La retraite, non merci!

Publié le 29/09/2010 à 09:45, mis à jour le 03/07/2012 à 09:24

La retraite, non merci!

Publié le 29/09/2010 à 09:45, mis à jour le 03/07/2012 à 09:24

Photo : Bloomberg

Traumatisés par la crise financière et désireux de demeurer actifs plus longtemps, les investisseurs repoussent les limites de la définition traditionnelle de la retraite, selon un récent rapport de Barclays Wealth.


Les gens vivent maintenant plus longtemps et ne peuvent plus de permettre de financer des retraites complètes pouvant s'étendre entre 40 et 50 ans. Avec la crise financière et le vieillissement de la population, les particuliers et les gouvernements ont de la difficulté à financer des retraites confortables si elles sont prises dès 65 ans.


De plus, les gens souhaitent demeurer actifs et en santé plus longtemps, ce qui les pousse à rester au travail, souvent à temps partiel, au-delà de la barre des 65 ans. Selon Barclays, même si les marchés venaient à se stabiliser et que l'économie reprenait du poil de la bête, la définition de la retraite ne reviendrait pas à ce qu'elle était dans le passé.


« Il est improbable que les facteurs humains en cause, c'est-à-dire la volonté des retraités de demeurer actifs et en santé, changent, explique Barclays dans son rapport. Les gens vivent aussi de plus en plus vieux, c'est également une tendance qui ne se renversera pas de si tôt. »


Dans son rapport, Barclays prédit que le concept de retraite complète deviendra bientôt dépassé. Les « jamais-retraités », comme Barclays les appelle, continueront durant tout le reste de leur vie à travailler sous une forme ou une autre.


Cette tendance créera des nouveaux défis pour les individus, leur famille et la société en général. Si on ne pense pas prendre sa retraite, on risque de ne pas planifier adéquatement ses finances et peut-être oublier de prévoir les détails de sa succession, avertit Barclays.


« Les gens qui choisissent de repousser leur retraite doivent quand même prévoir un moment logique pour transférer leur patrimoine à leurs descendants », conseiller Barclays.


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

PĂ©nurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Ă€ la recherche des prochains FAANG

Édition du 23 Février 2019 | StĂ©phane Rolland

Comment trouver l'oiseau rare? Nous avons posé la question à cinq professionnels ayant des expertises différentes.

Deux vents de face pour les producteurs d'or

Les capitaux-risqueurs ont délaissé le secteur des métaux précieux tant au Canada qu’aux États-Unis. Voici pourquoi.

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse Ă©chappe aux pertes

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.