Les Touilleurs mélangent passion et succès commercial

Publié le 19/02/2011 à 00:00, mis à jour le 17/02/2011 à 10:37

Les Touilleurs mélangent passion et succès commercial

Publié le 19/02/2011 à 00:00, mis à jour le 17/02/2011 à 10:37

Par Pierre Théroux

Sylvain Côté et François Longpré, deux amateurs de cuisine avoués, ont réussi à transformer leur passion pour l'art culinaire en succès commercial.


" C'est à la base de notre projet ", dit Sylvain Côté, diplômé de l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec et titulaire d'un certificat en gestion d'entreprises de HEC Montréal. " Je n'applique pas ce que j'ai appris à l'école... C'est la passion et l'instinct qui ont pris le dessus sur toutes les notions de marketing et de rendement que j'ai étudiées ", précise celui qui a été longtemps consultant en informatique avant de se lancer dans l'aventure entrepreneuriale en 2002.


" On arrivait au début de la quarantaine et on avait le goût de faire autre chose ", explique François Longpré, qui a pour sa part délaissé son métier de comédien pour transformer son amour de la gastronomie en gagne-pain.


Un parcours planifié


Dès le lancement de l'entreprise, après avoir laissé mijoter le concept pendant deux ans et y avoir consacré toutes leurs économies, ils avaient déjà un plan d'affaires bien établi. Les Touilleurs, ce serait d'abord une boutique, à laquelle s'ajouterait une cuisine pour offrir des ateliers à la clientèle, puis une émission de télévision.


" Notre parcours était planifié dès le départ ", dit M. Côté. " Et on voulait en faire un lieu de partage et d'apprentissage ", ajoute M. Longpré, en précisant que la boutique new-yorkaise Dean & Deluca et la chaîne américaine Williams-Sonoma ont été des sources d'inspiration. Sans oublier le magasin Arthur Quentin, l'un des premiers commerces montréalais à offrir des articles de cuisine de qualité et qui existe encore 30 ans après sa fondation.


Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Vendre Tim ou garder King Hortons? Tout un dilemme

Les actionnaires se font offrir un prix d’or pour Tim Hortons. Doivent-ils vendre ou rester actionnaire de King Hortons?

Les Canadiens paient plus de 500 M$ par année pour des factures imprimées

16:09

Les Canadiens paient cher pour recevoir des exemplaires imprimés de leurs factures et leurs états de compte.

Bourse: les marchés prennent leur souffle, la Nationale gagne 3%

16:51 | LesAffaires.com et AFP

Dans une séance sans mouvement, Toronto recule légèrement avec Tim Hortons. La Nationale gagne 3%.