Dans une usine près de chez vous

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Dans une usine près de chez vous

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Mai 2015

Par Pierre Théroux
Un long tapis manufacturier


La Montérégie, souvent appelée le garde-manger du Québec, compte une importante concentration d'usines (40) et d'emplois liés à la fabrication d'aliments. Des grands groupes alimentaires comme Olymel, Agropur, Lassonde et Bonduelle y ont implanté plusieurs usines, de même que les boulangeries Weston, Au Pain Doré, Gadoua et Première Moisson.


Même si elle se trouve éloignée des régions ressources, la Montérégie accueille de grandes entreprises de première transformation des métaux qui fabriquent de l'acier, du fer ou des poudres métalliques, telles qu'ArcelorMittal et Rio Tinto Fer et Titane, qui exploitent des usines à Sorel et Contrecoeur.


D'ailleurs, la nouvelle mouture du Plan Nord ne fait pas saliver uniquement les régions ressources. Elle amènera aussi de l'eau au moulin de la région montréalaise. «Les retombées pour la métropole seront majeures», estime Michel Leblanc, en faisant valoir que la région regroupe 1 800 des 3 800 fournisseurs du secteur minier et de la fabrication minérale du Québec. Parmi eux, on trouve une importante concentration de services professionnels (services financiers, comptables et juridiques, ingénierie, informatique et télécommunications). Mais plus de la moitié (53 %) de ces fournisseurs sont des fabricants de procédés (chimiques, mécaniques) ou d'équipements (foreuses, broyeurs, convoyeurs, véhicules spécialisés).


L'implantation de pôles logistiques sur les territoires de Contrecoeur et de Vaudreuil-Soulanges, annoncée dans le dernier budget provincial, devrait aussi favoriser l'établissement d'entreprises manufacturières en Montérégie.


La grande industrie manufacturière est aussi très présente dans les régions du Centre-du-Québec et de Chaudière-Appalaches, reconnues pour leur dynamisme entrepreneurial. «Le Québec manufacturier apparaît comme un grand tapis qui s'est déroulé principalement le long de l'autoroute 20, de Montréal à Québec», illustre Louis Duhamel.


Autre caractéristique : ces régions «ont une économie diversifiée qui leur permet de mieux traverser les cycles économiques et les fermetures d'usines. Les régions ressources sont plus à risque», souligne Richard Blanchet, pdg de Sous-Traitance Industrielle Québec (STIQ).


Par exemple, à Boisbriand, dans les Laurentides, la fermeture en 2002 de l'usine du constructeur automobile GM n'a pas été aussi catastrophique qu'anticipé. L'implantation au fil des ans de plusieurs PME manufacturières, en particulier dans le secteur agroalimentaire, avait permis à la ville de mieux encaisser le choc. Le taux de chômage avait même fléchi, passant de 4,5 % à 4,3 % de 2001 à 2006.


Cliquez ici pour consulter le dossier Secteur manufacturier: la carte des usines



image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le chômage grimpe au Québec, tandis que l'emploi explose en Ontario

10/08/2018 | Martin Jolicoeur

Malgré l’incertitude dans l'automobile, la création d’emploi demeure plus forte en Ontario qu'au Québec.

Le taux de chômage à son plus bas niveau en 40 ans au Canada

Selon Statistique Canada, le taux de chômage s’est établi à 5,8 % en juillet, contre 6 % le mois précédent

À la une

La saga des pourboires... la suite

Un pourboire automatique perd de son sens et s'appelle... un salaire.

La tournée des start-up et PME

Il y a 11 minutes | lesaffaires.com

Petit tour dans le milieu des jeunes pousses et autres petites ou moyennes entreprises qui font tourner notre économie.

Stornoway enregistre une perte de 36 M$

En juillet, Québec et le Fonds de solidarité de la FTQ sont venus en aide au producteur de diamants.