Jouez la carte du sport !

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2018

Jouez la carte du sport !

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2018

Par Claudine Hébert

Les 24 h ­Tremblant ont réuni plus de 3 400 participants et ont généré 3,9 M $ de dons en 2017.

Bien exploitée, la carte du volet participatif auprès de la clientèle affaires peut constituer un ingrédient à succès pour un événement. Parlez-en à Simon Saint-Arnaud, qui produit les 24 h Tremblant depuis la toute première édition en 2001. Cet événement caritatif présenté à la station de ski Tremblant cumule record après record. Encore l'an dernier, ce sont plus de 3 400 participants qui ont généré 3,9 M $ de dons. Objectif pour le prochain événement qui se déroulera du 7 au 9 décembre : 4 000 participants et 4 M $ et plus de dons. Au moment d'écrire ses lignes, déjà plus de 3 000 participants étaient inscrits.


Quelle est la recette ? « Les 24 h Tremblant ne sont pas qu'une collecte de fonds. C'est un rendez-vous qui permet aux gens de vivre une expérience en famille, en groupe, entre amis. Il y a cinq ans, l'organisation a introduit la marche et la course à l'événement. Ces deux activités ont, du coup, permis à des entreprises de doubler, tripler, voire quintupler leur nombre d'équipes. L'une de ces entreprises a inscrit l'an dernier 24 équipes », indique le producteur Saint-Arnaud.


L'organisation a tenté de reproduire le même schéma avec un 24 h Vélo. L'événement a été présenté de 2011 à 2015. « Malheureusement, on a mis fin à l'activité. L'événement coûtait trop cher à produire. À peine 50 % des dons étaient versés aux organismes. On a donc laissé tomber pour se concentrer uniquement sur notre formule gagnante qui rapporte, elle, plus de 80 % aux organismes que nous aidons. »


Un taux de rétention qui frôle les 100 %


L'organisation du Grand défi Pierre Lavoie n'a pas non plus de problème de participation. En fait, si, elle en a un. Depuis six ans, elle doit refuser une bonne trentaine d'équipes qui veulent prendre part à l'événement de 1 000 km qui se déroule sur cinq jours.


« Ce sont près de 98 % des 215 équipes qui renouvellent d'année en année leur inscription. Ce qui laisse de la place pour seulement de quatre à cinq nouvelles équipes par année. Nous devons donc procéder par tirage », indique Stéphanie Charrette, directrice des communications pour le défi.


Afin de composer avec cette forte demande tout en limitant la frustration des participants refusés, l'organisation a ajouté un événement dans l'événement qu'elle appelle la Boucle. « Il s'agit de la plus longue des 13 étapes du circuit emprunté par les équipes. Lors de la première année, plus de 2 000 participants se sont inscrits pour cette sortie en vélo de plus de 120 km. En juin dernier, ils étaient plus de 5 000. De ce groupe, plus de la moitié des participants étaient inactifs ou très peu actifs six mois avant la tenue de l'événement », signale fièrement Mme Charrette. L'activité physique, dit-elle, est devenue très mobilisatrice.


L’organisation du ­Grand défi ­Pierre ­Lavoie, trop populaire, doit refuser une bonne trentaine d’équipes qui veulent prendre part à son événement.

Un facteur de mobilisation que souhaite utiliser l'organisateur du Triathlon international de Montréal, Patrice Brunet. Depuis deux ans, l'événement qui attire les meilleurs triathloniens du monde dans le Vieux-Port de Montréal, à la fin du mois d'août, propose aux entreprises le défi BDC. Présentée en matinée, le samedi matin, l'activité constitue un triathlon sprint, soit 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course. « Les participants, qui sont accueillis dans l'aire VIP, peuvent ensuite suivre le déroulement de la compétition des femmes qui a lieu en après-midi. Notre formule gagne en popularité, souligne M. Brunet. Une quarantaine d'équipes se sont inscrites pour l'édition 2018, soit quatre fois plus que l'an dernier. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «RÉUNIONS ET CONGRÈS: NOS MEILLEURES RECETTES»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Concentrez-vous sur l'essentiel

Édition du 08 Septembre 2018 | Claudine Hébert

Pourquoi certains événements attirent-ils plus de gens que d'autres ? Qu'est-ce qui fait qu'un lancement de produit ...

N'oubliez surtout pas les détails logistiques

Édition du 08 Septembre 2018 | Claudine Hébert

Aujourd'hui, plus de la moitié de la recette d'un événement gagnant repose sur des détails logistiques. « ...

À la une

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

16:11 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi:

MTY et Richelieu graduent au S&P/TSX

Le 24 septembre avant l'ouverture, MTY et Richelieu feront enfin leur entrée au grand indice de la Bourse de Toronto.