Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

REER 2013. « Chérie, j’ai acheté un REER. » Contrairement à ce que suppose cette expression qu’on entend encore, un REER (Régime enregistré d’épargne retraite), ça ne s’achète pas. Ce n’est pas un produit. C’est plutôt un contenant dans lequel une personne range divers instruments de placement (actions, fonds communs de placement, obligations, etc.) destinés à accumuler du capital pour sa retraite. Sur le couvercle de la boîte, un avertissement : imposable seulement lors du retrait ! Le mot « enregistré » confère donc un statut particulier à vos placements. Il s’agit d’une sorte de pacte que le contribuable conclut avec les gouvernements: tant que le placement est dans la boîte enregistrée, le ministre du Revenu ne peut pas percevoir d’impôt sur les revenus et les gains en capital que ces investissements rapportent.


Avec la collaboration de Gilles Drouin et Thomas Cottendin

Sur le même sujet

Retraite: personne ne veut dépendre de ses enfants

24/10/2014 | Finance et Investissement

Vous n'avez pas encore réussi à convaincre votre client d'épargner sérieusement pour sa ...

Les marchés sont-ils capables de vivre sans les liquidités de la Fed?

23/10/2014

Un important gestionnaire diminue sa participation en actions tandis que la Réserve fédérale réduit ses rachats d'actif.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Trop d'argent dort dans les comptes des Canadiens

Les investisseurs canadiens conservent deux fois plus de liquidités que les objectifs qu’ils se sont donnés.

À surveiller: Canam, ATS Automation et Kraft

Il y a 53 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Groupe Canam, ATS Automation et Kraft?

L'industrie de la mort au Québec en pleine mutation

Édition du 01 Novembre 2014 | Valérie Lessard

Les salons s'adaptent aux changements de rites, comme en témoigne le «fast-food funéraire».