Doubler les dons d'ici 2026, un défi de taille

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2018

Doubler les dons d'ici 2026, un défi de taille

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2018

Avec l’environnement, qui subit des pressions toujours plus grandes, les besoins en dons aux organismes à but non lucratif risquent d’augmenter drastiquement. [Photo : 123RF]

Les entreprises canadiennes donnent toujours plus. Reste que le milieu de la philanthropie ne sera pas à court de défis d'ici les prochaines années : financement potentiellement insuffisant pour répondre à une demande croissante, nécessité de soutenir les opérations, bénévoles à recruter et à motiver. Quelles solutions prioriser ?


La demande pour les services offerts par les organismes à but non lucratif (OBNL) canadiens pourrait augmenter d'ici 2026, de telle sorte que ceux-ci devront, s'ils veulent continuer d'y répondre, recueillir 25 milliards de dollars en dons additionnels, soit environ le double de ce qu'ils recueillent actuellement. Pourquoi cette tendance, quelles en sont les conséquences potentielles et comment y répondre ?


Selon l'organisme derrière ces chiffres, Imagine Canada, les causes du phénomène anticipé sont multiples : le vieillissement de la population, qui risque de faire croître la demande de services de soutien ; l'immigration, qui engendre des besoins croissants ; l'environnement, qui subit des pressions toujours plus grandes ; et la pauvreté.


Advenant la réalisation de ces prédictions, les conséquences pourraient être sérieuses pour la population, estime Bruce MacDonald, le PDG d'Imagine Canada, qui vise à appuyer et à renforcer les organismes caritatifs et sans but lucratif du pays. Le manque à gagner que prévoit son organisme n'apparaîtra toutefois sur aucun bilan comptable. S'il se concrétise, il se traduira par une incapacité des organismes caritatifs à servir leur clientèle.


«Disons que vous êtes un parent, que votre enfant commence à présenter les symptômes d'un certain trouble de santé mentale, et que vous appelez un organisme local spécialisé. Celui-ci pourrait alors bien vous dire qu'il n'accepte plus de nouveaux clients d'ici un an», illustre M. MacDonald.


Que faire pour prévenir le déficit prévu ? Plusieurs solutions sont envisagées par différents experts du milieu philanthropique. Bon nombre d'entre elles se résument à des efforts d'optimisation.


Subventionner mieux


Les organismes de philanthropie sont évidemment toujours ouverts à recevoir plus d'argent du gouvernement, reconnaît M. MacDonald. Mais une solution plus réaliste, plus facile à mettre en place et, malgré tout, très avantageuse pour les organismes, consisterait simplement, pour les différents ordres de gouvernement, à revoir la façon dont ils les financent.


Pour le moment, par exemple, les subventions accordées le sont souvent pour une période d'un an. Le problème avec cette façon de faire est que les organismes sont incapables de planifier au-delà de leur exercice financier parce qu'ils n'ont du financement que pour un an, explique M. MacDonald. «Donc, aussitôt que vous recevez l'argent et mettez en oeuvre votre programme, vous devez vous replonger dans votre prochaine demande de fonds, dit-il. Si les subventions couvraient une période de trois ou de cinq ans, par exemple, ce serait beaucoup plus efficace.»


Le PDG d'Imagine Canada croit également que le gouvernement gagnerait à laisser les OBNL avoir accès à certaines subventions, entre autres des subventions de développement d'entreprises, qui sont pour l'instant offertes seulement aux entreprises. «Pour le gouvernement, permettre aux organismes d'avoir accès à ces fonds ne représente pas une dépense additionnelle, dit M. MacDonald. Il s'agit simplement de réviser les règles.»


Collaborer pour mieux servir


Pour répondre à la demande croissante de service, le directeur général de la Fondation Dr Clown, Martin Goyette, croit qu'il est irréaliste de changer la culture et les comportements de la population pour attirer plus de dons. Lui aussi estime que le secteur devra viser des gains d'efficacité.


À son avis, les organismes actifs dans un même milieu devraient se parler davantage et travailler de concert pour mieux servir leur clientèle. «Prenons l'exemple des organismes qui offrent aux aînés des services à domicile, dit M. Goyette. Travaillent-ils main dans la main pour s'assurer que la couverture est parfaite et qu'il n'y a pas de services offerts en double ? Je crois qu'il y a là de belles possibilités d'amélioration.»


Dans un contexte de rareté des fonds, cet exercice deviendra, selon M. Goyette, toujours plus important. Les grands donateurs pourraient même être amenés à jouer un plus grand rôle, un rôle de coordonnateur qui sait qui fait quoi et qui peut aider les organismes à déterminer les joueurs qui peuvent prendre le relais là où eux s'arrêtent. «Le donateur optimise alors son don, explique M. Goyette. Il s'assure de maximiser son impact.»


Par ailleurs, les grands bailleurs de fonds s’engagent aujourd’hui plus que jamais à long terme dans une cause. En s’engageant ainsi, ils s’assurent de bien connaître le milieu dans lequel ils s’impliquent et d’en avoir une vue d’ensemble plus complète. C’est là une excellente stratégie, croit M. Goyette. Une stratégie qui pourrait même éventuellement changer leur manière de travailler.


Pour le moment, les grands donateurs fonctionnent par demandes de fonds : les organismes leur soumettent une demande, que ­ceux-ci évaluent avant de choisir les meilleures. Mais d’ici les prochaines années, ils pourraient être tentés de faire l’inverse, soit de s’appuyer sur leurs connaissances du milieu pour proposer des projets à un ensemble de joueurs, tirant ainsi le maximum de résultats de leurs dons.


« ­Si le déficit se réalise, nous n’aurons pas le choix de redoubler d’efforts pour nous assurer que chaque dollar est bien utilisé, dit M. Goyette. Nous avons déjà plusieurs belles pistes à explorer. »


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PHILANTHROPIE: POUR UN SECTEUR EN SANTÉ»


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'Accueil ­Bonneau remporte un prix d'innovation sociale

Édition du 12 Janvier 2019 | Les Affaires

Cette récompense est remise à un organisme canadien qui met en place des solutions pour régler les problèmes sociaux.

Anaëlle ­Béglet, la première lauréate de la bourse ­Diversité à l’écran de Québecor

Édition du 12 Janvier 2019 | Les Affaires

La ­Bourse ­Diversité à l’écran ­Québecor est remise par la ­Fondation ­Fabienne ­Colas.

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.

Une perspective à long terme remet les pendules à l'heure

18/01/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Malgré nos impressions, la volatilité en 2018 était un peu sous la moyenne des 20 dernières années.

Les tarifs: bref historique et perspective actuelle

BLOGUE INVITÉ. La guerre des tarifs entre la Chine et les États-Unis fait bien peur, mais ce n'est rien de nouveau!