Passer de P à M: un premier bilan des efforts d'accélération

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Octobre 2017

Passer de P à M: un premier bilan des efforts d'accélération

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Octobre 2017

Par Claudine Hébert

Les deux initiatives mises en place pour favoriser l’accélération de la croissance des entreprises québécoises ont satisfait la plupart des participants. C’est le cas, notamment, de ­Plastiques ­Moore, à ­Saint-Damien-­de-Buckland, qui a été sélectionnée

DOSSIER PME - Les PME profitent-elles réellement des initiatives d'accélération et d'amélioration développées à leur intention ? Qu'est-ce que leur rapporte le fait de figurer parmi les entreprises les plus prometteuses de la province ? Nous avons posé la question à une dizaine d'entre elles, qui avaient répondu soit aux critères de sélection de la stratégie gouvernementale PerforME, soit à ceux du programme d'accompagnement privé Adrenalys. Verdict ? Le bilan s'avère plutôt positif.


Sauf exception, les deux initiatives mises en place pour favoriser l'accélération de la croissance des entreprises québécoises ont frappé dans le mille. Sur les 10 entreprises que nous avons contactées, 8 recommandent la démarche à laquelle elles ont pris part. La grande majorité de ces petites et moyennes organisations ont profité des services-conseils d'accompagnement, en plus d'afficher un taux de satisfaction élevé relativement à l'exercice. C'est le cas, notamment, de Plastiques Moore, à Saint-Damien-de-Buckland, qui a été sélectionnée lors de la première cohorte PerforME en juin 2015.


De précieux services-conseils


«J'ai reçu un service VIP de la part du MESI [ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation]. J'ai eu droit à une planification stratégique complète qui a duré deux jours. Ce soutien a permis à l'entreprise d'enregistrer une croissance accélérée de plus de 65 % au cours des deux dernières années. C'est deux fois plus que ce que nous avions prévu», souligne Marie-Claude Guillemette, PDG de l'entreprise spécialisée en moulages de plastique par injection.


Remarquez, l'entrepreneure de la région de Bellechasse avoue qu'elle avait très peu d'attentes envers cette stratégie. «J'ai d'abord posé la candidature de l'entreprise avec un objectif très simple : celui de figurer sur une liste au cas où il se présenterait quelque chose. En fait, si je ne m'inscrivais pas, je craignais de priver l'entreprise d'un financement possible», dit-elle.


Jusqu'à maintenant, Mme Guillemette estime avoir bénéficié de précieux services-conseils dont la valeur dépasse les 75 000 $. Elle reconnaît que d'être associée à la stratégie PerforME ne lui nuit pas non plus lorsqu'elle doit rendre visite aux institutions financières. Un facteur, ajoute-t-elle, qui a largement servi lors des travaux d'agrandissement de l'usine, qui ont nécessité un investissement de 5 millions de dollars l'an dernier.


Croissance de 100 %


La stratégie PerforME a également contribué au succès d'Opsens, à Québec, elle aussi recrutée lors de la première cohorte. «PerforME nous a permis de réaliser des projets qui avaient jusque-là été retardés», signale Louis Laflamme, président de l'entreprise qui fabrique des capteurs optiques pour mesurer la pression artérielle.


Quels types de projets ? Pour des raisons confidentielles, l'entrepreneur se fait discret. Néanmoins, il soulève que l'équipe de la stratégie gouvernementale a aidé Opsens à rapatrier dans son usine de Québec des éléments de fabrication qui étaient jusqu'alors en territoire américain. «Ça améliore grandement l'efficience de notre production», indique M. Laflamme. Un coup de main qui donne des ailes à l'entreprise : elle a doublé son chiffre d'affaires au cours de la dernière année. Ses revenus sont passés de 6,6 M $ à 13,4 M $. Le nombre d'employés a lui aussi doublé, passant de 60 à 120. Plus de 85 % de la production d'Opsens est vendue hors du pays.


Le «buffet» Adrenalys


Le sentiment de satisfaction est également palpable au sein de la première cohorte du programme privé Adrenalys, qui a été dévoilée en juin 2015. «Nous avons eu droit à de très belles surprises», souligne Martin Deschênes, directeur général chez Mondou. Le dirigeant du réseau de produits et services pour le bien-être des animaux de compagnie a fortement apprécié le côté «buffet» des services d'accompagnement offerts. «La formule nous a permis d'avoir un avant-goût gratuit d'une panoplie de services. Nous avons ensuite pu les utiliser de façon plus approfondie si le besoin se présentait. Ce qui a été le cas avec le service de tests psychométriques», mentionne le gestionnaire.


«Ces tests, explique-t-il, nous ont permis de mesurer les valeurs psychométriques de l'entreprise. Ils nous ont aidés à mieux cerner qui étaient nos bons gestionnaires et qui parmi ceux-ci avaient besoin d'un meilleur soutien. De plus, le repérage de ces valeurs agit maintenant comme facteur d'attraction.»


Et la croissance de Mondou ? «Les conseils reçus pour la réalisation de nos projets vont éventuellement nous aider à atteindre une croissance annuelle de 30 %, comme c'est le cas pour la plupart des entreprises inscrites au programme Adrenalys. En attendant, cette expérience, qui nous a permis d'améliorer notre gestion du personnel, se traduit par des ventes supérieures à la moyenne de ce qui se fait dans le commerce de détail en général. Ça nous rend bien heureux», poursuit M. Deschênes.


Un Club des PDG, riche en conseils


Le président de Motion Composites, Éric Simoneau, se dit lui aussi ravi de son expérience Adrenalys. «Au-delà de la visibilité offerte par le programme, j'ai amplement profité du panier de services, de l'encadrement, y compris des activités de réseautage liées au Club des PDG.


Ces rencontres avec des entrepreneurs à succès se sont traduites par de riches conseils en gestion, en stratégie, en exportation et en innovation», raconte le fabricant de fauteuils roulants en fibre de carbone de Saint-Roch-de-l'Achigan, dans Lanaudière.


Depuis sa création en 2008, l'entreprise lanaudoise enregistre une forte croissance. Encore cette année, ses revenus vont grimper d'au moins 40 %. «Notre grand défi consiste désormais à maintenir cette croissance, ce qu'Adrenalys nous permet de faire en nous fournissant des outils pour nous réinventer et nous ressourcer. Ce programme nous a également donné un accès privilégié aux meilleures pratiques des entreprises d'ici», souligne Éric Simoneau.


De nouvelles cohortes cet automne


Le dévoilement de nouvelles cohortes se poursuivra cet automne. PerforME en sera à sa septième édition. Jusqu'à maintenant, 195 entreprises ont été sélectionnées par la stratégie gouvernementale. «L'objectif est d'atteindre le chiffre de 300 PME d'ici mars 2018», précise Pierre Hébert, directeur de la direction du développement des entreprises au MESI.


Après ? «On verra si la formule continue dans sa forme actuelle ou si elle doit être modifiée», dit-il.


Chez Adrenalys, un peu plus de deux ans après la divulgation de la première cohorte, on devrait annoncer sous peu la liste des entreprises de la deuxième cuvée. Le programme privé québécois s'apprête également à faire une percée du côté ontarien. À suivre.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER PME: UN PREMIER BILAN DES EFFORTS D’ACCÉLÉRATION


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

Et si la croissance verte était une utopie?

17/10/2018 | François Normand

BALADO - Le développement durable ne fonctionne pas, car la consommation de ressources continue d'augmenter.

À la une

En quoi #MoiAussi concerne aussi les conseils d’administration

BLOGUE INVITÉ. Voici des actions concrètes que les CA de PME peuvent poser pour gérer les risques de harcèlement.

Anfibio chausse une nouvelle génération

15/11/2018 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Cinquante ans après sa création, la PME ouvrira son premier atelier-boutique.

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.