Agro-100 peaufine son image de marque pour mieux recruter

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

Agro-100 peaufine son image de marque pour mieux recruter

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

Par Claudine Hébert
La PME vient de s'associer au Cégep régional de Lanaudière à Joliette, qui offre la technique de gestion et technologies d'entreprise agricole. En plus de fournir des produits fertilisants aux étudiants, l'entreprise invite les futurs techniciens à venir visiter ses usines. Agro-100 contribue aussi financièrement à la construction de nouvelles serres au cégep. «Une association qui améliore notre visibilité», souligne M. Beaucage. En effet, l'entreprise n'éprouve désormais plus aucune difficulté à recruter ses trois stagiaires d'été.


Toutes ces alliances avec le milieu académique sont des stratégies de recrutement saluées par l'expert en ressources humaines, Laurent Vorelli. «S'associer à des établissements scolaires peut être très bénéfique pour le recrutement. Surtout pour les PME qui évoluent dans des secteurs où la main-d'oeuvre qualifiée est rare.»


Qualité des candidats améliorée


Agro-100 récolte là où elle sème. L'entreprise de Lanaudière a opéré un virage à 180 degrés en matière de recrutement de ses représentants aux ventes. «Lorsqu'on affiche des postes, on continue de recevoir de 10 à 50 candidatures. À la différence que la qualité des dossiers des candidats est aujourd'hui supérieure à celle qu'on recevait il y a cinq ans. C'est le jour et la nuit», signale Stéphane Beaucage. Ces candidats ont désormais, au minimum, une formation collégiale en agriculture. Un facteur non négligeable pour bien maîtriser le langage agricole nécessaire afin de vendre les produits fertilisants.


Sans vouloir dévoiler son chiffre d'affaires, l'entrepreneur fait savoir que ces efforts de recrutement sont palpables en matière de distribution. Grâce à l'arrivée de ses nouvelles recrues aux ventes, le réseau est passé de 50 à près de 250 distributeurs.


Trois entrevues, trois avis


Pour le moment, Agro-100 utilise un procédé rotatif d'entrevues pour effectuer sa sélection. «Nous avons mis en place un processus de trois entrevues qui s'effectuent avec différentes personnes. De cette façon, le comité d'embauche dispose de trois avis sur les capacités du candidat à remplir les fonctions visées et à s'acclimater à l'environnement ainsi qu'aux valeurs de l'entreprise. Le choix du candidat se fait par consensus.»


Les conditions salariales n'ont jamais fait partie des éléments clés d'attraction sur lesquels voulait miser la PME. «Nous offrons des conditions similaires aux autres entreprises qui emploient des représentants. Rien pour se démarquer. Là où on est convaincu de se démarquer, c'est par notre réputation innovante et nos possibilités d'exportation», affirme M. Beaucage.


Et sur cet aspect, l'entrepreneur n'a pas tort. «Les PME doivent se méfier de ces candidats qui acceptent un emploi uniquement pour la rémunération. Si un candidat accepte le poste pour le salaire seulement, il partira dès qu'un autre employeur lui présentera une offre plus attrayante», avertit Jonathan Plourde, chasseur de têtes pour la firme Alexander Hughes.


Enfin, Agro-100 s'est vue octroyer, en 2014, la certification Employeur Remarquable du Bureau de normalisation du Québec. Ce processus de certification portait sur 68 pratiques de travail liées à la motivation du personnel de l'entreprise. Moins d'une trentaine d'organisations au Québec ont obtenu cette certification.


Avis d'expert


« L’entreprise a su se prendre en main, elle a bien réagi pour régler son problème de recrutement. Même Services Canada reconnaît désormais que les cv et les entrevues ne suffisent plus pour dénicher et reconnaître les meilleurs candidats. Il faut maintenant que la PME gère l’activité que ces actions génèrent. Elle aurait donc tout avantage à utiliser des outils d’analyse de recrutement pour mieux identifier ses perles rares. » – Martin Foster, directeur principal de Groupe Prévision Succès


PME : savoir se réinventer


Série 2 de 7. Cette série montre la réalité des PME québécoises au moyen d'exemples de réussite inspirants. Pour chacun d'eux, elle propose une analyse des stratégies mises en place et des résultats obtenus.


Cliquez ici pour consulter le dossier «PME: savoir se réinventer»


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.

Les spiritueux prennent racine

Édition du 21 Avril 2018 | Claudine Hébert

Quels sont les ingrédients du succès du marché de la distillerie ? Des producteurs ingénieux qui s'abreuvent aux ...

À la une

Stella-Jones est entre de bonnes mains, après le départ des fondateurs

Le transfert d'actionnariat réglé, le fabricant de poteaux et de traverse peut se consacrer à son plan de relance.

DavidsTea vendra maintenant ses thés en épicerie

Il s'agit d'un revirement de stratégie complet pour la montréalaise, inscrite au Nasdaq.

D-Box réduit sa perte nette au premier trimestre

D-Box a vu sa perte nette reculer à 229 000$ pour son 1er trimestre, grâce à une hausse de 17% de ses revenus.