REER-CELI : six stratégies de fin d'année

Publié le 01/01/2013 à 10:56, mis à jour le 23/01/2013 à 10:47

REER-CELI : six stratégies de fin d'année

Publié le 01/01/2013 à 10:56, mis à jour le 23/01/2013 à 10:47

Par Guillaume Poulin-Goyer

REER 2013. La fin de l’année approche à grands pas et les contribuables peuvent mettre en place des stratégies simples afin de composer avec les règles du régime enregistré d’épargne-retraite (REER) et du compte d’épargne libre d’impôt (CELI). En voici six, proposées par des fiscalistes.


Cotiser au REER du conjoint en décembre, plutôt qu'en février


Un particulier devrait prendre l'habitude de contribuer au REER de son conjoint en décembre plutôt qu'en février. En effet, selon les règles fiscales, tous les retraits effectués à un REER du conjoint qui ont fait l'objet d'une déduction fiscale au cours de l'année du retrait ou au cours des deux années d'imposition qui précèdent le retrait sont imposables pour celui qui verse les cotisations et non pour son conjoint, lit-on dans le manuel du Cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada de CSI.


« Si vous versez votre cotisation pour 2012 au REER de votre conjoint le 1er janvier 2013, plutôt que le 31 décembre 2012, votre conjoint devra attendre au 1er janvier 2016 pour retirer ce montant, si vous ne voulez pas qu'il vous soit attribué. Vous ne devriez donc pas attendre au mois de janvier ou février pour cotiser au REER de votre conjoint, même si c'est souvent ce que vous faites dans le cas de votre propre REER », conseille le livre Vous, votre famille et le fisc 2013, publié par KPMG.


DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

CELI: les droits inutilisés, du chinois pour de nombreux Canadiens

23/07/2015 | Finance et Investissement

Presque un Canadien sur quatre ne sait pas ce qui advient des droits de cotisations inutilisés.

CELI: la confusion règne toujours

17/06/2015 | François Normand

Cinq ans après son lancement, les Canadiens ont toujours de fausses perceptions à propos du CELI. Faites le test!

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Le huard est trop faible pour «magasiner» aux États-Unis

Les deux tiers des Canadiens affirment que ça ne vaut plus la peine de faire ses emplettes au sud de la frontière.

Je vais essayer de lancer une start-up en une semaine

BLOGUE. Plutôt que de me rendre au bureau ce matin, je me suis rendu à la Maison Notman avec un objectif particulier.

Qui achète nos terres agricoles et à quel prix?

BLOGUE. De plus en plus de questions sont soulevées par le phénomène d'accaparement des terres agricoles au Québec.