La spéculation a propulsé les valeurs à la hausse

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

La spéculation a propulsé les valeurs à la hausse

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

[Photo : Bloomberg]

Une bouteille de Château Cheval Blanc, Saint-Émilion Grand Cru, 1947 à un prix moyen de 13 276 $, une autre de Baron Philippe de Rothschild Château Mouton Rothschild, Pauillac, 1945 à 17 915 $ ou un Domaine de la Romanée-Conti, Grand Cru, Côte de Nuits, 2005 à un prix moyen de 23 717 $ ! En voyant ces sommes affichées sur le site wine-searcher.com, on a le tournis, sans même ouvrir les bouteilles !


À lire aussi :
Comment Champlain Charest a monté une collection de plus de 5 M$
Pour la passion, mais aussi pour quelques bons coups


Au cours des dernières décennies, la spéculation autour des grands vins, ceux de Bordeaux et de Bourgogne surtout, a propulsé les valeurs à des niveaux stratosphériques. L'indice britannique Liv-ex Fine Wine 100, qui suit les variations de prix des 100 crus les plus prisés, dont une très large majorité de Bordeaux, avait grimpé de près de 200 % en cinq ans en 2011.


Ce genre de statistiques sur la hausse des valeurs fait sortir de ses gonds Iegor de Saint Hippolyte, le propriétaire de l'Hôtel des Encans de Montréal. «Cela vous fait rêver à un gain potentiel. Mais c'est de l'information tronquée. Ça fait saliver les gens, les naïfs. Il ne faut pas regarder le passé. Les prix sont le résultat de l'offre et de la demande, aujourd'hui.»


Cet observateur n'a pas tort. Car ce même indice Liv-ex Fine Wine 100 affichait en août un recul de 20,4 % sur cinq ans. Depuis le sommet atteint à l'été 2011, l'indice britannique décline. Un fonds spécialisé dans l'investissement dans les grands crus, le Fine Wine Fund de la firme britannique Wine Asset Managers affiche aussi des reculs en 2011 (- 19,1 %), en 2012 (- 11,7 %), en 2013 (- 3,9 %) et en 2014 (- 9,9). Mais en 2009 et en 2010, il avait respectivement gagné 7,6 % et 35,6 %. Depuis son lancement en 2006, son rendement annualisé est de 8,5 %.


Comme c'est le cas en Bourse, une foule de facteurs viendront influer sur les prix des grands crus. Bien sûr, en plus de la notoriété du domaine ou de la qualité du millésime, la rareté est un facteur important, puisque le nombre de consommateurs augmente tandis que la production des grands crus est plutôt stable. Au cours des dernières années, la Chine a joué un grand rôle dans la progression des prix. Les nouveaux riches chinois sont des amateurs de grands crus et ont contribué à l'explosion des prix. Les enchères sur les sites à Hong Kong sont souvent les plus élevées. Mais le ralentissement de la croissance chinoise a maintenant un impact à la baisse sur les prix dans le marché de la revente.


En plus des achats qui peuvent être faits à la SAQ dans ses succursales spécialisées, les encans «constituent une excellente façon de se bâtir une cave à vin», dit Guillaume Endo, qui a commencé à s'intéresser à l'univers du vin il y a deux ans, d'abord pour des raisons professionnelles. Son cabinet d'avocats avait des mandats de la part d'agences d'importation privées de vins, qui se multiplient au Québec. Selon lui, les encans sont la manière la plus rapide de mettre la main sur des crus réputés qui ne sont plus disponibles à la SAQ et qui ont déjà commencé à prendre de l'âge.


Au Québec, seul l'Hôtel des Encans de Iegor de Saint Hippolyte est autorisé à procéder à des enchères. «Nous en faisons une dizaine par année», dit Laurent Berniard, commissaire-priseur et spécialiste du vin. Ces encans sont faits sous la supervision de la SAQ, car la loi interdit à quiconque de vendre de l'alcool sans la permission du monopole d'État.


Les bouteilles mises aux enchères proviennent de collectionneurs, de successions, de saisies judiciaires ou encore de restaurants. «Nous avons eu les 15 000 bouteilles du restaurant Le Latini lorsqu'il a fermé ses portes», donne en exemple M. Berniard. Ce dernier vérifie la qualité des produits, s'assure notamment des conditions de conservation. Car on veut que les clients soient satisfaits et reviennent. «Nous avons déjà eu un client qui avait un Carré d'as à vendre, soit une caisse contenant quatre bouteilles de chacun des quatre plus grands Bordeaux (Latour, Margaux, Haut-Brion et Pétrus du millésime 2000). Or, sa caisse avait été conservée dans son salon, à 22 degrés. Nous étions consternés. Cela vaut entre 20 000 $ et 30 000 $. On lui a dit, dommage, mais on ne peut pas prendre ce vin en consignation.»


Habituellement, les encans comportent de 500 à 600 bouteilles, divisées en lots. Tout se passe sur le Web. Les lots sont affichés une dizaine de jours auparavant. Pour pouvoir enchérir, il faut s'enregistrer sur le site de l'Hôtel des Encans et y ouvrir un compte. M. Berniard estime que de 200 à 300 personnes participent à chacun des encans. La base de données de l'Hôtel comporte le nom d'environ 6 000 clients acheteurs de grands vins.


Si les encans sont une voie rapide vers la vente ou l'acquisition de grands crus, ils ne sont pas gratuits, évidemment. Pour les vendeurs, l'Hôtel retiendra 20 % du prix de l'enchère plus les taxes. Même chose à l'achat. L'acquéreur paiera 20 % de plus que le prix d'adjudication, là encore taxes en sus. Il faut en tenir compte dans ses enchères !


À lire aussi :
Comment Champlain Charest a monté une collection de plus de 5 M$
Pour la passion, mais aussi pour quelques bons coups



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.