Voici quatre informations clés à propos des régimes enregistrés d'épargne-retraite.

Publié le 01/01/2013 à 00:00, mis à jour le 23/01/2013 à 10:42

Voici quatre informations clés à propos des régimes enregistrés d'épargne-retraite.

Publié le 01/01/2013 à 00:00, mis à jour le 23/01/2013 à 10:42

Par Les Affaires

REER 2013. 


Voici quatre informations clés à propos des régimes enregistrés d'épargne-retraite.


1 Combien puis-je contribuer à mon REER ?


Le gouvernement considère que vous pouvez verser dans votre REER au plus 18 % de votre revenu gagné, jusqu'à concurrence de 22 970 $ en 2012. Le calcul des droits de cotisation au REER (le seuil maximal que vous avez le droit de verser dans votre REER) se fait à partir des revenus de l'année précédente. Le gouvernement réduit les droits de cotisation des personnes qui bénéficient d'un régime de retraite auprès de leur employeur au moyen d'un facteur d'équivalence calculé en fonction de la valeur de ce régime. Tous les ans, le gouvernement fédéral envoie à chaque contribuable un relevé de cotisation qui détaille sa situation.


2 Que faire pour rattraper le temps perdu ?


Pour ceux qui accusent un «retard» et qui ont accumulé des droits inutilisés, il existe un remède : le prêt REER. Toutes les institutions financières offrent ce type de prêt. Il y a toutefois un effet secondaire : on doit payer des intérêts qui ne sont pas déductibles des revenus générés par les placements (contrairement aux intérêts d'un prêt pour un investissement hors REER). Réglez votre prêt le plus rapidement, si possible en utilisant votre remboursement d'impôt.


Vous pouvez aussi chercher à renverser la vapeur en misant sur le versement périodique. Prenez l'habitude de contribuer régulièrement, même s'il s'agit de petits montants.


Une fois l'habitude bien ancrée, vous pourrez augmenter le montant.


DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

REER: 4 étapes pour les retardataires

Mis à jour le 01/03/2015 | Dominique Lamy

Impossible de procrastiner davantage: vous n’êtes qu’à quelques heures de la date butoir.

REER et CELI: des spécialistes suggèrent une répartition d'actifs optimale

Édition du 28 Février 2015 | Dominique Lamy

Avantage de la non-imposition des gains, désavantage de la non-déductibilité des pertes : plusieurs investisseurs ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

SNC-Lavalin: une autre année difficile en vue

19:49

Les attentes envers l'entreprise sont toutefois trop basses, juge un analyste.

Le fisc est-il injuste avec les familles recomposées?

BLOGUE. La fiscalité réserve parfois des mauvaises surprises à ceux qui forment une nouvelle famille.

Les fournisseurs de Target Canada se préparent à un bras de fer

Une réclamation de 1,9 G$ à l'endroit du détaillant insolvable pourrait influencer les montants versés aux créanciers.