Une foule de bonnes adresses dans Charlevoix

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Février 2018

Une foule de bonnes adresses dans Charlevoix

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Février 2018

Par Claudine Hébert

Le Diapason, sur la rue Sainte- Anne, à Baie- Saint-Paul, qui compte une cinquantaine de places (dont une petite salle privée pour 12 personnes), propose une cuisine alsacienne au goût des produits de Charlevoix. (Photo: Émélie Bernier)

Voici quelques bons restos, bonnes auberges et activités à mettre à l'agenda de vos rendez-vous d'affaires au pays de Menaud maître-draveur.


Où manger ?


Baie-Saint-Paul pullule de bonnes tables à proximité de l'hôtel Le Germain Charlevoix, presque toutes accessibles à pied. Nos coups de coeur :


Le Diapason


Cette maison de la rue Sainte-Anne, qui compte une cinquantaine de places (dont une petite salle privée pour 12 personnes), propose une cuisine alsacienne au goût des produits de Charlevoix. Tartiflette, y compris la légendaire flammekueche, la pizza alsacienne recouverte de crème, de lardons, d'oignons et de fromage, figurent notamment au menu de ce resto ouvert depuis juin 2016. Les groupes qui en font la demande peuvent réserver la totalité de l'établissement pour des événements privés. Ce qu'ont fait d'ailleurs une douzaine d'associations et d'entreprises en 2017, note la copropriétaire Ève Soulard.


Le Mouton Noir


Ce populaire resto de la rue Sainte-Anne a longtemps servi de quartier général pour les fondateurs du Cirque du Soleil, remarque Philippe Brunelle, maître d'hôtel des lieux. Aujourd'hui, cette institution gourmande, assez vaste pour recevoir 75 personnes à la fois, reçoit la visite d'une vingtaine d'événements affaires par année. On aime sa terrasse surplombant la rivière du Gouffre et son terrain de pétanque qui égaye les 5 à 7.


Ah La Vache !


Prenez-vous longtemps d'avance si vous comptez organiser votre événement dans ce resto suisse « Apportez votre vin » qui ne sert que de la fondue au fromage. Depuis son ouverture il y a deux ans, ce petit établissement de 16 places (24 avec la terrasse) roule à fond. « Lors du dernier temps des fêtes, nous avons affiché complet du 22 novembre au 20 janvier. Et tout avait été réservé depuis la mi-septembre », signale le propriétaire Nicolas Bellon. Même la SAQ en ville se met de la partie en proposant de 5 à 10 bouteilles de vins suisses et de Savoie, en France, qui s'harmonisent parfaitement avec la fondue.


Auberge L'Estampilles


Beaucoup d'Européens sont devenus des acteurs de l'industrie touristique charlevoisienne. Ici, dans cette auberge toute jaune du secteur Cap-aux-Corbeaux, c'est la Catalogne qui est à l'honneur. Le coloré et très sympathique aubergiste, Régis Barthe, (qui raffole des jeux de mots), vous propose une cuisine spontanée inspirée du sud de la France. En plus de sa principale salle à manger de 130 personnes et d'une seconde salle au sous-sol pour une centaine de convives, l'établissement propose 11 chambres.


Faux Bergers


En juillet 2017, une toute nouvelle table de type champêtre a vu le jour dans la cour du producteur Maurice Dufour, à qui on doit le célèbre fromage Le Migneron de Charlevoix. Pour une cinquantaine de dollars, les deux chefs associés des Faux Bergers proposent des menus créatifs de six à sept services composés à plus de 90 % de produits charlevoisiens. « Déjà plus d'une vingtaine d'organisations de 20 à 40 personnes sont venues tenir une planification stratégique, un lac-à-l'épaule ou un repas champêtre », indique un des chefs, Émile Tremblay. On aime particulièrement la vue des lieux et le four méchoui complètement réinventé.


Du côté de La Malbaie


Auberge Bistro chez Truchon


Pendant 25 ans, Dominique Truchon a dirigé les cuisines de l'Auberge des Peupliers, à La Malbaie. Depuis 2011, lui et son épouse Annie Dufour dirigent leur propre auberge au centre-ville de La Malbaie. À l'aide de quelques millions de dollars (les associés se font discrets sur le montant précis de l'investissement privé), l'établissement a revu la signature de ses huit chambres et de sa cuisine en plus d'aménager une grande salle de réunion pour une quarantaine de participants. Un investissement qui a fait mouche. Les revenus de l'auberge augmentent de 15 % à 20 % par année depuis bientôt sept ans.


Dominique Truchon et Annie Dufour dirigent leur établissement au centre- ville de La Malbaie, l’Auberge Bistro chez Truchon.


La Maison du Bootlegger


Ce n'est pas tant pour la cuisine que pour l'ambiance complètement éclatée des lieux que les groupes débarquent massivement dans cet ancien bar clandestin de Saint-Urbain. Cette adresse figure d'ailleurs parmi les trois activités chouchous des congressistes de passage au Manoir Richelieu. De 925 clients il y a 20 ans, ils sont aujourd'hui plus de 17 500 à franchir la porte de cette curieuse maison en bois ouverte en soirée (et à l'heure du lunch sur demande) du mois d'avril à la fin octobre. Le prix d'entrée comprend le repas et la visite des passages secrets (où Elvis Presley aurait, selon toute vraisemblance, laissé sa dédicace) de l'établissement. La musique est assurée par l'orchestre de Joey Tardif, l'ex-membre d'Épopée rock.


Quoi faire entre les réunions ?


Le Train de Charlevoix


L'un des plus beaux circuits de train panoramique dans le nord-est du pays a procédé à plus de 57 000 embarquements l'an dernier. Le double d'il y a deux ans, signale Frédéric Audet, représentant commercial du Train de Charlevoix. Cette augmentation est liée en grande partie, dit-il, aux organisations et aux entreprises de passage dans la région, qui représentent plus de 25 % de la clientèle du train. L'activité est devenue si populaire que la direction veut investir 1 M $ pour l'achat d'un troisième train. Les deux trains actuels, qui font la navette entre Québec et La Malbaie plusieurs fois par jour, peuvent recevoir de 120 à 128 passagers. Généralement en opération de juin à octobre, le train pourrait exceptionnellement accueillir des passagers lors de la période des fêtes en 2018.



Le Train de Charlevoix,un des plus beaux circuits de train panoramique dans le nord-est du Canada, a procédé à plus de 57 000 embarquements l’an dernier. (Photo: Caroline Perron)


Massif de Charlevoix


Le plus haut dénivelé de la province reçoit la visite de plus de 400 groupes par année, allant de clubs sociaux d'entreprises à des événements VIP (un peu plus d'une quinzaine par an) organisés pour des collectes de fonds. Il s'agit d'une augmentation d'au moins 20 % depuis 2012, l'année où la station s'est dotée d'une piste de luge de 7,5 km, indique France Guillot, directrice des ventes chez Le Massif de Charlevoix. Mme Guillot demeure motus et bouche cousue sur l'investissement de la luge. Par contre, elle soutient que ce produit a permis d'aller chercher une clientèle affaires qui ne serait jamais venue à la montagne.


Station Mont Grand-Fonds


Plus de 5 M $ ont été investis dans cette station de ski de l'arrière-pays de La Malbaie de 2013 à 2015. Des investissements qui ont permis, entre autres, de construire un tout nouveau chalet de pierres et de bois qui dispose de trois salles pouvant accueillir de 80 à 200 personnes. On retrouve également un « food shack » au sommet de la montagne, qui peut recevoir une vingtaine de personnes. Actuellement, la station accueille près d'une dizaine d'événements d'envergure par année, dont l'Ultra-Trail Harricana, en septembre. « On souhaite tripler ce nombre d'événements d'ici 2020 », signale Alain Goulet, directeur général de la station.



Plus de 5 M $ ont été investis dans la station de ski Mont Grand-Fonds de 2013 à 2015.[Photo : Francis Gagnon]


La Route des saveurs


Au premier rang des activités chouchous des congressistes qui visitent la région se dresse ce circuit agrotouristique de Charlevoix qui réunit plus d'une quarantaine de producteurs, de transformateurs, de restaurateurs et de membres affiliés. Ferme d'émeus, laiterie, charcuterie, microbrasserie font partie de ce circuit qui s'étend de Baie-Saint-Paul à Saint-Fidèle. La direction de l'hôtel Le Germain Charlevoix a d'ailleurs organisé l'automne dernier deux sorties d'une journée chez des producteurs de la Route des saveurs pour une trentaine d'employés de la restauration et du service à la clientèle. « Pour que nos employés soient de parfaits ambassadeurs du savoir-faire agrotouristique de la région, on croit fortement qu'ils doivent eux-mêmes avoir rencontré ces producteurs », soutient Sylvie Dionne, directrice générale du Germain Charlevoix. Notez que les produits charlevoisiens figurent abondamment au menu des deux restos de l'hôtel : Les Labours et Le Bercail.


Domaine Forget


Accroché sur un flanc de montagne de Saint-Irénée, ce vaste domaine de 150 acres consacré à la musique abrite l'une des meilleures salles de concert acoustique de tout l'est du pays. La salle peut contenir jusqu'à 600 personnes pour des conférences. Elle en accueille une bonne dizaine par année. Réputé pour ses brunchs musicaux du dimanche, le domaine comprend également trois pavillons d'hébergement qui totalisent près de 70 chambres accessibles de septembre à mai. Les mois d'été sont réservés aux camps musicaux.



Le Domaine Forget, en plus d’offrir des concerts, comprend également trois pavillons d’hébergement qui totalisent près de 70 chambres accessibles de septembre à mai. (Photo: Geneviève LeSieur – Bleu Outremer)


Musée maritime de Saint-Joseph-de-la-Rive


Grâce à un investissement majeur de 3 M $, cet ancien chantier maritime devenu musée compte devenir un acteur régulier du tourisme d'affaires de Charlevoix. L'établissement s'est doté d'un nouveau bâtiment administratif qui contient quatre salles de réunions, dont une (avec terrasse) pouvant recevoir jusqu'à 125 personnes. Un investissement qui rapporte déjà. Le musée sera l'hôte, en mai prochain, d'un congrès en tourisme organisé en collaboration avec l'Université Laval. Plus d'une quarantaine d'experts européens sont attendus, souligne Marie-Anne Rainville, directrice générale du musée. La direction souhaite accueillir une bonne vingtaine d'événements du genre en 2018. Outre les nouvelles salles, le musée utilise également les goélettes qui sont exposées pour accueillir des événements. La goélette Saint-André est d'ailleurs très populaire pour la tenue de 5 à 7, précise-t-elle.



Grâce à un investissement majeur de 3 M $, le Musée maritime de Saint-Joseph-de-la-Rive s’est doté d’un nouveau bâtiment administratif qui contient quatre salles de réunions.


 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La hausse du salaire minimum inquiète le patron de St-Hubert

14/02/2018 | Stéphane Rolland

La hausse du salaire minimum doit se faire graduellement, sinon les consommateurs devront payer la note, prévient-il.

Adresses chouchous pour discussions parlementaires

Édition du 10 Février 2018 | Claudine Hébert

À Québec, le personnel de l'Assemblée nationale ne discute pas politique qu'à l'intérieur des murs du parlement. ...

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».