Technologies de l'information: difficile de croître en région

Publié le 02/11/2015 à 11:31

Technologies de l'information: difficile de croître en région

Publié le 02/11/2015 à 11:31

Les PME du domaine des TICs basées en région ont des défis qu’elles n’auraient pas si elles étaient à Montréal. Lesquels sont les plus importants et comment les surmonter?


Dans le cas d’IT Cloud Solutions, basée à Trois-Rivières, le principal défi à relever était de vaincre la perception des clients et de l’industrie à l’effet qu’une entreprise des TI en région est un petit joueur, moins qualifié, moins sérieux.


« Il y a dix ans, quand on a lancé notre service de sauvegarde en ligne, les gens de l’Ontario, de Montréal et de Québec nous regardaient avec de grands yeux. Ils se demandaient comment une entreprise de Trois-Rivières pouvait se dire spécialiste de sauvegarde en ligne », raconte David Latulippe, vice-président au marketing et développement des affaires.


Ce préjugé s’est atténué avec les années, mais il existe encore, estime-t-il, même si les chiffres font mentir les idées reçues. Car IT Cloud Solutions joue dans la cour des grands. L’entreprise de 20 employés fait affaire avec 450 partenaires-revendeurs et enregistre 20 000 sauvegardes quotidiennes. Cette année, elle a réalisé une croissance de 28 %, ce qui porte son chiffre d’affaires à 4 millions de dollars.


La solution de la PME pour surmonter le défi? Se faire voir dans divers événements, comme des congrès du domaine des TICs et des rassemblements d’associations professionnelles.


« On sera par exemple présent à Stratégies PME, en novembre, au Palais des congrès de Montréal », indique David Latulippe, un rendez-vous auquel plus de 5000 chefs de PME sont attendusé. On assiste également aux événements annuels de la Chambre des notaires. » Cette stratégie a permis à IT Cloud Solutions de devenir l’unique fournisseur de sauvegarde en ligne autorisé pour les notaires dans la province.


Changer un défi en avantage


La présidente-directrice générale de l’Association québécoise des technologies (AQT), Nicole Martel, remarque que certaines entreprises des TICs réussissent à tourner en avantage le défi de l’éloignement des grands centres.


« En région, la qualité de vie est très bonne, dit-elle. Plusieurs entreprises de Shawinigan, de Chicoutimi et de l’Estrie se servent de cet argument pour attirer des employés. » Cette stratégie leur permet parfois de régler le problème de recrutement de main d’œuvre qualifiée.


Les grandes boîtes technos installées à Montréal, comme Warner Brothers, Ubisoft, SAP et Morgan Stanley ont aussi absorbé beaucoup de main d’œuvre au cours des dernières années. Ça en laisse moins aux autres. « Même à Québec, beaucoup d’entreprises peinent à recruter les employés dont elles ont besoin », constate Nicole Martel.


Le financement est un autre défi important des entreprises des TICs en région. Le problème n’est pas un manque d’argent, mais plutôt le fait que les centres décisionnels des fonds de capital de risque dans le domaine des technologies se situent en majorité à Montréal. Or, les investisseurs décident souvent de financer une entreprise qu’ils suivent de près et côtoient, qu’ils ont rencontrée dans un événement de réseautage ou dont ils connaissent les clients. C’est plus difficile, donc, pour une firme éloignée de la métropole.


C’est la raison qui a poussé le gouvernement du Québec à prévoir un fonds de capital de risque de 15 millions de dollars dans son budget 2015-2016. Les sommes sont destinées aux entreprises technologiques de toutes les régions du Québec au stade de l’amorçage et du démarrage.


Pour les mêmes raisons, l’AQT a mis sur pied un fonds d’investissement, basé à Québec, pour appuyer les entreprises du domaine techno en région. Les sommes : 10 millions de dollars pour les entreprises de la région de Québec et de l’est du Québec.


« En TICs, plus on est près des décisions, plus on a de chances d’obtenir du financement, dit Nicole Martel. Ces sommes aideront beaucoup les firmes en région. »

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: quand la finance investit dans la finance

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, quand la finance investit dans la finance.

La Fromagerie de l’Île-aux-Grues riposte à l'offensive européenne

13/09/2018 | Annie Bourque

PME DE LA SEMAINE. Elle mise sur l’authenticité de ses six nouveaux fromages et le côté haut de gamme de ses produits.

OPINION À la une: le nouveau Cirque au travail
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires
La tournée des start-up et PME
11/09/2018 | lesaffaires.com
À la une: Avril, une stratégie qui porte fruit
Édition du 08 Septembre 2018 | Les Affaires

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: