Second Life : les moches au secours de la planète

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Second Life : les moches au secours de la planète

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Thibaut Martelain et Quentin Dumoulin veulent contrer le gaspillage de produits alimentaires.

Chaque année au Québec, plus de 30 000 tonnes de produits alimentaires propres à la consommation sont jetées aux ordures. Pour contrer ce gaspillage, Quentin Dumoulin et Thibaut Martelain ont fondé Second Life, une plateforme Web qui se consacre à la vente de fruits et de légumes moches.


«Quentin et moi sommes originaires de la France. Là-bas, on parle beaucoup du gaspillage alimentaire, et plusieurs initiatives y ont été lancées afin de tenter d'en venir à bout. Au Québec, encore peu de gens ont entrepris de s'attaquer à ce problème, alors nous y avons décelé une occasion d'affaires», explique Thibaut Martelain, qui vit à Montréal depuis quelques années, à l'instar de son associé et compatriote.


Dans le but de trouver un modèle d'entreprise viable, les deux jeunes hommes ont discuté avec de nombreux producteurs et propriétaires de supermarchés, tant au Québec qu'en France. «Ceux qui achètent des fruits et des légumes moches sont généralement plus ouverts d'esprit et soucieux de l'environnement, ce qui correspond à une clientèle plus jeune. Comme celle-ci est plus portée sur les nouvelles technologies, nous avons choisi de vendre nos produits sur un site Internet plutôt que dans un kiosque», indique Thibaut Martelain, qui est fraîchement diplômé de HEC Montréal.


La plateforme n'a été mise en place qu'en mars dernier, mais déjà quelque 600 commandes y ont été passées. «Nous avons ainsi sauvé pas loin de 3,5 tonnes de produits parfaitement consommables de la poubelle», se réjouit Thibaut Martelain.


Le succès est tel que les deux amis veulent maintenant passer à la vitesse supérieure. «Nous songeons à nous doter d'un entrepôt, afin de pouvoir stocker nos produits. Pour l'instant, faute d'avoir un tel espace, nous devons récupérer les fruits et les légumes auprès des producteurs le jour de la livraison ou la veille. Nous voulons aussi élargir notre offre. Car des produits déclassés, il n'y en a pas que dans les fruits et légumes : des pâtes ou des fromages qui ne peuvent être vendus parce qu'il leur manque quelques grammes ou parce qu'ils sont cassés, ça existe aussi», révèle M. Martelain. Les moches - et les deux entrepreneurs - ont donc de beaux jours devant eux.


Cliquez ici pour consulter le dossier PME: des idées à revendre

À suivre dans cette section


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0 - 2018

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Hydro-Québec voit l'Asie dans sa soupe

23/10/2017 | François Normand

Ces deux pays asiatiques deviennent des marchés de plus en plus importants pour Hydro-Québec. Voici pourquoi.

Tout vendre avant la correction?

Édition du 21 Octobre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. Il n'y a pas de refuge miracle, mais voici quelques façons de vous protéger.

Aldo renonce à une acquisition annoncée en grande pompe

23/10/2017 | Martin Jolicoeur

Annoncée en grande pompe en août dernier, l’acquisition de l’américaine Camuto Group a finalement avorté.