Vendre sa PME pour financer sa retraite

Publié le 29/10/2010 à 00:00, mis à jour le 03/07/2012 à 09:22

Vendre sa PME pour financer sa retraite

Publié le 29/10/2010 à 00:00, mis à jour le 03/07/2012 à 09:22

Épargner pour la retraite tout en étant entrepreneur n'est pas une mince affaire. C'est du moins l'avis de Romain Gagnon, fondateur et dirigeant du Groupe DynaVision, expert-conseil en développement technologique, et copropriétaire de la boulangerie organique La Fournée Inewa. " Épargner pour la retraite, c'est loin d'être évident. Nos financiers et nos partenaires s'attendent à ce que nous investissions beaucoup d'argent dans notre entreprise, qui devrait normalement rapporter davantage que la Bourse. "


Cette année, le quadragénaire a placé pour la première fois de l'argent dans un REER - un montant de 50 000 $ - après avoir cédé une partie de ses parts dans DynaVision à Grande Armée Conseil. " Je compte surtout sur la vente de mes entreprises pour financer ma retraite. Et comme leur valeur dépend des résultats, je veille à ce que les affaires aillent bien ", explique-t-il.


Le scénario est classique. " Étant aux commandes d'une entreprise qu'il a bâtie, l'entrepreneur a confiance," indique Daniel Gladu, planificateur financier à la Banque de Montréal. Aussi, il ne sent pas le besoin de placer de l'argent pour investir dans un REER, un CELI ou des actifs immobiliers. Résultat : lorsqu'il arrive à la retraite, son actif le plus important est généralement la valeur de son entreprise.


Mais contrairement à un salarié, le financement de la retraite de l'entrepreneur repose sur ses épaules. Il doit donc avoir une stratégie de sortie. " Cette stratégie vous permettra de maximiser les retombées fiscales, d'assurer que les redevances futures vous seront versées et de vous conformer aux aspects légaux ", dit Gaétan Veillette, planificateur financier chez Groupe Investors.


Réduire les risques


Par ailleurs, le fait d'avoir tous vos oeufs dans le même panier comporte des risques élevés. Un moyen facile de diversifier ses actifs est d'investir dans un REER, un CELI ou un autre instrument de placement. " En autant de ne pas détenir les actions de votre entreprise ", précise M. Gladu.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

8 questions Ă  se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

À la une

SNC-Lavalin dévoile une perte de 1,6G$, coupe son dividende

Mis à jour il y a 5 minutes | Denis Lalonde

SNC-Lavalin a fait Ă©tat d’une perte nette de 1,6 milliard $ (G$) au 4e trimestre, soit l’équivalent de 9,11$ par action.

À surveiller: Loblaw, Valener et Gildan

Que faire avec les titres de Loblaw, Valener et Gildan? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de Loblaw déçoivent, l'action perd 5%

Mis à jour le 21/02/2019 | Dominique Beauchamp

Sans l'effet de l'inflation, les ventes par magasin comparable de Loblaw reculent de 0,2%.