Faire des affaires en mangeant

Publié le 12/09/2017 à 11:27

Faire des affaires en mangeant

Publié le 12/09/2017 à 11:27

Par Claudine Hébert

À Rouyn- Noranda, Maude Labrecque- Denis (à droite sur notre photo), qui dirige les Productions Balbuzard, apprécie la relation qu’elle a avec le restaurant voisin, Le Cachotier : « Le chef accepte même de nous préparer des menus sur demande. »

DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS. Que ce soit pour un service rapide, dans un restaurant chic, un bistro ou un pub, le lunch d'affaires demeure toujours aussi populaire. Les restaurants servent régulièrement de lieux pour les rencontres d'affaires ainsi que pour les réunions et les fêtes de bureau.


Plus d'un répondant sur cinq dit favoriser des établissements (restos, salles, traiteurs) dont les propriétaires sont des partenaires ou des clients de leur entreprise. «C'est un échange de bons procédés», affirme Maxime Lessard- Giroux, président de l'entreprise de feux d'artifice Kuma, à Gatineau.


Les boîtes à lunch, les services de traiteur et les pointes de pizza constituent des formules de dépannage au cours des rencontres internes chez la majorité des jeunes PME interviewées. À Rouyn-Noranda, Maude Labrecque-Denis, qui dirige les Productions Balbuzard, apprécie la relation qu'elle a bâtie avec le restaurant voisin, Le Cachotier. «Le chef accepte même de nous préparer des menus sur demande», dit-elle.


Notez que les milléniaux aiment le volet nourriture et boisson locale. Ils craquent pour les événements où on présente diverses stations qui mettent en vedette des producteurs, des microbrasseurs et des restaurateurs de la ville ou de la région.


«C'est le genre de formule expérientielle qui m'allume», soutient Kaven Delarosbil, directeur des communications chez Uni-Sélect, à Boucherville. Il cite en exemple la soirée gastronomique Tel-Jeunes à laquelle il a participé l'an dernier, à l'Entrepôt Dominion, à Montréal. Présentée sous forme de cocktail dînatoire, cette soirée VIP pour 250 personnes comptait parmi les chefs invités ceux de la brasserie Le Pois Penché, du Restaurant 3734 et du Portus 360.


L'interaction avec les chefs fait d'ailleurs partie des éléments dont raffolent les Y. Le courtier immobilier Jean-Maxime Mercier, de Via Capitale Bas-Saint-Laurent, a reçu une quarantaine de franchisés en avril dernier dans sa ville, Rimouski. «Nous sommes allés, entre autres, à La Réserve Bistro. Le chef est venu nous présenter son histoire, son menu, le choix de ses ingrédients. Ces contacts privilégiés font partie de l'expérience gastronomique», soutient-il.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER RÉUNIONS ET CONGRÈS: FAIRE SORTIR LES MILLÉNIAUX

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

10 choses à savoir jeudi

24/05/2018 | Alain McKenna

Ce radar photo vous paie pour ralentir. La bulle techno près d'éclater, n'achetez pas de voiture électrique avant 2024!

Les employeurs canadiens vont droit dans le mur!

16/05/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Un rapport accablant de Deloitte montre qu'ils ne comprennent rien du tout des défis du 21e siècle.

À la une

Ottawa évalue toujours comment aider les secteurs de l'aluminium et de l'acier

17:36 | Julien Arsenault, PC

Alors que les joueurs des industries de l'aluminium et de l'acier sont frappés par des droits tarifaires aux ...

Le fraudeur québécois qui désobéit au gendarme américain

BLOGUE. L’accusé n’avait plus le droit de toucher à son argent. Mais la tentation a été plus forte…

Tim Hortons modernisera son système de distribution et ouvrira des entrepôts

La chaîne de cafés Tim Hortons allongera 100 millions $ pour moderniser son système de distribution ...