Un colosse aux pieds d'argile

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Un colosse aux pieds d'argile

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Par Pierre Théroux


Réal Bisson, maire de Vallée-Jonction, a poussé un grand soupir de soulagement le 3 avril dernier. Ce jour-là, Olymel et les 1 000 employés de son usine d'abattage, de découpe et de désossage de porcs ont signé un contrat de travail qui mettait fin à plus de deux semaines de grève.


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines


Un arrêt de travail prolongé, voire une fermeture complète du plus important employeur de Vallée-Jonction, aurait eu des effets dévastateurs pour cette petite municipalité beauceronne de moins de 2 000 habitants. Mais aussi pour l'ensemble de cette région manufacturière, la troisième en importance au Québec avec plus de 1 200 usines employant 36 500 personnes.


«L'impact aurait été catastrophique et aurait été senti non seulement chez les travailleurs, mais aussi chez les producteurs de porcs, les autres fournisseurs et les nombreux commerces des environs», indique M. Bisson.


Parlez-en aux élus, travailleurs et commerçants de L'Assomption, dans la région de Lanaudière. La fermeture de l'usine d'appareils électroménagers du géant suédois Electrolux, en juillet dernier, a entraîné la perte de 1 300 emplois. Du coup, la ville perdait son principal employeur, le tiers de ses emplois manufacturiers et 70 millions de dollars en masse salariale. Sans compter les dommages collatéraux.


«Ça fait mal, et pas seulement à L'Assomption. Le bassin de travailleurs s'étendait jusqu'à Joliette. Un fournisseur de Joliette a même dû fermer ses portes, et des commerces à proximité de l'usine s'en ressentent», dit Olivier Goyet, directeur général du Centre local de développement (CLD) de la MRC de L'Assomption.


Il s'attend à une autre onde de choc lorsque le versement des indemnités et des prestations de chômage aux travailleurs prendra fin, dans quelques semaines. Entre-temps, «il faut refaire le tissu industriel de la ville, mais ce n'est pas facile. On a peu de locaux disponibles, et on ne connaît toujours pas les intentions d'Electrolux à l'égard de l'usine désaffectée», déplore M. Goyet. L'autre grand employeur manufacturier de la MRC, le fabricant d'explosifs General Dynamics, a réduit son effectif de plus de 150 personnes au cours des 18 derniers mois.


Un secteur créateur de richesse


La grève à l'usine d'Olymel et la fermeture de l'usine d'Electrolux mettent en lumière la fragilisation du secteur manufacturier québécois. La part du secteur québécois de la fabrication n'a cessé de chuter depuis 15 ans. Ce secteur représente aujourd'hui 14,3 % du PIB par rapport à 23,6 % en 2000, soit une baisse de près de 40 %. L'emploi manufacturier a culminé à 650 000 travailleurs en 2002, avant d'amorcer sa descente et d'atteindre 407 340 en 2012. Les ventes manufacturières s'élevaient à 138,4 milliards de dollars en 2012, comparativement à 144,1 G$ en 2008.


N'empêche que le secteur manufacturier génère encore des retombées majeures pour l'ensemble de l'économie québécoise, dit Louis Duhamel, conseiller stratégique de la firme Deloitte. «C'est un secteur névralgique pour le Québec. Le négliger nuirait au développement de son économie et de ses régions», souligne celui qui a mené en 2012 une vaste étude sur l'avenir du secteur manufacturier au Québec.


Comptant pour 88 % des exportations québécoises, 48 % de l'innovation dans l'économie, 25 % des emplois directs et indirects, et offrant des salaires de 35 % supérieurs à la moyenne, «le secteur manufacturier est créateur de richesse pour toute la société québécoise», fait valoir M. Duhamel. Il souligne que les grands acteurs jouent un rôle majeur : «Les 15 plus importantes entreprises manufacturières du Québec comptent pour une grande partie de nos exportations», précise-t-il.


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines



image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Bientôt plus d’intelligence dans les chaînes d’approvisionnement

BLOGUE. Prévoir le plus précisément possible combien de contenants de crème glacée, de ...

Conférence de Montréal: les obstacles à l'usine intelligente

13/06/2018 | François Normand

L’un de ces obstacles est l’absence du «droit à l’erreur» dans trop d’entreprises, déplore un spécialiste de Siemens.

À la une

Auto: Hydro-Québec et l'américain Dana font de TM4 une coentreprise

L'équipementier automobile américain Dana allongera 165 millions $ pour devenir l'actionnaire majoritaire ...

Titres en action: Airbus, BlackBerry, Chrysler...

Mis à jour il y a 7 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici quelques annonces qui ont fait ou vont faire bouger les cours de ces entreprises.