Les investissements demeurent faibles dans les technologies numériques

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Septembre 2017

Les investissements demeurent faibles dans les technologies numériques

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Septembre 2017

Par Pierre Théroux

Environ 60 % des adopteurs de nouvelles technologies affirment qu’elles ont contribué à accroître leur productivité.

DOSSIER USINE 4.0 Les investissements dans les technologies numériques demeurent faibles au pays. Les entreprises canadiennes qui ont adopté ces technologies ont en effet investi en moyenne 261 000 $ dans des projets liés à l'industrie 4.0 au cours des deux dernières années, selon un rapport de la Banque de développement du Canada (BDC) publié en mai dernier, qui dresse le portrait du niveau d'adoption de ces technologies au sein des PME du secteur de la fabrication au Canada.


C'est là un «signe que les fabricants canadiens ont encore beaucoup à faire pour rattraper leurs concurrents à l'international», signale la BDC, qui a compilé ces données à partir des résultats d'un sondage mené auprès de 1 000 entrepreneurs au pays.


Les données du Centre d'étude des niveaux de vie indiquent d'ailleurs que les entreprises canadiennes accusent du retard par rapport à leurs homologues américaines en ce qui a trait à la productivité et aux investissements dans les technologies de l'information et des communications. Des données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Fédération internationale de la robotique montrent aussi que le Canada est en retard par rapport à la plupart des nations développées en matière d'investissements dans les machines et l'équipement et d'utilisation de robots industriels. Selon la BDC, seules 5 % des entreprises ayant adopté des technologies numériques, essentiellement des moyennes entreprises dont le chiffre d'affaires s'élève à 10 millions de dollars (M$) ou plus, ont investi plus de 1 M$. En revanche, 41 % ont investi moins de 50 000 $. Celles qui ont consacré les sommes les plus élevées aux nouvelles technologies disent être mieux préparées en vue de la révolution numérique imminente et avoir de meilleures perspectives de croissance.


Croissance de la productivité


Les résultats sont déjà probants : 60 % des entreprises qui ont adopté ces technologies affirment que celles-ci ont contribué à accroître leur productivité. Elles notent qu'elles ont amélioré leur capacité à anticiper et à prévenir les temps d'arrêt et réussi à optimiser l'efficacité et l'entretien de l'équipement.


Près de 50 % affirment avoir réduit leurs coûts d'exploitation. Ces économies peuvent notamment être générées par la surveillance de la production et le contrôle de la qualité en temps réel afin de diminuer le gaspillage et le réusinage. L'automatisation accrue permet aussi de réduire les coûts de main-d'oeuvre et d'améliorer le flux de production. Et grâce à l'utilisation d'imprimantes 3D, les entreprises peuvent accélérer le prototypage, réduire les coûts de conception et accélérer la mise en marché.


Enfin, 42 % disent avoir amélioré la qualité globale de leurs produits. Les contrôles de la qualité en temps réel leur permettent notamment de réduire, voire d'éliminer, les retours de marchandise causés par des produits non conformes aux spécifications.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER USINE 4.0: UN VIRAGE NUMÉRUQUE S'IMPOSE

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Un virage numérique s'impose

Édition du 16 Septembre 2017 | Pierre Théroux

Il y a d'abord eu la mécanisation, lorsque la machine à vapeur a révolutionné la production industrielle. Puis, les ...

La quatrième révolution industrielle implique un changement de culture

Édition du 16 Septembre 2017 | Pierre Théroux

L'usine de l'avenir est aux portes des industries manufacturières. Démonstration.

À la une

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

BLOGUE. Le Château Laurier est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Rumeurs de fusion: Siemens tourne le dos à Bombardier

Après des rumeurs de rapprochement avec Bombardier, Siemens se tourne vers Alstom.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.