Un régime destiné aux médecins

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

Un régime destiné aux médecins

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Septembre 2014

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) a créé son propre régime volontaire d'épargne-retraite (RVER) pour desservir les quelque 600 cliniques de la province qui appartiennent à ses membres. «Nous estimons que la moitié d'entre elles feront affaire avec nous pour offrir un RVER à leur personnel», dit Jean-Pierre Tremblay, vice-président exécutif de la Société de services financiers Fonds FMOQ, une filiale de la Fédération.


Cliquez ici pour consulter notre dossier : Tout savoir sur le RVER


Les cliniques ont en moyenne 15 employés, ce qui les soumet à l'obligation de mettre en place un régime de retraite.


L'administrateur du RVER des médecins est un gestionnaire de fonds d'investissement, la Société de gérance des Fonds FMOQ, elle-même une filiale de la Société de services financiers. L'origine de la division financière de la Fédération date de 1977, alors que celle-ci a voulu créer un REER pour ses membres. Un premier fonds commun de placement, le Fonds omnibus, a été lancé deux ans plus tard et constitue toujours un produit phare de l'organisation.


Environ 30 % des omnipraticiens ont des placements dans les Fonds FMOQ, qui cumulent aujourd'hui 1,3 milliard de dollars d'actifs sous gestion répartis dans huit fonds. Outre les fonds, l'entreprise propose divers produits financiers ainsi que des services de planification financière et de gestion privée.


Son RVER se distingue par des frais de gestion particulièrement bas de 1,09 %. De plus, ses placements, qui lui sont exclusifs, sont tous gérés activement, ce qui peut en augmenter la performance. À titre d'exemple, le Fonds revenu mensuel a donné un rendement de 15,40 % l'an dernier et celui d'actions canadiennes, de 28,59 %. Sur cinq ans, ces deux fonds ont eu des rendements respectifs de 10,51 % et de 11,10 %.


Fonds FMOQ présentera son RVER aux médecins lors de la tournée provinciale annuelle de la Fédération qui aura lieu de septembre à novembre. Elle en fera aussi la promotion au moyen de courriels aux membres et de publicités dans une revue médicale. Cela vous intéresse ? Ses produits et ses services sont accessibles aux proches des omnipraticiens et des optométristes ainsi que sur recommandation de ses membres. «Mais nous ne faisons aucune sollicitation à l'extérieur de notre clientèle cible», indique Jean-Pierre Tremblay.


1,3 G$ - Environ 30 % des omnipraticiens ont des placements dans les Fonds FMOQ, qui cumulent aujourd’hui 1,3 milliard de dollars d’actifs sous gestion répartis dans huit fonds.


Cliquez ici pour consulter notre dossier : Tout savoir sur le RVER


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Santé : l'argent n'est pas le problème

Édition du 08 Octobre 2016 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Une partie de bras de fer s'annonce entre la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, et ses ...

OPINION

À la une

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.

Republik ne veut que des clients générant un impact positif

BLOGUE. Certaines entreprises filtrent leurs fournisseurs. L'agence de communication Republik filtrera ses clients.

Open banking: «la protection des données doit être la priorité»

Brandon Dewitt, de MX.com, pense qu’il est temps de réfléchir au contrôle qu’ont les épargnants sur leurs données.