Faire des affaires en ligne à l'ère du président Trump

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Novembre 2016

Faire des affaires en ligne à l'ère du président Trump

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Novembre 2016

Par Alain McKenna

Donald Trump, président des États-Unis [Photo 123rf]

L’élection de Donald Trump à la présidence américaine ne calmera pas le secteur déjà chaud de la cybersécurité. On peut même penser le contraire, si on se fie aux experts, ce qui exige des entreprises qu’elles redoublent de vigilance face à tout ce qui touche à leurs données numériques.


«Dans l’ensemble, l’élection de Trump ne changera rien à la tendance : les cybermenaces sont toujours plus grandes», résume David Poellhuber, président et fondateur de Zerospam, une société montréalaise spécialisée dans la cybersécurité. En fait, même si le président Trump compte passer au peigne fin toute la politique de cybersécurité de son pays, les entreprises ne seront pas mieux protégées qu’avant. Pas qu’elles l’étaient vraiment avant non plus…


«Le gouvernement américain faisait déjà du cyberespionnage. Il n’en fera pas moins dans les prochaines années», poursuit M. Poellhuber. «La Chine, la Russie et les États-Unis sont très actifs, mais même à plus petite échelle, les menaces venant du web ne disparaîtront pas.»


Cyberespionnage, cyberfraude, rançongiciels…


Ces menaces prennent différentes formes, mais les plus importantes à l’heure actuelle sont le cyberespionnage, la cyberfraude et les rançongiciels. La première pratique consiste à mettre la main sur des données confidentielles d’une entreprise ou de particuliers. La seconde consiste à leur soutirer des sous à l’aide de messages ou de sites web frauduleux, la troisième consiste à prendre le contrôle à distance d’un système informatique en vue d’exiger une rançon pour le déverrouiller.


Les sommes perdues par les entreprises en raison de ces phénomènes est énorme. Le groupe Herjavec, une firme de cybersécurité, évalue à 209 millions $ les paiements effectués par les victimes de rançongiciels pour les trois premiers mois de 2016. La firme canadienne ayant des bureaux à Saint-Laurent pense que ce total grimpera à un milliard $ pour l’ensemble de 2016.


«La troisième grande guerre a déjà débuté… et c’est une cyberguerre», résume Steve Morgan, auteur du rapport sur le sujet, publié par le groupe Herjavec en septembre dernier. «Dans l’ensemble, ce sont tous les internautes, chaque donnée informatique, tout objet connecté qui est susceptible d’être volé, endommagé ou détruit. Ça pourrait faire s’écrouler des économies», ajoute-t-il.


L’effet Trump sur la cybersécurité


En cybersécurité, la ligne entre sociétés privées et publiques se brouille. Avant même l’élection d’un nouveau président américain, le groupe de recherche Forrester prédisait une cyberattaque d’envergure dans les 100 jours suivant son inauguration. Donald Trump désirant renforcer sa cyberarmée, les risques d’une cybercrise internationale semblent plus élevés que jamais.


Votre entreprise risque fort d’être touchée. Dans sa série de prévisions sur les menaces informatiques pour 2017, publiées le 1er novembre, Forrester prédit la disparition d’entreprises du Fortune 1000 par faillite, par acquisition ou par un effet de nouvelles règles découlant d’une cyberattaque comparable à celle justement survenue en octobre 2016. Des centaines de milliers d’objets connectés, ces appareils reliés à Internet particulièrement vulnérables au piratage, seront à nouveau mis à profit.


La réaction de l’administration américaine aura un effet au moins aussi prononcé sur la façon de faire des affaires en ligne que l’attaque elle-même, poursuit la firme américaine.


«On verra une attaque dans les 100 premiers jours (de 2017)», indique Forrester dans ce rapport, intitulé Prédictions 2017 : les risques de cybersécurité s’intensifient. «La victoire électorale donnera au président l’élan pour mettre en place des mesures clés de son programme. Mais cet élan pourrait être perdu si un indicent de cybersécurité survient dès son entrée en poste.»


Assurez-vous que l’élan de votre entreprise ne subisse pas le même sort…

À suivre dans cette section


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trump imposera des tarifs sur 200 milliards $ de biens chinois

Les tarifs s'élèveront à 10% à leur entrée en vigueur lundi, puis grimperont à 25% en 2019.

Trump et Obama se disputent la paternité du boom économique

10/09/2018 | AFP

Donald Trump ne cesse de louer son bilan économique, ce qui a fait réagir Barack Obama.

À la une

Entreprises québécoises: comment se conformer au RGPD?

Édition du 22 Septembre 2018 | Jean-François Venne

L’entrée en vigueur, en mai 2018, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) dans l’Union européenne...

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.