Retraite : partir ou pas ?

Publié le 01/01/2013 à 00:00, mis à jour le 23/01/2013 à 10:40

Retraite : partir ou pas ?

Publié le 01/01/2013 à 00:00, mis à jour le 23/01/2013 à 10:40

Par Martin Jolicoeur

REER 2013. Ah ! les vacances... Vous les achevez tout juste et vous réalisez combien la vie au chalet ou au bord de la mer, passée à lire, à jardiner, vous sied bien.


Jusque-là, rien de bien nouveau. Si ce n'est que, cette fois, le sentiment est plus profond que par les années passées. Au point d'envisager sérieusement de ne plus jamais remettre les pieds au bureau...


Si telle est votre ambition, chassez-la immédiatement ! Il vaudrait mieux prendre le temps de respirer - quitte à repartir en vacances - plutôt que de devancer ainsi votre retraite de 15, 10 ou même 5 ans, conseillent tous les spécialistes, planificateurs financiers et actuaires, à qui nous avons parlé.


Car si le rêve de "Liberté 55" demeure bien ancré dans l'esprit des Québécois, sa réalisation, elle, relève carrément de l'"utopie", tranche Hélène Gagné, associée et gestionnaire de portefeuille chez PWL Capital, de Montréal.


"Les gens doivent comprendre que deux ou trois semaines de vacances, c'est une pause professionnelle. Mais la prise de retraite, c'est toute autre chose ; ce n'est pas une pause, mais un changement complet de mode de vie qui ne peut s'improviser."


Sur le même sujet

DrĂ´le, l'argent ?

Édition de Novembre 2014 | Claudine HĂ©bert

L'humoriste Jean-François Mercier, actuellement en tournée dans la province, maîtrise l'art de ...

Retraite: personne ne veut dépendre de ses enfants

24/10/2014 | Finance et Investissement

Vous n'avez pas encore réussi à convaincre votre client d'épargner sérieusement pour sa ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le meilleur véhicule pour s'enrichir à long terme

Mis à jour le 31/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Ce n’est pas parce que le marché boursier fracasse des records qu’il est nécessairement cher.

Les bienfaits d’un portefeuille nord-américain

BLOGUE. Pour réduire le risque et bonifier le rendement, une solution consiste à bâtir un portefeuille nord-américain.

Et si l'Europe Ă©tait une bombe Ă  retardement?

Mis à jour il y a 22 minutes | François Normand

ANALYSE. C'est la crise en Europe qui menace la croissance mondiale, pas Ebola ou la montée de l'État islamique.