Roses, chocolats et projets de retraite

Publié le 12/02/2013 à 11:27

Roses, chocolats et projets de retraite

Publié le 12/02/2013 à 11:27

Seulement 28 % des couples canadiens disent qu'ils ont discuté de leurs projets de retraite avant de se marier ou de vivre en union de fait, selon un récent sondage en ligne mené pour le compte de la Banque de Montréal.


Au Québec, c'est 32 % des couples qui ont parlé de retraite avant de s'engager un peu plus loin dans leur relation. Le plus haut taux se situe en Alberta où 35 % des couples ont eu ce genre de discussion. À l'opposé, seulement 14 % des couples du Manitoba et de la Saskatchewan ont parlé retraite tôt dans leur relation.


Une fois marié ou en union de fait, le nombre de couples ayant discuté de retraite augmente de beaucoup. Ainsi, 86 % des couples canadiens ont parlé de leurs projets de retraite. Le Québec remporte la palme à ce titre avec neuf couples sur dix qui disent avoir discuté de leurs plans de retraite après leur union.


Les couples canadiens sont d'ailleurs conscients de l'importance de discuter de ces questions au sein d'un couple puisque 20 % d'entre eux disent que des "points de vue divergents sur la retraite pourraient entraîner une séparation ou un divorce". De plus, en moyenne, les couples canadiens croient qu'ils auront besoin d'un million de dollars pour financer leur retraite.


Le sondage a été effectué en ligne par Pollara, du 1er au 5 février 2013, auprès d'un échantillon de 800 adultes canadiens qui ne sont pas des retraités et qui sont mariés ou qui vivent en union de fait. Un échantillon probabiliste de la même taille comporterait une marge d'erreur de plus ou moins 3,5 %, 19 fois sur 20.

Sur le même sujet

Investissement: les femmes moins confiantes que les hommes

16/09/2014 | Finance et Investissement

Les femmes doutent plus que les hommes lorsque vient le temps d'investir, soutient un sondage.

Des attentes de rendement réalistes ?

Édition de Septembre 2014 | Ian Gascon

Les investisseurs nourrissent des attentes souvent peu réalistes quant aux rendements de leur ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Les acquisitions, une force positive pour la Bourse

Tant que les taux seront bas et que les sociétés auront du capital à déployer, les transactions stimuleront les cours.

Mooney: pourquoi je reste positif à long terme envers la Bourse

Édition du 13 Septembre 2014 | Bernard Mooney

En dépit des manchettes négatives et des craintes géopolitiques, il ne faut jamais oublier le portrait global.

Sondage: Comment juger de la qualité d'un pdg?

Édition du 13 Septembre 2014 | Marie-Claude Morin

Le concours PDG de l’année – Les Affaires prend un nouvel élan cette année. Non seulement devient-il un événement annuel