GT Group lutte contre les délais de livraison des conteneurs

Publié le 11/03/2015 à 16:02

GT Group lutte contre les délais de livraison des conteneurs

Publié le 11/03/2015 à 16:02

Les conteneurs n’ont plus de secrets pour GT Group. L’entreprise les transporte, les entrepose, les répare, les entretient et peut même les transformer en locaux ou en bureaux.


L’histoire veut que Joe Terrigno, le propriétaire de GT Group, ait réparé le tout premier conteneur à avoir transité par le Port de Montréal, dans les années 1970. À l’époque, il n’y avait pas encore de marche à suivre d’instaurée au port, qui commençait tout juste à se spécialiser dans les conteneurs. Joe Terrigno, soudeur dans une entreprise de fabrication de remorques, est approché pour faire une réparation. Son patron refuse, mais M. Terrigno obtient le droit de la faire dans ses temps libres.


En 1978, il fonde GT Group. D’abord spécialisée dans la réparation de conteneurs, l’entreprise élargit ses activités au fil des années pour inclure notamment le transport, avec une flotte actuelle de 125 camions, l’entreposage, l’entretien et la transformation des conteneurs en locaux ou en bureaux. Ses services comprennent le transport de matières dangereuses ou réfrigérées ne pouvant circuler par train. GT Group est d’ailleurs l’un des trois seuls transporteurs d’Amérique du Nord à faire transiter des matières nucléaires.


Des délais coûteux


La croissance des activités au Port de Montréal contribue à l’augmentation du chiffre d’affaires de GT Group, qui a doublé en quatre ans. L’entreprise compte maintenant 235 employés au Québec et 15 à Toronto. Mais côté logistique, le passage par l’Île de Montréal et son port cause bien des maux de tête à Danny Terrigno, le fils de Joe Terrigno et président de GT Group.


« Les infrastructures routières à Montréal sont tout simplement horribles, déplore-t-il. C’est très congestionné et il y a de nombreux chantiers. Les accès au port sont souvent congestionnés aussi. »


Les délais ne découlent pas seulement de la congestion routière sur les voies d’accès. Au port même, les processus manquent parfois de fluidité. Danny Terrigno mentionne d’abord les heures d’ouvertures limitées, de 7h à 15h, du lundi au vendredi. « Tout le monde arrive en même temps, alors on peut se retrouver avec une centaine de camions en file, lance-t-il. Il n’est pas rare d’attendre jusqu’à 4 heures. »


La structure des opérations est aussi en cause. Lorsqu’un bateau arrive, les travailleurs du port doivent le décharger, mais doivent aussi servir les camions venus au quai prendre leur chargement. Le délai de chargement variera donc en fonction du nombre de personnes affectées à ces tâches, et de ce qu’ils priorisent entre décharger le bateau ou charger les camions.


Quand aux terminaux, comme ils n’appartiennent pas tous aux mêmes opérateurs, ils n’ont pas un système commun. Ainsi, un camion qui a attendu quelques heures pour déposer un conteneur au terminal de Termont devra ressortir, puis retourner se mettre en file pour amorcer une autre procédure afin d’en déposer un second au terminal de Montreal Gateway. Danny Terrigno rêve d’un guichet unique, qui diminuerait grandement le temps de passage de ses camions.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des camionneuses espèrent accroître la présence féminine en situation de pénurie

«Les parents qui encouragent leurs enfants à devenir camionneurs, c'est plutôt rare»

Volkswagen annonce la fin de sa mythique Coccinelle pour 2019

13/09/2018 | AFP

Pour « célébrer le riche héritage », Volkswagen va proposer deux modèles judicieusement surnommés « Final Edition ».

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: