Des gestionnaires bien outillés en santé mentale

Publié le 28/01/2015 à 14:50

Des gestionnaires bien outillés en santé mentale

Publié le 28/01/2015 à 14:50

Avec près de 55 000 salariés dont 18 000 au Québec, Bell a formé plus de 6000 gestionnaires à l’échelle du pays afin de les outiller pour réagir face à un problème de santé mentale. Cette initiative a valu à la firme de remporter en 2014 le prix de la santé et du bien-être psychologique de l’Ordre des psychologues du Québec, ainsi que la médaille d’or en santé mentale au travail d’Excellence Canada, une première pour une entreprise.


« En 2010, nous avons décidé d’attribuer 67 millions de dollars à notre programme de santé mentale basé sur 4 piliers : la lutte contre la stigmatisation, l’accès aux soins dans la communauté, la recherche sur la santé mentale et la santé mentale au travail », résume Bernard Le Duc, vice-président exécutif, services généraux de Bell.


L’objectif ? Faire la différence face à un enjeu important aux yeux de l’organisation, la santé mentale, qui représente près de 50 milliards de dollars de dépenses annuelles au pays et touche un Canadien sur 5.


Bell a choisi de mettre l’accent sur la sensibilisation de ses troupes, afin de les aider à mieux comprendre les enjeux de santé mentale. Une première formation a été mise sur pied pour les gestionnaires, ainsi qu’une formation pour les représentants syndicaux et une pour les employés. La formation des gestionnaires, sur une journée complète, comprend trois phases, tandis que les deux autres, de quelques heures seulement, sont proposées en ligne.


« Pour les gestionnaires, la première phase sert vraiment à comprendre ce qu’est la santé mentale et les problèmes psychologiques qui peuvent se présenter. Ils sont ensuite amenés à reconnaître les symptômes ainsi que les facteurs extérieurs qui peuvent influencer ce qui se passe au travail, comme la situation familiale ou personnelle », résume M. Le Duc.


Pour Jean-Pierre Brun, professeur titulaire de la Chaire en gestion de la SST à l’Université Laval, il est essentiel de former tant les gestionnaires que les employés : « Même si on pense souvent qu’une équipe va bien lorsque son gestionnaire a des comportements favorisant la santé mentale, le problème ne vient pas toujours du gestionnaire, mais aussi des collègues de travail ».


Une communication sur tous les fronts


En parallèle, le groupe a lancé un programme de prévention en interne. Il comprend des événements et séminaires tout au long de l’année, le lancement d’un portail internet et plusieurs guides sur la santé mentale. « Ce sont des bons points de départ afin de savoir qui appeler, quelles sont les personnes pouvant apporter du soutien, ou quoi dire », résume Bernard Le Duc.


L’entreprise offrait déjà un programme d’aide aux employés et aux familles (PAE). Cependant, grâce à la campagne de sensibilisation, l’utilisation du PAE a connu une hausse de 92% de son utilisation.



image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le succès, c'est juste 20% de talent, dit Tony Robbins

Mis à jour le 13/10/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. À votre avis, que sont les 80% restants? Attendez-vous à une sacré surprise...

L'influence durable, LA compétence de demain

12/10/2017 | Isabelle Lord

BLOGUE INVITÉ. L'influence est la clé du succès au travail. Reste à la rendre durable...

À la une

La montréalaise Lightspeed obtient un financement de 207M$

La Caisse de dépôt et Investissement Québec sont au nombre des investisseurs.

Bombardier: des fournisseurs pâtiront de l’arrivée d’Airbus

Des spécialistes expliquent pourquoi il y aura aussi des perdants à la suite de la prise de contrôle du CSeries.

La marque Roots doit se faire moins gourmande

Mis à jour à 21:14 | Dominique Beauchamp

Les actionnaires de Roots vendent toujours 200 à 230M$ d'actions, mais le prix est 14 à 25% moindre que prévu.