Immigration: des entreprises tentent la voie du regroupement

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Immigration: des entreprises tentent la voie du regroupement

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Septembre 2018

Par Martin Jolicoeur

[Photo: 123RF]


Six entreprises de la région de Portneuf, près de Québec, ont peut-être trouvé dans leur regroupement, la solution à leurs difficultés persistantes de recrutement de main-d’œuvre à l’international?


Plutôt que de continuer de subir chacun de leur côté les dédales administratifs qui accompagnent souvent les procédures d’immigration de travailleurs étrangers, le groupe d’entreprises a décidé de tenter l’expérience de la création d’une coopérative vouée au recrutement de main-d’œuvre étrangère.


Cette idée nouvelle est venue des discussions que le député conservateur, Joël Godin, a depuis des années avec les dirigeants d’entreprises du comté de Portneuf–Jacques-Cartier. Précisément, ce comté regroupe les territoires des MRC de La Jacques-Cartier et de Portneuf, ainsi que de la municipalité de Saint-Augustin-de-Desmaures.


« Ils ont tous des problèmes de pénurie de main-d’œuvre. Le recrutement est difficile. Et comme leurs besoins individuels sont variables et limités, lorsqu’on les compare à d’autres plus grandes entreprises, l’attention qu’ils reçoivent des agences de recrutement international n’est pas toujours à la hauteur. »


Projet pilote de deux ans


C’est ainsi que le groupe de six employeurs du comté, formé de Biscuits Leclerc, Structure Ultratec, Freneco, Preverco, Polycor, et Sélection du pâtissier, ont accepté de se lancer dans l’aventure pour la durée d’un projet pilote de deux ans. Pendant cette période, chaque entreprise a accepté de contribuer au fonctionnement de la coopérative à la hauteur de 40 000$ par année, en échange de quoi elles pourront disposer de dix travailleurs étrangers chacun. 


Ces travailleurs non spécialisés demeureraient sous la responsabilité de la coopérative qui, en plus de les recruter et de développer — ce faisant — une expertise en la matière, verraient à les placer dans les entreprises participantes selon leurs besoins. Un même travailleur pourrait donc par exemple travailler cinq mois pour une entreprise et sept mois pour une autre, sans que chacune n’ait à engager de procédures administratives séparées (permis de travail, etc.).


Dérogation demandée


Le hic est qu’en devenant l’employeur, une telle coopérative conviendrait à une règle qui limite à 10 % la proportion de travailleurs étrangers temporaires dans une même entreprise. Le député demande donc au gouvernement une dérogation afin qu’une telle coopérative, agissant comme intermédiaire pour ses membres, puisse gérer un bassin de plusieurs dizaines de travailleurs étrangers, sans contrevenir à la loi.


Également, pour permettre une meilleure intégration des immigrants temporaires, le député fédéral demande au gouvernement libéral de Justin Trudeau qu’il permette, le temps du projet pilote, que la coopérative ainsi formée par les entreprises de la région, de faire venir les travailleurs pour une période de deux ans plutôt qu’une seule. 


Six mois de démarches


Actuellement, un employeur peut faire appel à un travailleur étranger non qualifié pour une période qui se limite souvent qu’à un an. Au terme de cette période, le travailleur est tenu de retourner dans son pays d’origine et l’employeur doit reprendre de longues et souvent coûteuses démarches afin de prolonger son permis de travail, ou encore de recruter un nouveau candidat. 


Pour chaque période de travail d’un an, fait-il valoir, ces démarches peuvent prendre un minimum de six mois. De plus longues périodes de séjour permettraient aux employeurs de ralentir le cycle continu de formation de nouveaux travailleurs, et offriraient à ces derniers (les immigrants temporaires) une chance réelle de commencer à s’intégrer en vue d’une éventuelle immigration permanente.


Des demandes en ce sens ont été présentées le printemps dernier au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed D. Hussen. À la mi-septembre, le député comme les entreprises n’avaient pas encore reçu de réponse du ministre. Convaincu du sérieux de l’expérience pilote envisagée, Joël Godin demeure confiant et entend ramener le dossier cet automne à l’agenda des débats de la Chambre des communes.


 


Lisez notre série de textes sur l'immigration, comme solution à l'actuelle pénurie de main-d'oeuvre:


Immigration comme solution aux quatre coins du Québec


Immigration: des entreprises tentent la voie du regroupement


Immigration: des réticences bien ancrées


Pénurie: recourir à la main-d'oeuvre marginalisée de Montréal


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE: LES SOLUTIONS»


 


Lisez mes derniers textes / Rejoignez-moi sur Linkedin / Suivez-moi sur Twitter 


 


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Faites appel à l'immigration, mais sans improvisation

Édition du 29 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

Enjeu chaud de l'actuelle campagne électorale provinciale, l'immigration est perçue comme l'une des principales ...

Immigration: des réticences bien ancrées

Édition du 29 Septembre 2018 | Martin Jolicoeur

La question des travailleurs immigrants demeure un sujet délicat pour le milieu politique. Il en va de même pour...

À la une

Les pros sont encore plus prudents

Découvrez comment les gestionnaires avaient échafaudé leur portefeuille à l'arrivée de l'automne.

La santé publique se prépare à la légalisation du cannabis

14:05 | AFP

L'entrée en vigueur de la légalisation du cannabis suscite toujours de vives inquiétudes.

Pas un jeu d'enfant, les enjeux légaux reliés au cannabis

Édition du 06 Octobre 2018 | Simon Lord

Malgré la légalisation, les producteurs ne sont pas à court d'aspects légaux à comprendre.