Démarrer dans un incubateur, un bon tremplin

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Démarrer dans un incubateur, un bon tremplin

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Marc Boscher avait déjà travaillé pour des start-up, mais n'avait jamais été à la tête de sa propre entreprise. En 2015, il a terminé le programme du Founder Institute au sein de la deuxième cohorte montréalaise. Unito, sa PME spécialisée dans l'intégration d'applications pour les entreprises, a amorcé ses préventes et s'apprête à conclure ses premières ventes.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires


Le Founder Institute, un incubateur implanté à Montréal en 2014, sélectionne des entrepreneurs avec des projets ambitieux, principalement dans le domaine des technologies.


À la suite de son expérience, Marc Boscher considère que le principal avantage du programme réside dans ses mentors. Une soixantaine d'entrepreneurs en série sont disponibles pour conseiller les participants. Ces mentors «sont souvent les premiers anges investisseurs», souligne Sergio Escobar, codirecteur de l'antenne montréalaise.


Implanté dans une centaine de villes dans le monde, le Founder Institute donne accès à un bassin de près de 4 600 mentors. Unito a ainsi pu établir facilement des liens avec des entrepreneurs de la Silicon Valley membres de ce réseau.


«Le processus est très structuré, contrairement à beaucoup d'accélérateurs», témoigne Marc Boscher. Chaque semaine durant la formation, des objectifs précis doivent être atteints, et des devoirs, terminés. Ce suivi serré pousse les futurs entrepreneurs à exécuter les opérations nécessaires après l'étape de la réflexion.


Le curriculum pour les cohortes québécoises a été enrichi et allongé, puisqu'une méconnaissance de certaines notions d'entrepreneuriat a été observée chez les deux premiers groupes.


Le concept engendre aussi des collaborations. Les projets sélectionnés dans le programme ouvrent une partie de leur capital aux autres entrepreneurs de la cohorte. «Cela devient une fraternité où tout le monde doit s'aider, parce qu'ils sont tous coactionnaires», dit M. Escobar. Les frais d'inscription sont de 1 250 $.


Une troisième cohorte montréalaise amorcera le processus, d'une durée de six mois, en janvier 2016. La date limite préliminaire pour les inscriptions a été fixée au 6 décembre.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Marc Bédard: le perturbateur en série

24/02/2018 | Martin Jolicoeur

«Vous n’avez pas idée à quel point l’industrie nous hait!», soutient le président de La Compagnie électrique Lion.

Rencontre avec William Leclerc, entrepreneur-artisan

15/02/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Parlons d’artisanat, de développement économique régional et d’adoption avec le jeune fondateur d'Ebenor.

À la une

Samsung Galaxy S9 et S9+ : photo, photo, photo…

BLOGUE. Le fabricant coréen apporte quelques améliorations à la refonte majeure de son Galaxy S introduite l’an dernier.

À la Bourse comme aux Olympiques

Mis à jour le 24/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. En Bourse, cela signifie qu’il vaut mieux rester à l’intérieur de son cercle de compétences.

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

24/02/2018 | Denis Lalonde

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.