10 idées pour dynamiser le tourisme: peaufiner le produit croisière (8)


Édition du 09 Mai 2015

10 idées pour dynamiser le tourisme: peaufiner le produit croisière (8)


Édition du 09 Mai 2015

Par Claudine Hébert

Les 10 idées: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 -10


Encore une fois cette année, l’Association des croisières du Saint-Laurent (ACSL) s’apprête à connaître une saison record. La destination Saint-Laurent accueillera plus de 275 000 passagers et 100 000 membres d’équipage en 2015. Une augmentation de 5% par rapport aux données de 2014. Les croisières internationales sur le fleuve génèrent des retombées économiques annuelles de 285 M$.


Le Saint-Laurent n’est pas encore un joueur majeur de l’industrie des croisières internationales. Les Caraïbes (37%), la mer Méditerranée (18,9%) et le nord de l’Europe (11%) monopolisent encore le cœur des 22,2 millions de croisiéristes mondiaux.


N’empêche que le fleuve a franchi le cap du 1% du marché. « Et nous pensons dépasser le demi-million de croisiéristes internationaux vers 2020», souligne Tony Boemi, président de l'ACSL.


Fait intéressant pour la saison 2015, au moins 13 navires vogueront sur le fleuve en période estivale, soit dix de plus que l’an dernier. « On travaille fort pour convaincre les compagnies de rester de ce côté-ci de l’Atlantique pour les mois d’été », indique René Trépanier, directeur général de l’ACSL. Jusqu’à maintenant, le marché croisière sur le Saint-Laurent se concentre principalement l’automne.


De nombreux sondages de satisfaction des croisiéristes jouent en faveur du rayonnement de la destination Saint-Laurent. Les ports de Montréal, de Québec, de Saguenay et de Gaspé figurent régulièrement parmi les coups de cœur des croisiéristes internationaux. « Le port de Québec figure parmi les trois meilleurs ports du monde auprès des compagnies Holland America et Royal Caribbean », signale M. Trépanier.


Des sommes de 55 M$ du gouvernement du Québec pour le budget 2015-2016 ont été annoncés ce printemps pour améliorer les infrastructures d’accueil portuaires de Québec (35 M$) et Montréal (20 M$). Ces investissements vont permettre de mieux gérer l’achalandage et l’expérience des croisiéristes qui choisissent Québec et Montréal comme destination d’embarquement ou de débarquement.


RETOUR AU DOSSIER



  1. Les transports aériens à bas prix

  2. Un crédit d'impôt pour passer ses vacances au Québec

  3. Abolir les taxes sur les ventes de vêtements

  4. Faire du vélo un levier touristique

  5. Miser sur le tourisme sportif

  6. Courtiser les "foodies"

  7. Profiter de l'essor du tourisme autochtone

  8. Peaufiner le produit croisière

  9. Faire bonne impression

  10. Quelques suggestions des gens d'affaires


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

2018, une année record pour le tourisme au Canada

Mis à jour le 21/02/2019 | La Presse Canadienne

Parmi les 21,1millions de visiteurs, plus de 3,2 millions sont d’abord passés par le Québec.

Hydro-Québec remettra 170 M$US au Maine

Cette somme sera remise si le Maine accepte qu'une ligne de transport traverse son territoire.

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.