Le succès dans la diversité des marchés

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mai 2014

Le succès dans la diversité des marchés

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Mai 2014

Normand Voyer, de STIQ

Le secteur manufacturier a besoin de se mettre rapidement sur le mode de la solution s'il veut reprendre de la vigueur dans les prochaines années.


Dans le plus récent baromètre de Sous-traitance industrielle Québec (STIQ), on mesure l'ampleur des difficultés auxquelles les entreprises manufacturières font face. De 23,6 % en 2000, la part du PIB que représente ce secteur a chuté à 13,8 % en 2013. Près d'un quart des 400 entreprises ayant répondu au questionnaire de STIQ ont vu leur chiffre d'affaires baisser d'au moins 5 %. Cette proportion augmente sans cesse depuis 2011. En contrepartie, 44 % ont vu leurs revenus grimper d'au moins 5 %.


Certaines de ces difficultés sont attribuables au contexte. Toutefois, une bonne partie du problème est structurelle. Les PME québécoises restent trop dépendantes des grands donneurs d'ordres et des marchés québécois et américain. «Varier sa clientèle et ses marchés est crucial pour maintenir une bonne santé financière», rappelle Normand Voyer, vice-président exécutif de STIQ.


En 2013, les exportations des entreprises québécoises ont augmenté de 7 %. Toutefois, 73 % de ces exportations étaient dirigées vers les États-Unis. L'an dernier, 51 % des entreprises interrogées par le STIQ ont tenté d'exporter, mais seule la moitié a vu ses démarches porter leurs fruits.


Pour Normand Voyer, les entreprises ont intérêt à se regrouper afin d'atteindre une masse critique leur permettant d'offrir des prix compétitifs. «Environ 80 % de nos entreprises ont moins de 100 employés, dit-il. À cette taille, c'est très difficile d'être compétitif.»


D'autant plus que les donneurs d'ouvrage souhaitent faire affaire avec des intégrateurs. «Nos entrepreneurs doivent apprendre à faire des maillages entre concurrents, afin d'offrir des solutions plus complètes.»


C'est peut-être en faisant évoluer leurs structures que les entreprises arriveront à élaborer des modèles novateurs. C'est d'ailleurs une des bonnes nouvelles du baromètre de STIQ. En 2013, 62 % des entreprises ont mis en place des mécanismes de gouvernance comme des CA ou des comités consultatifs, ou ont fait une solide planification stratégique. C'est 7 % de plus qu'en 2012. «Il est essentiel pour les dirigeants d'avoir des alliés critiques, qui remettent en question leurs idées et leurs stratégies, croit M. Voyer. Et un plan stratégique clair peut mobiliser l'équipe.»


À lire aussi :
Diversifier sa clientèle, un choix payant pour Fraco
Groupe Mundial travaille en équipe

Elka retrouve du ressort grâce à l'innovation

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des motoneiges personnalisées grâce à l’usine 4.0

BLOGUE. Passer de la production en lots à la production à l’unité où chaque véhicule ...

Trois étapes pour décrocher un contrat aux États-Unis

07/09/2018 | François Normand

«Les 25 à 35 premières secondes sont cruciales», dit un consultant qui accompagne des entreprises aux États-Unis.

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.