Innover avec peu de moyens, c'est possible

Publié le 22/10/2015 à 08:00

Innover avec peu de moyens, c'est possible

Publié le 22/10/2015 à 08:00

Comment être créatif lorsqu’on a peu de moyens ? Que ce soit pour mettre au point des solutions innovantes, les financer ou les commercialiser, voici quelques conseils d’experts de la petite entreprise.


Cliquez ici pour consulter le dossier PME: des idées à revendre


1. Se comparer


Pour amener quelque chose de différent sur le marché, quoi de mieux que l’étalonnage (benchmarking) ? « Il ne faut pas hésiter à aller visiter des salons à l’extérieur, où l’on pourra voir qui sont les leaders et les dernières technologies disponibles », souligne Claude Ananou, maître d’enseignement au Département de management de HEC Montréal. Chaque secteur d’activité a ses événements clés. « On dit souvent que c’est Milan et Paris pour la mode, l’Allemagne pour l’industrie… Que l’on soit exposant ou simple visiteur, on peut s’en sortir à peu de frais et être au courant des tendances », ajoute-t-il.


2. Miser sur son intuition


Faire confiance à son intuition reste un très bon moyen de se démarquer. « L’intuition se développe comme un muscle. Vous pouvez vous entraîner à prévoir quelles seront les tendances à court, moyen et long terme dans un domaine. Écrivez-les sur un bout de papier et lisez-le 6 à 12 mois plus tard pour voir si vous avez vu juste », conseille Claude Ananou. Une capacité qui pourra être mise à profit pour vous ajuster lorsqu’un changement (technologique, économique, sociologique ou légal) surviendra au sein de votre marché. « Ceux qui ont prévu le repli du commerce de détail ont pu se préparer et commencer à tester de nouvelles choses », ajoute M. Ananou.


3. Susciter la participation de ses employés


Puisqu’il est bon de valoriser le côté intuitif du chef d’entreprise, pourquoi ne pas le faire aussi auprès des salariés ? Si votre livreur revient de sa tournée avec des observations pour améliorer le processus ou le produit, et qu’en tenir compte ne vous coûte pas plus cher, cela peut vous permettre de créer un nouveau service, d’aborder un nouveau marché ou d’améliorer votre efficacité, suggère M. Ananou.


« Lorsque les ressources sont peu nombreuses, il faut également veiller à croiser les expertises et à avoir toujours une vue d’ensemble sur les projets, pour entrevoir plus loin que la prochaine étape », ajoute Guy Belletête, cofondateur et vice-président aux affaires stratégiques de l’Institut de développement de produits.


4. Élargir ses horizons


L’innovation technologique n’est pas la seule manière de se différencier. « On peut être le premier dans son domaine à changer le réseau de distribution, le mode de communication, voire le mode de rémunération de ses employés. On le voit avec le financement participatif (crowdfunding) qui propose une nouvelle façon de recueillir de l’argent et qui fait concurrence aux institutions bancaires », souligne Claude Ananou.


5. Tester son idée auprès du marché


Selon Guy Belletête, les entrepreneurs québécois ne manquent pas d’idées, mais oublient souvent d’en valider le potentiel auprès du marché visé. « Il est important de ne pas rester seul avec ses idées et de les tester le plus rapidement possible pour s’adapter à la réalité du marché. » Selon lui, cette phase de tests n’est pas nécessairement coûteuse : « On peut effectuer une partie de l’étude de marché soi-même, grâce à de nombreux outils accessibles en ligne qui permettent de réaliser des tests en fonction du public visé », précise M. Belletête.


6. Chercher de l’aide


Les PME en manque de ressources peuvent solliciter l’aide des gouvernements et des organismes locaux de développement économique, ainsi que le Conseil national de recherches Canada (CNRC) qui a mis en place un fonds pour aider les PME à innover. « Vous pouvez aussi faire appel aux universités qui appuient les entreprises par l’intermédiaire de partenariats de recherche », souligne Guy Belletête.


7. Viser une démarche lean


La méthode lean, ou gestion allégée, s’avère valable jusque dans la rédaction du plan d’affaires : « Tout ce qui est planifié doit être hyperflexible, car les entreprises doivent pouvoir se retourner très rapidement », souligne M. Ananou.


Cliquez ici pour consulter le dossier PME: des idées à revendre

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: