L'accès à des routes dégagées, un enjeu majeur

Publié le 26/02/2015 à 05:59

L'accès à des routes dégagées, un enjeu majeur

Publié le 26/02/2015 à 05:59

La compétition est féroce entre les ports de la Côte Est de l’Amérique du Nord, et la fluidité des transports est un atout incontournable pour conserver ses clients et en attirer de nouveaux. Le Port de Montréal devra relever certains défis pour rester concurrentiel.


« Pour optimiser l’efficacité du transport maritime, le temps de transit de la marchandise entre les navires et les autres modes de transport doit être le plus court possible », note Martin Fournier, directeur général des Armateurs du Saint-Laurent (ASL).


Il donne l’exemple des navires rouliers d’Océanex, lesquels transportent des conteneurs et surtout des camions de Montréal et Halifax vers Terre-Neuve. Les camions embarquent sur le navire, puis reprennent la route dès leur arrivée au port de Saint-Jean-de-Terre-Neuve. Il est crucial que l’accès et la sortie des camions soient rapides.


Martin Fournier note aussi que les infrastructures et l’équipement doivent s’adapter à des navires de plus en plus gros. Les grues, par exemple, doivent pouvoir décharger de la marchandise sur des surfaces plus larges. En octobre 2014, Logistec a d’ailleurs inauguré, à Contrecoeur, une nouvelle grue haute de 70 mètres et dotée de la plus importante charge maximale en Amérique du Nord pour une grue sur rails.


Des accès directs au port


Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, rappelle que la concurrence vient des ports de la Côte Est américaine. « Que ce soit pour importer ou exporter des marchandises, une compagnie du MidWest américain, du Sud de l’Ontario ou du Québec se demandera via quel port elle pourra recevoir ou expédier sa marchandise le plus rapidement possible, dit-il. C’est une course entre les différents ports comme Montréal, New York ou Savannah pour être de plus en plus efficace, et les Américains ont fait des investissements majeurs en ce sens. »


Mathieu Charbonneau, directeur général de CargoM, la grappe métropolitaine de logistique et de transport de Montréal, rappelle deux avantages du port de Montréal. « Plus un navire peut s’enfoncer dans les terres, plus le transport maritime est efficace et concurrentiel, car la marchandise reste à bord plus longtemps, explique-t-il. Donc un port comme celui de Montréal, situé en bordure d’un fleuve assez loin dans les terres est intéressant. L’autre force du port de Montréal, c’est son intermodalité, notamment en raison des rails de chemin de fer, reliés directement aux terminaux. »


Assurer la fluidité


Pour conserver cette efficacité, il faut que les trains et les camions puissent rapidement quitter le port, s’engager sur des voies rapides dégagées et s’élancer vers leur prochaine destination. Pour y arriver, les projets de travaux routiers prévoyant une amélioration des entrées et sorties du port sont donc d’une importance cruciale.


La Ville de Montréal et le ministère des Transports du Québec planifient de prolonger le boulevard de l’Assomption entre les rues Hochelaga et Notre-Dame et de faire de même vers l’Ouest avec l’avenue Souligny, ainsi que d’ajouter de nouvelles bretelles d’accès menant à l’autoroute 25. Les camions éviteraient de s’empêtrer sur la rue Notre-Dame, et pourraient entrer et sortir du port plus aisément. « Cà, il faut que ça se fasse, lance Mathieu Charbonneau. C’est un enjeu majeur. »


Le directeur général de CargoM juge tout aussi crucial l’élaboration de mesures de mitigation en vue des grands travaux qui toucheront l’infrastructure routière montréalaise dans les prochaines années, notamment la reconstruction de l’échangeur Turcot et le remplacement du pont Champlain. « Le transport de marchandises par camion est au coeur du rôle du Port de Montréal comme plaque tournante du transport maritime, il faudra en assurer la fluidité. »


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bio-K Plus à la conquête de nouveaux marchés

Édition du 08 Décembre 2018 | Jean-François Venne

Série 4 de 4 - Découvrez une PME dont le chiffre d'affaires repose en grande partie sur l'exportation.En 2018, Bio-K ...

Attention... cette nouvelle dragonne est un cheval de Troie

BLOGUE. La cofondatrice de Prana se soucie autant de l'utilité sociale des entreprises que de leur rentabilité.

VIA Rail: Siemens remplacera la flotte du corridor Québec Windsor

Mis à jour à 15:21 | La Presse Canadienne

VIA Rail a besoin de 32 nouveaux trains bidirectionnels pour maintenir sa capacité actuelle de 9100 sièges.