Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

Info REER: Le pacte avec le fisc

Publié le 11/02/2014 à 06:59, mis à jour le 11/02/2014 à 14:23

REER 2013. « Chérie, j’ai acheté un REER. » Contrairement à ce que suppose cette expression qu’on entend encore, un REER (Régime enregistré d’épargne retraite), ça ne s’achète pas. Ce n’est pas un produit. C’est plutôt un contenant dans lequel une personne range divers instruments de placement (actions, fonds communs de placement, obligations, etc.) destinés à accumuler du capital pour sa retraite. Sur le couvercle de la boîte, un avertissement : imposable seulement lors du retrait ! Le mot « enregistré » confère donc un statut particulier à vos placements. Il s’agit d’une sorte de pacte que le contribuable conclut avec les gouvernements: tant que le placement est dans la boîte enregistrée, le ministre du Revenu ne peut pas percevoir d’impôt sur les revenus et les gains en capital que ces investissements rapportent.


Avec la collaboration de Gilles Drouin et Thomas Cottendin

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Les ventes de fonds communs mensuelles en baisse

23/01/2015 | Finance et Investissement

Les ventes nettes du secteur des fonds communs de placement (FCP) se sont élevées à 1,33 milliards ...

REER: s'inspirer des fortunes privées

Édition du 24 Janvier 2015 | Dominique Beauchamp

Chaque période de REER, les placements reviennent à l'avant-scène des préoccupations. Cette année, la tâche ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Google déçoit et tente de désamorcer les doutes

29/01/2015

«Nous avons enregistré une solide performance en publicité», fait valoir le Québécois Patrick Pichette.

Corruption chez Bombardier?: le CA doit clarifier l'affaire

29/01/2015 | François Pouliot

BLOGUE. Nous avons de nouveaux détails sur les allégations de corruption chez Bombardier.Le CA doit clarifier l'affaire.

Couche-Tard sur les rangs pour 500 stations-service Esso?

29/01/2015 | Yannick Clérouin

Un analyste de Desjardins croit que la société lavalloise et sa rivale CST Brands seront intéressées.