Martin Le Sauteur : l'homme de la croissance

Publié le 09/02/2012 à 00:00, mis à jour le 09/02/2012 à 11:54

Martin Le Sauteur : l'homme de la croissance

Publié le 09/02/2012 à 00:00, mis à jour le 09/02/2012 à 11:54

Par Julien Brault

























Lorsque Martin Le Sauteur devient pdg d'Acquisio, en mai 2008, l'agence de solutions marketing en ligne est presque à court de capital, elle n'a aucun revenu, et son produit n'en est qu'au stade du prototype. Loin d'être effrayé par le triple défi à relever, M. Le Sauteur investit personnellement dans l'entreprise et retrousse ses manches. En moins d'un an, l'entreprise est tirée d'affaire et fait face à un second problème : une croissance difficile à gérer.


Fondée en 2003, Acquisio était à ses débuts une agence de marketing en ligne florissante. Toutefois, après avoir atteint une certaine taille, l'entreprise se trouva face à une croissance plus difficile : «Ils avaient atteint un mur, car il y avait trop de manipulations plus ou moins répétitives dans la gestion des campagnes en ligne», explique M. Le Sauteur, 50 ans. C'est à ce moment-là que le développement du produit qui définit aujourd'hui l'entreprise commença.


Acquisio a ainsi conçu un système permettant de générer automatiquement des rapports sur les campagnes pour les clients d'une agence. Aujourd'hui, les solutions d'Acquisio permettent également de gérer des campagnes sur différentes plateformes, comme Google AdWords et Facebook Ads, à partir d'un tableau de bord unique.


Lorsque Martin Le Sauteur se joint à Acquisio, les activités de services de l'entreprise viennent d'être vendues. Il est alors urgent de trouver du financement, mais, en 2008, les institutions sont plus prudentes que jamais. Malgré tout, le nouveau pdg réussit à trouver des fonds auprès d'investisseurs individuels : «Nous avons fait appel à des anges investisseurs, ce qui nous a permis de survivre», résume-t-il.


Faute de revenus, la survie de l'entreprise aurait toutefois été de courte durée. Aussi, Martin Le Sauteur engage-t-il rapidement des vendeurs supplémentaires. Leur tâche est alors de convaincre les agences d'adopter la solution d'Acquisio, qui leur facture 1 % des budgets des campagnes gérées grâce à leur solution. La stratégie s'avère payante, et la liste de clients d'Acquisio s'allonge peu à peu, tandis que son financement devient plus aisé.


Un marché en pleine expansion


Depuis 2008, Acquisio double son chiffre d'affaires chaque année, et Martin Le Sauteur considère que ce rythme est encore soutenable. Il faut dire qu'il en a vu d'autres, notamment à titre de chef de l'exploitation de Nurun, qui a mis quelques années seulement à devenir une agence de marketing numérique de calibre international.


Le dernier tour de financement en date pour Acquisio, mené par Tandem Expansion en juillet 2011, a mis à la disposition de Martin Le Sauteur un financement supplémentaire de 12,1 millions de dollars. Avec cet argent, Martin Le Sauteur compte accélérer l'expansion internationale de l'entreprise.


Déjà présente à Londres et en banlieue de Seattle, Acquisio ouvrira bientôt un bureau à New York. «J'ai toujours été à l'aise dans un environnement en hypercroissance», reconnaît le pdg.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Émotions magiques

Édition du 06 Décembre 2014 | Géraldine Martin

Qu'est-ce qu'un grand dirigeant ? Excellente question. J'ai passé la semaine à y réfléchir en pensant à ce que ...

Speedware devient Fresche Solutions

20/03/2012

BLOGUE. La Montréalaise Speedware change de nom et déménage quelque 18 mois après avoir ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Saputo vend les gâteaux Vachon

Mis à jour il y a 23 minutes | La Presse Canadienne

Saputo (TSX:SAP) a annoncé jeudi la vente de ses activités de boulangerie.

Patience à la Fed et autour du golfe Persique

13:50 | Jean Gagnon

La Réserve fédérale américaine ne dit plus que les taux vont demeurer bas durant une période de temps considérable.

La France impose des pénalités antitrust totalisant 1,2G$US

On retrouve parmi les entreprises fautives les américaines Colgate-Palmolive, Procter & Gamble et Sara Lee.