Suivre sa voie : le choix judicieux de Vicky Girouard

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Suivre sa voie : le choix judicieux de Vicky Girouard

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Vicky Girouard ambitionne d’atteindre les 70 000 $ de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année.

Un emploi payant chez un grand détaillant de meubles, une maison entourée de gazon vert à Saint-Hyacinthe, une belle voiture... À 24 ans, Vicky Girouard avait tout ce dont elle rêvait. «Pour moi, le bonheur c'était de ne manquer de rien, explique cette jeune femme issue d'une famille modeste. Cependant, je trouvais ma vie plate. Je sentais que j'étais destinée à autre chose. Je voulais me lancer pour accomplir quelque chose de plus grand que moi, mais j'ignorais quelle direction prendre.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires


Le signe tant attendu vient lorsqu'elle assiste, en 2011, à une conférence donnée par une artiste et auteure de livres de croissance personnelle, qui lui propose de devenir son adjointe à Sherbrooke. «C'était fou de tout quitter pour suivre une artiste bohème, mais c'était plus fort que moi : une voix me disait d'y aller. Cette femme semblait tellement épanouie !»


L'année suivante, le distributeur de sa partenaire, Diffusion Orféa, met la clé sous la porte. Les deux femmes décident alors de reprendre l'entreprise, avec le soutien financier de leurs proches. Pour relancer les ventes, elles délaissent le créneau ésotérique pour se tourner vers la distribution de livres grand public.


«On a réussi à remonter la pente, mais la rentabilité n'était toujours pas au rendez-vous, raconte Vicky Girouard. Au bout d'un an d'activité, on s'est dit : soit on ferme, soit on fait preuve d'imagination.»


Pour comprendre les raisons de leurs difficultés, Vicky Girouard et son associée assistent à des conférences données par des gens d'affaires. «On en sortait encouragées et inspirées, mais on se demandait comment garder cet esprit, dit-elle. On a commencé à écrire sur des Post-it les citations les plus importantes entendues et à les coller dans la salle de bains.»


C'est ainsi que vient l'idée de créer des autocollants de phrases positives à apposer aux miroirs pour se motiver dans sa vie personnelle ou professionnelle.


Les premiers autocollants qui sont créés en mars 2014 portent des messages comme «Tout est possible» ou «Je suis belle, je suis bonne, je suis capable». En moins d'un an, 15 000 unités sont vendues dans une centaine de points de vente. Si bien que les deux femmes d'affaires décident de délaisser les livres pour se concentrer sur les autocollants.


Une nouvelle étape


Au printemps dernier, l'associée de Vicky Girouard choisit de prendre un autre chemin. La jeune femme de 27 ans prend son courage à deux mains et rachète l'entreprise. Rebaptisée MotivOp, elle vise à pousser les gens à l'action. «On ne veut pas juste proposer une belle phrase, souligne-t-elle. Il faut qu'elle touche les gens et apporte du concret dans leur vie.»


Traduction en anglais pour percer le marché américain, boutique en ligne pour conquérir l'Europe et partenariats avec des causes comme celle contre le cancer du sein, Vicky Girouard est pleine d'idées pour faire croître sa PME.


Ciblant également le marché des entreprises, elle songe à lancer des articles de bureau comme des balles antistress ou des clés USB ornées de pensées positives pour stimuler les employés.


En juin dernier, elle a participé à l'émission Dans l'oeil du dragon. Cette visibilité et les commandes en vue des fêtes de fin d'année ont permis de faire passer le chiffre d'affaires de 15 000 $ en mai à 45 000 $ en août. Elle ambitionne d'atteindre les 70 000 $ de chiffre d'affaires d'ici la fin de l'année.


Quatre ans après la rencontre qui a changé sa vie, l'ex-salariée est-elle plus heureuse dans sa peau d'entrepreneure ? «Se lancer en affaires représente beaucoup de travail, de risques et d'incertitudes. Je ne fais pas un aussi gros salaire qu'avant, mais ça viendra. En revanche, je me sens tellement riche intérieurement.»


«Souvent, les entrepreneurs sous-estiment les efforts à fournir pour trouver des clients», dit Gloria Lemire, associée chez Deloitte Drummondville. Ils ont une bonne idée, mais ne savent pas comment amener le client à acheter le concept et le produit. Or, cela doit être la priorité. Si on est convaincu que notre produit ou service correspond à un besoin, il faut donner suite à cette conviction», ajoute Mme Lemire.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

Des entreprises «zombies» nuisent à la productivité du Canada

Deloitte s'inquiète du nombre de société de plus de 10 ans dont les bénéfices ne permettent pas de payer leur dette.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La ­Fondation Montréal inc. aidera les jeunes entrepreneurs de ­Longueuil
Édition du 08 Septembre 2018 | Marie-Pier Frappier

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: