Écoefficacité : six étapes à respecter

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 10:11

Écoefficacité : six étapes à respecter

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 10:11

Lorsque Léandre Saindon a commencé à travailler avec AEF Global, sa première mission a consisté à poser un diagnostic. Le chemin que la PME avait déjà parcouru d'elle-même l'a assez étonné. " J'ai été surpris de voir à quel point ils étaient avancés pour une démarche faite à l'interne ", dit le directeur de projets en écoefficacité pour Québec International. Par exemple, l'entreprise avait déjà consulté le CIRAIG, le CRIQ et mis sur pied un comité vert.


Un plan vert doit être implanté en six étapes qui se déroulent dans un ordre bien établi, rappelle M. Saindon.


" Avant de gérer, il faut faire le bilan de ce qui a été réalisé. Cette étape est souvent négligée par les PME au moment d'entreprendre un virage vert ", souligne l'expert.


Ensuite, on établit un plan d'action, à partir duquel l'entreprise pourra passer à la mise en oeuvre des stratégies puis des mesures de suivi. Elle devra notamment se doter d'un tableau de bord pour mesurer les résultats accomplis.


La dernière étape consiste à communiquer, afin de se positionner sur le marché. " Il faut faire passer le message qu'on ne fait pas juste un produit vert, mais que tout le processus l'est. "


Améliorer son bilan environnemental permet également d'accroître sa compétitivité. C'est là qu'intervient l'écoefficacité. " Cela consiste à améliorer les procédés industriels, à augmenter les revenus et à réduire les matières résiduelles et la consommation de matières premières ", explique M. Saindon.


Des études effectuées par Québec International ont mis en lumière deux éléments en faveur de l'écoefficacité. " Il y a d'abord la hausse des coûts de l'énergie ", souligne-t-il. Des stratégies d'efficacité énergétique permettent donc un rendement de l'investissement assez important.


Par ailleurs, de plus en plus de législations environnementales sont adoptées au Québec et ailleurs. Si une entreprise veut maintenir sa place sur le marché, il ne faut pas attendre la mise en vigueur des règlements. " Cela entraîne des changements majeurs qui peuvent prendre du temps. Dès que ces lois seront en vigueur, elles deviendront une barrière pour les entreprises en retard dans ce domaine ", prévient M. Saindon. Traduction : les lois environnementales deviendront plus sévères, alors aussi bien s'y mettre avant d'y être forcés.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER


Un plan à partir de 500 $
Mis à jour le 12/11/2010

Thermoplast récupère tous azimuts
Mis à jour le 04/11/2010

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: