La retraite, non merci!

Publié le 29/09/2010 à 09:45, mis à jour le 03/07/2012 à 09:24

La retraite, non merci!

Publié le 29/09/2010 à 09:45, mis à jour le 03/07/2012 à 09:24

Photo : Bloomberg

Traumatisés par la crise financière et désireux de demeurer actifs plus longtemps, les investisseurs repoussent les limites de la définition traditionnelle de la retraite, selon un récent rapport de Barclays Wealth.


Les gens vivent maintenant plus longtemps et ne peuvent plus de permettre de financer des retraites complètes pouvant s'étendre entre 40 et 50 ans. Avec la crise financière et le vieillissement de la population, les particuliers et les gouvernements ont de la difficulté à financer des retraites confortables si elles sont prises dès 65 ans.


De plus, les gens souhaitent demeurer actifs et en santé plus longtemps, ce qui les pousse à rester au travail, souvent à temps partiel, au-delà de la barre des 65 ans. Selon Barclays, même si les marchés venaient à se stabiliser et que l'économie reprenait du poil de la bête, la définition de la retraite ne reviendrait pas à ce qu'elle était dans le passé.


« Il est improbable que les facteurs humains en cause, c'est-à-dire la volonté des retraités de demeurer actifs et en santé, changent, explique Barclays dans son rapport. Les gens vivent aussi de plus en plus vieux, c'est également une tendance qui ne se renversera pas de si tôt. »


Dans son rapport, Barclays prédit que le concept de retraite complète deviendra bientôt dépassé. Les « jamais-retraités », comme Barclays les appelle, continueront durant tout le reste de leur vie à travailler sous une forme ou une autre.


Cette tendance créera des nouveaux défis pour les individus, leur famille et la société en général. Si on ne pense pas prendre sa retraite, on risque de ne pas planifier adéquatement ses finances et peut-être oublier de prévoir les détails de sa succession, avertit Barclays.


« Les gens qui choisissent de repousser leur retraite doivent quand même prévoir un moment logique pour transférer leur patrimoine à leurs descendants », conseiller Barclays.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Jeudi 06 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Pour s'enrichir, il y a aussi le facteur chance

14/11/2018 | Daniel Germain

On dit des gros rendements boursiers qu’ils sont l’apanage des audacieux. Il y a aussi un peu de chance…

Les «turbulences» aux États-Unis sont une occasion pour le Canada, selon Mitch Garber

Voici le plan de match du président du conseil d'Investir au Canada pour attirer davantage d'investisseurs étrangers.

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.