L'Arsenal sort ses munitions

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

L'Arsenal sort ses munitions

Offert par Les Affaires


Édition du 13 Septembre 2014

Par Claudine Hébert

Que fait la direction d'un centre d'art contemporain privé qui souhaite convaincre davantage d'entreprises et d'organisations de tenir des événements sous son toit ? Elle organise ses propres soirées éclatées pour s'en servir comme carte de visite.


C'est ce que fait l'Arsenal, dans le quartier Griffintown, à Montréal, depuis le début de l'année. Installé dans le bâtiment du 19e siècle qui a abrité le gigantesque chantier naval Canada Marine Works, l'Arsenal a mis au point ce nouveau concept afin de mieux faire connaître ses locaux de 83 000 pieds carrés.


Depuis 2011, l'Arsenal a organisé plusieurs expositions et projets en art contemporain. Le centre a vu également défiler en ses murs un nombre important de grands événements, tels C2MTL, la grand-messe de la créativité montréalaise. «Ces activités nous ont permis de mieux nous familiariser avec les besoins, les attentes et les intérêts de la clientèle d'affaires. C'est ce qui nous a décidés en 2014 à produire nos propres événements», souligne Jean-François Bélisle, directeur de l'Arsenal.


Comme Viva Lorca !, présenté le 4 octobre prochain. «L'événement est organisé en collaboration avec Circo de Bakuza, une entreprise montréalaise de conception événementielle d'envergure internationale. Nous voulons présenter à la communauté d'affaires du Québec du jamais vu sur le plan d'une expérience immersive culturelle», soutient M. Bélisle. Cette activité, qui prendra la forme d'un concert dînatoire en début de soirée et d'un happening festif pour les couche-tard, mettra en vedette Richard Desjardins et les poèmes de l'Espagnol Federico Garcia Lorca. Le tout au son de la musique qui enchantait Madrid dans les années 1920.


Le centre organise également des soirées pour célébrer la richesse de la création artistique québécoise. «La mission première de l'Arsenal est de promouvoir l'art contemporain de plusieurs façons, dont l'événementiel», précise M. Bélisle.


L'Arsenal de Montréal, poursuit-il, met en valeur de l'art contemporain d'envergure muséale. «Des oeuvres qui gardent les visiteurs à l'affût de ce qui se passe dans cet univers parfois éloigné de leur secteur professionnel.»


L'Arsenal peut accueillir jusqu'à 1 200 personnes en formule cocktail et 900 lors des banquets. Il reçoit de 40 à 50 événements par année. Il faut prévoir au moins 10 000 $ pour la location d'une salle.


Cliquez ici pour consulter le dossier Réunions et congrès

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Immobilier: hausse des prix et des taux d'intérêt

14/09/2018 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires. L'accès à la propriété a continué de chuter en août au Québec.

La tournée des start-up et PME

11/09/2018 | lesaffaires.com

Petit tour dans le milieu des jeunes pousses et autres petites ou moyennes entreprises qui font tourner l'économie.

À la une

La planification successorale au-delà du testament

Il y a 17 minutes | Carmela Guerriero

BLOGUE INVITÉ. La planification de notre inaptitude, c’est pour nous : nous serons encore là et vulnérable.

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.