Patrice Drouin, gestionnaire de l’extrême

Publié le 07/03/2011 à 13:32, mis à jour le 11/03/2011 à 12:40

Patrice Drouin, gestionnaire de l’extrême

Publié le 07/03/2011 à 13:32, mis à jour le 11/03/2011 à 12:40

Par Dominique Froment

L’homme derrière le Crashed Ice, le vélo de montagne et le surf des neiges, c’est Patrice Drouin, le patron de la société de gestion événementielle Gestev. Il a fait du Crashed Ice un succès planétaire. « C’est devenu l’événement phare de Red Bull dans le monde », affirme-t-il. Du 17 au 19 mars, des patineurs casse-cou dévaleront un parcours glacé spectaculaire aménagé dans le Vieux-Québec lors de la 6e édition du Crashed Ice de Québec.
L’histoire remonte à 2004. Alors que la  société autrichienne venait de lancer sa boisson énergisante au Canada, elle a approché M. Drouin pour lui demander de créer un événement au Québec. Gestev s’est exécuté, avec une fête de la planche à roulettes à Québec, place d’Youville, pour la Saint-Jean en 2005. Toutefois, Red Bull souhaitait un événement d’hiver. Patrice Drouin a fait le tour des événements extrêmes commandités par Red Bull dans le monde et a jeté son dévolu sur le Crashed Ice de Stockholm, en Suède.


Red Bull voulait tenir le Crashed Ice à Montréal
Red Bull voulait tenir l’événement dans la métropole. « J’ai parcouru Montréal d’un bout à l’autre et fini par imaginer un parcours partant de la cathédrale Marie-Reine-du-Monde et descendant vers le Vieux-Montréal, raconte M. Drouin, 50 ans. Mais la Ville a refusé et je la comprends; fermer ce secteur du centre-ville à la circulation pendant deux jours aurait causé des problèmes importants. »
Gestev a trouvé à Québec le décor rêvé par son commanditaire : du parlement à la place d’Youville. Le premier Crashed Ice, qui devait d’ailleurs être le seul, a eu lieu en 2006. Le succès fut tel que Red Bull a mis M. Drouin au défi de lui trouver un tracé encore plus spectaculaire.
Depuis 2007, le parcours débute du mythique Château Frontenac et dévale le Vieux-Québec en passant par la place Royale. L’an dernier, l’événement a attiré 120 000 visiteurs; cette année, pour la première fois, il s’étendra sur trois jours.
Pour donner plus d’evergure au Crashed Ice, Red Bull a créé l’an dernier un championnat du monde, qui se tiendra cette année à Québec, Munich, Moscou et Valkenberg, aux Pays-Bas.
D’autres villes se joindront au circuit au cours des prochaines années. « Nous allons créer des règlements et former des juges pour mieux encadrer ces compétitions », précise M. Drouin.


Propulsé par le vélo de montagne
Patrice Drouin s’était fait une réputation enviable d’organisateur avec le vélo de montagne, en contribuant à en faire un sport olympique. Pas étonnant qu’en 1997, la Fédération internationale de ski (FIS) prenne contact avec lui pour organiser une étape de la Coupe du monde de surf des neiges à Québec. La 14e édition de cette compétition s’est tenue à Stoneham, du 14 au 20 février.
« Gestev est le seul partenaire du monde en matière d’organisation d’événements depuis 20 ans pour l’Union cycliste internationale et depuis 14 ans pour la FIS », lance fièrement M. Drouin.
Depuis 2008, Gestev gère la Baie de Beauport, un site superbe mais mal exploité, dont le gouvernement du Canada a fait cadeau à la Ville de Québec pour son 400e anniversaire. Son mandat est de rendre l’endroit festif en aménageant des aires de baignade, de patinage, de pique-nique, etc.
Parmi les futurs projets de Gestev figure la Transat Québec – Saint-Malo, dont le départ se fera de Québec le 23 juillet 2012. « L’événement a lieu tous les quatre ans, mais le conseil d’administration aimerait le tenir tous les deux ans. » M. Drouin pense qu’il a de très bonnes chances de décrocher le contrat.
En outre, Gestev organisera, du 16 au 27 janvier 2013, le Championnat du monde de surf des neiges.
Pour chaque événement, Gestev touche des frais de gestion proportionnels au budget de celui-ci. Les éventuels surplus sont retournés à la société sans but lucratif promotrice de l’événement et réinjectés dans les éditions subséquentes. Aucun membre de Gestev, qui emploie 31 personnes, ne siège au conseil des événements qu’elle gère.


Un bilan environnemental à améliorer
« Tous les événements dans le monde – concerts, festivals, compétitions sportives, etc. – sont peut-être aussi dommageables pour l’environnement que les grandes sociétés industrielles, lance sans complaisance Patrice Drouin, pdg de Gestev, gestionnaire notamment du Red Bull Crashed Ice de Québec. Nous dépensons beaucoup d’énergie et produisons des tonnes de déchets. Ça n’a pas de bon sens, il faut arrêter ça. »
Dans ce but, Gestev a adopté il y a trois ans une politique de développement durable baptisée GesteVert : « Notre objectif est de devenir, d’ici cinq ans, le plus écoresponsable qu’il est possible de l’être dans notre industrie et d’exporter ensuite notre savoir-faire à l’étranger. »
M. Drouin tient aussi à ce que ses événements aient une portée sociale. En offrant par exemple à des organismes d’aide aux personnes défavorisées les lunchs qui n’auront pas été mangés par les bénévoles. Il proposera bientôt également de verser aux organisations caritatives une somme d’argent pour chaque bénévole recruté.

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Sur LesAffaires cette semaine: Couche-Tard, Le Château et Descartes Systems

01/09/2014 | Yannick Clérouin

Couche-Tard et Descartes devraient afficher une bonne croissance, mais dans les deux cas, la clé reste les acquisitions.

Pas envie de bosser? J'ai un truc génial pour vous!

BLOGUE. Vous avez une tonne de choses à faire au travail. Et pas le coeur de vous y mettre. Pas de panique!

L'occasion est belle pour Apple de se comporter à nouveau comme Wayne Gretzky

01/09/2014 | René Vézina

Pour illustrer le sens de l'innovation chez Apple, Steve Jobs aimait citer Wayne Gretzky. Celui qui est encore ...