Groupe Mundial se dote d'une vision claire

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Groupe Mundial se dote d'une vision claire

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

« Un plan stratégique apporte une croissance à l’entreprise et permet à l’entrepreneur de réaliser son rêve », explique Louis Veilleux, de Métal Bernard. [Photo: Francis Vachon]

Les PME manufacturières qui se sont dotées d'une planification stratégique «performent nettement mieux» que celles qui n'en ont pas, selon la nouvelle édition du Baromètre industriel québécois de Sous-Traitance Industrielle Québec (STIQ). Un constat qui ne surprend pas Louis Veilleux, pdg de Métal Bernard et associé du Groupe Mundial, un regroupement de cinq entreprises de sous-traitance industrielle établies dans la région de Chaudière-Appalaches.


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines


«Un plan stratégique nous amène à déployer tous nos efforts vers la réalisation d'un grand objectif, souligne l'entrepreneur de Saint-Lambert-de-Lauzon. Cela apporte une croissance à l'entreprise et permet à l'entrepreneur de réaliser son rêve.»


Depuis sa création en 2004, Groupe Mundial avait fait l'exercice à quelques reprises, mais jamais aussi sérieusement qu'en 2013. «Notre vision n'était pas aussi claire et nous faisions un peu d'improvisation, se souvient M. Veilleux. Maintenant, nous avons un comité consultatif très fort, et les deux membres externes nous ont brassé la cage.»


S'en est suivi une série de rencontres en vue de déterminer les points forts, les faiblesses et les objectifs de chaque PME et de l'ensemble du Groupe.


«C'était important de faire un plan commun pour standardiser les pratiques et permettre plus de synergie entre les entreprises, qui ont des produits et des objectifs différents», dit Éric Champagne, directeur général de Beauce Caoutchouc et associé du Groupe Mundial depuis 2008. À l'été 2013, les cadres des cinq entreprises ont donc paraphé le nouveau plan stratégique. «Signer un contrat, c'est symbolique, mais c'est également significatif, indique M. Champagne. C'est un engagement à le réaliser.»


L'échéancier s'étend jusqu'en 2023, mais les trois premières années sont beaucoup plus détaillées que les suivantes. «Les marchés changent tellement rapidement, c'est difficile d'être précis sur les cibles opérationnelles à long terme, souligne l'entrepreneur. Pour la suite, ce sont surtout des objectifs de croissance.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines


À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trois étapes pour décrocher un contrat aux États-Unis

07/09/2018 | François Normand

«Les 25 à 35 premières secondes sont cruciales», dit un consultant qui accompagne des entreprises aux États-Unis.

Le secteur manufacturier ralenti en juillet aux États-Unis

01/08/2018 | AFP

L’indice ISM manufacturier a perdu 2,1 points en juillet à 58,1 % par rapport au baromètre de juin.

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.