la protection du rappel volontaire effectué par vous-même.


Dans le domaine agroalimentaire, on ne peut éviter la responsabilité civile.


En effet, les risques principaux sont les dommages que vous pouvez causer chez les consommateurs qui peuvent aller jusqu’à entraîner la mort et vous faire subir des poursuites importantes. Afin de protéger les actifs et la pérennité de votre entreprise, il est important d’avoir une limite d’assurance adéquate. Si vous vendez aux États-Unis, il est important de spécifier que la plupart des contrats sont en dollars canadiens. Votre protection est donc affectée par le taux de change de 15 à 30 %. C’est pourquoi nous conseillons une limite minimale de 5 millions $ et l’ajout possible d’une assurance de type Umbrella en cas de catastrophe. En matière de responsabilité civile, on ne sait jamais jusqu’où ça peut aller.


© Olivier Samson Arcand / OSA


En agroalimentaire, les règles sont nombreuses et incontournables pour protéger les consommateurs. Mais il faut, de votre côté, protéger chacune des étapes de transformation de votre produit tout en assurant votre efficacité opérationnelle. Chez Lareau, Claudia Lahaie, notre courtier spécialisé en agroalimentaire, est là pour vous aider à trouver une couverture qui correspond à tous vos besoins. Pour en savoir plus, communiquez directement avec elle à https://lareau.ca/equipe/claudia-lahaie.

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Republik ne veut que des clients générant un impact positif

BLOGUE. Certaines entreprises filtrent leurs fournisseurs. L'agence de communication Republik filtrera ses clients.

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.

Quatre recrues de poids pour Lightspeed, dont Patrick Pichette

Lightspeed a recruté 4 nouveaux membres à son conseil d’administration, incluant l’ex CFO de Google, Patrick Pichette.