Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

REER 2013. « Chérie, j’ai acheté un REER. » Contrairement à ce que suppose cette expression qu’on entend encore, un REER (Régime enregistré d’épargne retraite), ça ne s’achète pas. Ce n’est pas un produit. C’est plutôt un contenant dans lequel une personne range divers instruments de placement (actions, fonds communs de placement, obligations, etc.) destinés à accumuler du capital pour sa retraite. Sur le couvercle de la boîte, un avertissement : imposable seulement lors du retrait ! Le mot « enregistré » confère donc un statut particulier à vos placements. Il s’agit d’une sorte de pacte que le contribuable conclut avec les gouvernements: tant que le placement est dans la boîte enregistrée, le ministre du Revenu ne peut pas percevoir d’impôt sur les revenus et les gains en capital que ces investissements rapportent.


Avec la collaboration de Gilles Drouin et Thomas Cottendin

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Quatre mythes sur les titres à revenu

11/11/2014 | Morningstar

Avec des taux d'intérêt d'une faiblesse persistante, nous ne savons plus trop que faire.

Drôle, l'argent ?

Édition de Novembre 2014 | Claudine Hébert

L'humoriste Jean-François Mercier, actuellement en tournée dans la province, maîtrise l'art de ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

Mis à jour le 26/11/2014 | La Presse Canadienne

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Immobilier: l'accessibilité à la propriété à son mieux en quatre ans au Québec

26/11/2014 | lesaffaires.com

Le segment des copropriétés a connu l'amélioration la plus marquée, en raison de l'abondance de l'offre.

L'immobilier stagne au Québec mais reprendra de la vigueur en 2015

26/11/2014 | Denis Lalonde

La SCHL constate une stagnation de l'immobilier à Montréal, ce qui n'empêchera pas les prix de progresser d'ici 2016.