La marche la plus haute

Publié le 08/03/2018 à 13:58

Jean-Sébastien Lemire, Directeur général, CKOI Participant au programme «Penser, contribuer et agir comme un dirigeant»

Jean-Sébastien Lemire est probablement dans les mêmes souliers que bien des gestionnaires de haut niveau pour qui on entrevoit une entrée éventuelle au sein du comité de direction de leur entreprise ou de leur organisation. Pour celui qui porte le double chapeau de directeur général de la populaire station radiophonique montréalaise CKOI et de directeur de la programmation à la station The Beat, toutes deux propriétés de Cogeco Média, cette prochaine étape de son ascension professionnelle s’annonçait comme une suite logique et sans surprises à ce métier de gestionnaire qu’il exerce depuis des années. « Dans ma tête, que tu gères au premier niveau, au second niveau ou au troisième niveau, tu gères toujours! », résume M. Lemire à ce propos. Il n’aura fallu que cinq journées et deux soirées, le temps que dure la formation « Penser, contribuer et agir comme un dirigeant », offerte par l’École des dirigeants de HEC Montréal, pour le convaincre du contraire…


Intrigué par l’intitulé de cette formation, encouragé par ses supérieurs chez Cogeco et poussé par la curiosité et les défis à venir, Jean-Sébastien Lemire a tenté le coup. « Passer du niveau d’un gestionnaire d’une unité d’affaires à celui de dirigeant, ça peut paraître simple. Mais derrière cette transition de poste se cache une seconde transition, celle de l’état d’esprit, qui est importante. Pour ma part, j’étais plus ou moins conscient de cela », avoue l’homme de radio.


La prise de conscience


À peine sorti il y a quelques mois de ce programme de formation, Jean-Sébastien Lemire estime avoir complètement changé sa façon de voir et de faire les choses : « J’ai réalisé que ma perception du métier de gestionnaire était très orientée par le travail que je fais à l’heure actuelle. En fait, j’avais une vision très verticale des choses. Mais cette perception n’est absolument pas adaptée à la perspective horizontale, une perspective essentielle au prochain niveau de gestion que je vise. Lorsque j’ai réalisé cela avec les formateurs et les intervenants lors de la formation, j’ai compris qu’il fallait que je change ma vision des choses. »


Entrer au comité de direction demande en effet une toute autre façon de gérer. Plus question (ou moins question, à tout le moins!) de s’immiscer dans le quotidien des activités, dans le tourbillon du niveau opérationnel de l’organisation. Il faut désormais s’élever au-dessus de la mêlée, scruter l’horizon comme le ferait tout bon capitaine de navire, question de voir venir au loin les tendances de l’environnement, les occasions d’affaires tout comme les éventuels problèmes, et réfléchir à tout cela. Et pour ce faire, une seule manière d’y parvenir : s’accorder du temps!


Le temps, la plus précieuse des ressources


Au-delà des enseignements théoriques et pratiques prodigués par les enseignants de HEC Montréal et les dirigeants d’entreprises ou d’organisations accolés à cette formation, Jean-Sébastien Lemire a redécouvert les vertus du temps, ce temps qui nous fuit entre les doigts et qu’on ne possèdera jamais en quantité suffisante pour abattre tout le boulot qu’on souhaite. La résidence imposée aux participants, au cours desquelles ces derniers sont « séquestrés » pendant trois jours dans un lieu de villégiature des Laurentides, est l’un des moments importants de « Penser, contribuer et agir comme un dirigeant ». « Ce n’est pas quelque chose qui arrive souvent dans nos vies. C’est bon d’avoir un moment de retrait pour réfléchir, et c’est une chose que l’on ne se donne pas le droit d’avoir. Au départ, ça ne faisait pas beaucoup mon affaire! Mais une fois les deux pieds dedans, ça m’a permis de réaliser que le temps, c’est aussi une ressource, et non pas seulement une contrainte! », avoue le gestionnaire.


Gravir la dernière marche


Jean-Sébastien Lemire contemple aujourd’hui son avenir professionnel avec une meilleure compréhension du rôle qu’il aura à jouer dans son organisation. Il est en effet conscient d’avoir ajouté, avec cette formation de l’École des dirigeants, de précieux outils dans son bagage de gestionnaire et de futur dirigeant. « Depuis que je travaille, je m’efforce d’accomplir des choses, à prouver que j’ai une bonne valeur et à cumuler de nouvelles responsabilités et de nouveaux défis, car je carbure beaucoup à cela. Mais je me suis aperçu que la prochaine étape, je ne pouvais pas l’aborder comme j’avais abordé les autres étapes de ma vie professionnelle. J’ai réalisé que si j’essayais de faire les choses comme auparavant, ça ne fonctionnerait jamais! », reconnaît le dirigeant en devenir.


Tout comme Jean-Sébastien Lemire, aurez-vous l’audace de vous accorder ce temps pour mieux « Penser, contribuer et agir comme un dirigeant »? Osez! Vous pourriez être surpris du résultat!


Penser, contribuer et agir comme membre d’une équipe de direction.


Réal Jacob et Louis Roquet sont directeurs pédagogiques de la formation. Ils sont accompagnés de professeurs chevronnés et de 9 dirigeants renommés.


Découvrez tous nos programmes pour dirigeants : https://goo.gl/idJYFS


 


Cohorte 2017 - Participants qui ont complété le programme « Penser, contribuer et agir comme un dirigeant » - Montréal, mai 2017

       

À suivre dans cette section

Les dossiers partenaires c'est quoi ?

Les dossiers partenaires sont mis à la disposition d'annonceurs désirant publier des contenus destinés à la communauté d’affaires. Les sujets de ces contenus et leur traitement demeurent à l’entière discrétion des annonceurs. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ces contenus.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.