Démarrer dans un incubateur, un bon tremplin

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Démarrer dans un incubateur, un bon tremplin

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Novembre 2015

Marc Boscher avait déjà travaillé pour des start-up, mais n'avait jamais été à la tête de sa propre entreprise. En 2015, il a terminé le programme du Founder Institute au sein de la deuxième cohorte montréalaise. Unito, sa PME spécialisée dans l'intégration d'applications pour les entreprises, a amorcé ses préventes et s'apprête à conclure ses premières ventes.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires


Le Founder Institute, un incubateur implanté à Montréal en 2014, sélectionne des entrepreneurs avec des projets ambitieux, principalement dans le domaine des technologies.


À la suite de son expérience, Marc Boscher considère que le principal avantage du programme réside dans ses mentors. Une soixantaine d'entrepreneurs en série sont disponibles pour conseiller les participants. Ces mentors «sont souvent les premiers anges investisseurs», souligne Sergio Escobar, codirecteur de l'antenne montréalaise.


Implanté dans une centaine de villes dans le monde, le Founder Institute donne accès à un bassin de près de 4 600 mentors. Unito a ainsi pu établir facilement des liens avec des entrepreneurs de la Silicon Valley membres de ce réseau.


«Le processus est très structuré, contrairement à beaucoup d'accélérateurs», témoigne Marc Boscher. Chaque semaine durant la formation, des objectifs précis doivent être atteints, et des devoirs, terminés. Ce suivi serré pousse les futurs entrepreneurs à exécuter les opérations nécessaires après l'étape de la réflexion.


Le curriculum pour les cohortes québécoises a été enrichi et allongé, puisqu'une méconnaissance de certaines notions d'entrepreneuriat a été observée chez les deux premiers groupes.


Le concept engendre aussi des collaborations. Les projets sélectionnés dans le programme ouvrent une partie de leur capital aux autres entrepreneurs de la cohorte. «Cela devient une fraternité où tout le monde doit s'aider, parce qu'ils sont tous coactionnaires», dit M. Escobar. Les frais d'inscription sont de 1 250 $.


Une troisième cohorte montréalaise amorcera le processus, d'une durée de six mois, en janvier 2016. La date limite préliminaire pour les inscriptions a été fixée au 6 décembre.


Cliquez ici pour consulter le dossier Tout lâcher pour se lancer en affaires

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

«Hé le gros, mange santé !»

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Galvaudée à l'extrême, l'expression «un esprit sain dans un corps sain» n'en demeure pas moins vraie. Pour les ...

La chasse à l'âgisme

17/10/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Nous devrions juger un individu sur ses résultats, pas sur sa date d’anniversaire.

OPINION Entrepreneurs, soyez différents!
12/10/2017 | Nicolas Duvernois
Vivre son deuil avec l'aide d'objets connectés
12/10/2017 | Philippine de Tinguy
Le Québec classé parmi les premiers au monde en entrepreneuriat
11/10/2017 | Matthieu Charest

À la une

Une histoire de confiance sur trois générations

Édition du 21 Octobre 2017 | Matthieu Charest

Avant d'être une histoire à succès, les hôtels Germain, c'est avant tout une histoire de famille. Coprésidée par ...

Montréal possède tous les atouts pour attirer Amazon, croit Hubert Bolduc

20/10/2017 | Denis Lalonde

Montréal International est convaincue du potentiel de la métropole pour attirer le HQ2 d'Amazon.

Fait-on «la bonne affaire» pour l’entrepreneuriat au Québec?

20/10/2017 | lesaffaires.com

C'est LA question à laquelle ont réfléchi les participants de la Grande consultation sur l’entrepreneuriat.