5 à 7, réunion... comment séduire à coup sûr les milléniaux

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

5 à 7, réunion... comment séduire à coup sûr les milléniaux

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

Par Claudine Hébert

Les athlètes olympiens et professionnels continuent d’avoir la cote. À Laval, par exemple, la rameuse Mylène Paquette attire systématiquement des foules de plus de 500 personnes.

DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS. Qu'est-ce qui fait sortir les milléniaux? Quelles sont les formules d'activités qui suscitent leur intérêt et par conséquent garantissent leur présence? Que favorisent-ils pour leurs 5 à 7, leurs réunions d'équipes, leurs lunchs d'affaires, leurs partys de Noël? Les Affaires a interrogé une quarantaine d'entrepreneurs et de professionnels de cette génération, issus d'un peu partout dans la province. Sans prétendre à un exercice scientifique, ce sondage maison révèle de très bons indices de leurs attentes envers les lieux de réunions et de congrès.


De bons conférenciers


Vous souhaitez que les milléniaux prennent part à vos événements d'affaires, tels les 5 à 7, les formations, les congrès, les galas, les collectes de fonds ? Embauchez des conférenciers aguerris ! La présence de bons orateurs est l'ingrédient numéro un qui s'est retrouvé sur les lèvres de tous les Y à qui nous avons parlé. Plus de 95 % des répondants disent qu'ils se déplaceront pour entendre le récit et les expériences de gens inspirants et motivants.



« Mon temps est compté, explique Mathieu Viens, propriétaire épicier Metro à Carleton-sur-Mer. Ça prend donc un conférencier pertinent pour que je me déplace. »


Les athlètes olympiens et professionnels continuent d'avoir la cote. À Laval, par exemple, le combattant Georges St-Pierre et la rameuse Mylène Paquette attirent systématiquement des foules de plus de 500 personnes, soutient Pierre-Luc Girard, associé chez JGW, avocats et conseillers d'affaires. Les entrepreneurs qui ont du vécu, qui ont envie de partager leurs témoignages et leurs histoires en affaires, font aussi le bonheur des Y.


«Il suffit que l'École d'entrepreneurship de Beauce organise un événement pour qu'il figure à mon agenda», souligne Joaquim Blanchette , copropriétaire d'Hydrexcel, une PME de Bécancour spécialisée en soudure et en hydraulique.



« Au cours des conférences, j'aime pouvoir apprendre des choses, je veux entendre des témoignages que je ne trouve pas facilement sur le Web, »

indique Dominic Faucher, qui dirige l'entreprise Orkestra, à Gatineau.


Grand consommateur de conférences, Jean-Michel Laliberté, président de l'entreprise de publicité Provisuel, à Trois-Rivières, n'hésite pas à sortir du pays pour assister à des conférences d'envergure. «Je suis allé à St. Louis et à New York pour assister à de grandes conférences. Je ne me lasse pas d'écouter parler l'entrepreneur et philanthrope californien Tony Robbins. J'aime qu'une partie des profits soit versée à des causes qui aident les enfants et les plus démunis.»


Autre point qui plaît aux Y: les conférences dynamiques et interactives où le conférencier n'attend pas la fin de son exposé pour répondre aux questions de l'auditoire. C'est ce que signale Samuel Nadeau, président d'Oranje Film, une PME de vidéo- marketing située à Vallée- Jonction. Plus de la moitié des répondants partagent son avis.


Qui est là?


Outre les conférenciers, les Y aiment rencontrer des professionnels et des entrepreneurs de divers secteurs d'activités. À ce propos, la plupart des répondants ont critiqué les 5 à 7 classiques des chambres de commerce.


Des événements, disent-ils, qui ont tendance à regrouper principalement des avocats, des comptables, des notaires, des banquiers et des agents immobiliers qui veulent vendre leurs produits et services. «C'était pratique au cours des deux années suivant le démarrage de mon entreprise. J'ai pu trouver des professionnels avec qui j'ai développé des affinités. Aujourd'hui, cependant, je veux voir d'autre monde», indique Louis-Philippe Péloquin, président de Sept24.


Le dirigeant de l'entreprise en communication située à Sherbrooke privilégie désormais des activités qui lui garantissent la présence d'autres entrepreneurs issus de différents secteurs. «Je veux pouvoir partager mes expériences et demander conseil. J'aime d'ailleurs les événements qui réunissent autant de jeunes entrepreneurs que d'autres plus âgés.»


Certaines jeunes chambres de commerce (JCC) autorisent justement leurs membres à consulter la liste des participants inscrits à leurs activités de réseautage. Un élément qui permet de rehausser le taux de participation d'au moins 25 %, indique Audrey Leclerc, directrice générale de la JCC de Québec. Elle tient à préciser que les lieux inusités font également augmenter le nombre de participants. Elle cite en exemple un 5 à 7 qui a eu lieu dans un bar de Limoilou. «On attendait 40 personnes. Il en est venu 70», souligne-t-elle.


Remarquez, plus les Y vieillissent, plus ils sont sélectifs dans leurs événements. Julie Hubert, fondatrice de l'entreprise Workland, une agence de recrutement de Montréal, avait l'habitude de meubler son agenda du lundi au jeudi de 5 à 7 et autres événements d'affaires. «Je ne ratais pas une occasion de sortie. Aujourd'hui, alors que j'approche la quarantaine, c'est beaucoup plus calme. Un bon conférencier et les participants présents sont les critères qui m'apparaissent les plus pertinents pour justifier ma présence. Sinon, je passe mon tour.»


Si ça n'existe pas, nous le créons


Notre petit sondage révèle que les Y prennent plusieurs initiatives pour combler leurs besoins en matière de réseautage et de quête d'information. C'est ce qu'a fait Éric Férole, de Pixel Circus, une agence web de Montréal. Il a donné rendez-vous cet été à une trentaine d'entrepreneurs et de professionnels de son secteur pour un 5 à 7 sans flafla, sur la terrasse de la Société des arts technologiques. Près de 70 % des invités sont venus. Une expérience qu'il veut renouveler tous les deux mois.


À lire pour compléter ce dossier: Faire des affaires en mangeant


Plusieurs jeunes chambres de commerce vont, elles aussi, multiplier les concepts pour attirer leurs pairs. À Val-d'Or, par exemple, on organise des journées «Être plus qu'un Y» dans une salle de l'hôtel Forestel. L'activité comprend une formation sur un sujet d'intérêt et un 5 à 7. S'ajoutent au calendrier des 5 à 7 en plein hiver sur la terrasse du resto L'Avantage et des soirées «Sors ton boss» pour favoriser les maillages entre les générations, souligne Alexandre Audet, directeur général de l'hôtel Quality Inn, à Val-d'Or.


À Gatineau, Marc-Antoine Massicotte, 26 ans, reprochait le manque d'activités de réseautage conçues exprès pour les entrepreneurs de sa génération de la région de l'Outaouais. En novembre 2015, il a mis sur pied Projet Ambition, des soirées de conférences présentées sous forme de 6 à 8, à raison de quatre fois par année. Les billets ne sont jamais vendus plus de 50 $ afin que l'activité demeure abordable. «Jusqu'ici, ce sont principalement des dragons qui ont animé les soirées. Chaque fois, nos événements ont affiché complet. Nous avons réuni plus de 300 entrepreneurs et professionnels de la région, y compris des jeunes provenant d'Ottawa et de l'Est ontarien.»


Des formules abordables...


Une poignée de répondants sont prêts à mettre le prix pour participer à des événements d'affaires d'envergure. Plus d'un millénial sur dix nous a indiqué ne pas avoir hésité à payer les quelque 2000$ par billet pour assister à l'événement C2MTL.


Pour les autres, l'accessibilité des événements constitue un critère important. Janick Martin, qui dirige l'entreprise alimentaire Industrie gastronomique Cascajares, à Saint-Hyacinthe, aimerait prendre part à des conférences et à des ateliers de formation de temps à autre. Cependant, le budget de sa PME ne le lui permet pas, dit-elle. «Chez nous, comme dans d'autres petites entreprises, ce sont principalement les employés affectés à la comptabilité qui participent à des formations pour répondre aux exigences de leur ordre professionnel», précise-t-elle.


À Montréal, il existe plusieurs organisations qui répondent aux besoins de réseautage, de conférences et de formation des Y à très peu de frais. Il y a notamment ProductTank, qui favorise la tenue de rencontres entre gestionnaires de produits, designers et développeurs. Les sujets de discussion peuvent être aussi variés que l'intelligence artificielle, le transport, l'éducation en ligne ou les fintechs.


Il y a aussi la communauté de CocoaHeads, qui réunit une fois par mois des développeurs liés au système d'exploitation iOS et Mac ainsi que tout autre professionnel féru de produits Apple. La communauté Android montréalaise GDG Montréal a également son réseau d'activités.


«Ces rendez-vous se déroulent une fois par mois au sein d'une entreprise, dans une petite salle de spectacle, ou encore dans des espaces de coworking. Deux ou trois conférenciers viennent discuter d'un sujet. La nourriture et les boissons sont généralement fournis par un commanditaire», explique Alain Wong, directeur des communications chez AmpMe.


Manon Frayssinet, qui occupe le poste de «Head of people and culture» chez Busbud, dit avoir participé récemment à une rencontre qui réunissait une dizaine de responsables des ressources humaines de start-up comme elle. Une formule à la bonne franquette qu'elle a adorée.


... et des salles pas chères


Les répondants du Grand Montréal ont indiqué recourir fréquemment aux espaces de travail partagé pour leurs rencontres avec les employés. C'est le cas de GSOFT, une société de génie logiciel, qui loue régulièrement les espaces de Breather, une entreprise qui se trouve, comme GSOFT, sous le toit du complexe Nordelec. Michèle Bastien, présidente de Peppermint Cycling Co., une entreprise de fabrication de vêtements de vélo féminins qui opère de Montréal et de Mont-Tremblant, n'hésite pas à réserver des espaces de travail partagé pour rencontrer des fournisseurs.


«Et il m'arrive à l'occasion d'emprunter la salle de conférence de l'entreprise d'un de mes amis», dit-elle. Une dizaine de répondants nous ont signalé que les 5 à 7, y compris les partys d'été et de Noël, peuvent avoir lieu au bureau, voire à la maison ou au chalet du boss.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS: FAIRE SORTIR LES MILLÉNIAUX


À nous la place!


Pour les fêtes de Noël et les séances de remue-méninges, la location de chalets représente une formule appréciée par plus d'un répondant sur trois. Les chalets situés près des stations de ski sont recherchés pour les fêtes de Noël. L'an dernier, la physiothérapeute Cristelle Arsenault, à Bonaventure, a emmené sa dizaine d'employés au centre de villégiature Pin Rouge. L'audioprothésiste Louis-Vincent Courchesne, de Saguenay, opte quant à lui pour les chalets de Mont-Édouard ainsi que pour la pourvoirie Cap au Leste, qui surplombe le fjord, pour les sorties occasionnelles du bureau. «Une sortie récompense, dit-il, qui inclut des séances de discussion, la présentation d'un conférencier et des activités de plein air optionnelles.»


Dominic Faucher, président d'Orkestra, indique pour sa part faire appel à Airbnb au moins une dizaine de fois par année afin de louer un chalet en Outaouais ou dans les Cantons-de-l'Est, pour les réunions d'équipes de son entreprise. «Ces réunions se déroulent en pleine nature, sans appareils électroniques... si possible», ajoute-t-il.


Cet expert en publicité n'hésite pas à briser les conventions pour surprendre ses employés. L'an dernier, la fête de Noël s'est tenue dans les allées d'une épicerie IGA de Gatineau, après les heures de fermeture. «Les employés pouvaient aller chercher ce qu'ils voulaient manger. Des cuisiniers étaient sur place pour préparer leur festin.»


Certaines entreprises, comme Sept24, louent carrément une auberge dans sa totalité pour y accueillir les employés et leurs familles. «On devient maîtres des lieux. On a les chambres, la salle à manger et la cuisine, où les employés sont appelés à former des équipes pour préparer les repas», indique son président. L'Auberge du Savoir, à Eastman, et le Domaine Château Bromont figurent parmi les lieux qui ont répondu aux besoins de cette entreprise.


Foires et congrès: nous irons s'il le faut


Si vous souhaitez augmenter la participation des milléniaux à votre foire ou à votre congrès, assurez-vous que le contenu est pertinent et original. Ce facteur a été montré du doigt par l'ensemble des répondants qui prennent part à des événement du genre. «Ces événements manquent la plupart du temps de folie», estime Simon De Baene, président de GSOFT, une société de génie logiciel. L'entrepreneur parle en connaissance de cause. Son entreprise prend part à une cinquantaine de foires par année, ici et ailleurs dans le monde. «Les programmations pourraient fort bien être améliorées. Mais bon, on y participe. En tant que leader, on se doit d'être présent. Autrement, on enverrait le mauvais signal à notre industrie», reconnaît-il.


En fait, si les milléniaux participent à des foires et à des congrès, c'est principalement pour rencontrer les autres participants et exposants. Voilà ce que soutiennent les répondants de notre sondage qui assistent de façon récurrente ou occasionnelle à ce type d'événements. «Pour moi, c'est l'unique occasion de l'année où je peux partager avec plus de 300 artificiers provenant de partout sur la planète», raconte Maxime Lessard-Giroux, de Kuma, qui s'inscrit chaque année au rendez-vous annuel international de son industrie, peu importe le continent où il est présenté.


Maude Labrecque-Denis, copropriétaire des Productions Balbuzard, à Rouyn-Noranda, ne rate jamais une foire minière présentée dans sa région. «En 10 ans, ces rendez-vous m'ont permis de développer plus de 70 % de mon volume d'affaires», déclare la productrice. Mon entreprise s'intéresse également au calendrier des activités Cree, une clientèle en pleine croissance», dit-elle.


Même discours chez Eckinox Média, à Alma. Le directeur général Jean-François Tremblay suit de près les activités de l'industrie de l'aluminium tenues dans sa région. «Ces foires et ces congrès représentent de belles occasions d'entretenir les relations d'affaires avec mes clients», explque-t-il.


Claude Brouard, chef de l'entreprise Innovations Voltflex, à Trois-Rivières, dit participer à au moins quatre, sinon six foires agricoles par année dans l'Ouest canadien. «Ce n'est pas seulement la destination et les présentations tenues au cours de ces événements qui motivent mes déplacements. En fait, c'est surtout les clients. J'y vais pour entretenir des relations d'affaires, et tant mieux si j'en crée de nouvelles», indique ce dirigeant de la PME spécialisée en solutions de transport pour les grosses mécaniques.


Enfin, les organisateurs de congrès ont avantage à multiplier les choix d'ateliers au sein de leur programmation. Les milléniaux aiment qu'on leur donne la possibilité de choisir leurs sujets d'intérêt et que ça ne dure pas plus d'une heure.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS: FAIRE SORTIR LES MILLÉNIAUX


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

«L'usine 4.0, ce n'est pas seulement une liste de technologies»

BLOGUE. Productivité en hausse, coûts en baisse... Les avantages sont nombreux. Voilà comment bien faire les choses.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.

À la une

Arrêtons de travailler comme en 1990!

Il y a 32 minutes | Simon De Baene

BLOGUE INVITÉ. Travaillez-vous pour une entreprise qui utilise encore le courriel comme seul outil de collaboration?

À surveiller: Bombardier, Freshii et SNC-Lavalin

Que faire avec les titres de Bombardier, Freshi et SNC-Lavalin?

10 choses à savoir mardi

08:34 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Café et cigarette: même combat? Non, Montréal n'est pas Vancouver, et un premier diplôme en culture du pot.