Christian Gilbert: aux premières loges de l'automatisation

Publié le 13/09/2016 à 13:36

Christian Gilbert: aux premières loges de l'automatisation

Publié le 13/09/2016 à 13:36

Christian Gilbert (Crédit : Institut national des mines)

C’est un peu par hasard que Christian Gilbert a intégré le domaine minier. Ce n’était même « pas du tout » son premier choix, dit-il, malgré qu’il soit né à Val-d’Or. Son dada, c’est d’abord et avant tout l’automatisation : concevoir et fabriquer des systèmes de production afin de les rendre partiellement ou totalement automatisés.


Découvrez d'autres articles sur l'exploration minière.


« J’ai toujours été intéressé par la robotique », dit-il. « Dans mon choix de cours au cégep, j’avais le choix entre informatique et automatisation. Dans le premier, si tu fais une erreur, l’écran devient bleu et tout s’arrête. Dans le second, si tu fais une erreur, il y a un danger, un impact réel. » C’est justement cet aspect « réel » plutôt que simplement virtuel qui le fera trancher pour l’automatisation.


Christian Gilbert a donc quitté son Abitibi natale pour entreprendre à Montréal un baccalauréat en génie de production automatisée à l’École de technologie supérieure. Mais ce n’était que pour mieux revenir. En choisissant de faire son stage chez Meglab, un concepteur et fabriquant d’équipements électroniques et électriques basé à Val-d’Or, Christian Gilbert retourne rapidement auprès de sa famille.


C’est seulement alors qu’il découvre le domaine minier. « Je ne savais même pas qu’il y avait de l’automatisation dans le secteur », dit-il. Depuis son embauche à Meglab à la fin de son stage, son travail consiste à concevoir, programmer et installer des systèmes automatisés pour les mines souterraines de la région.


« Sous terre, on fait principalement du pompage et de la ventilation », dit-il. Dans ce dernier cas, il s’agit d’optimiser l’approvisionnement en air de façon à réduire le gaspillage, qui fait augmenter les factures d’électricité et de chauffage.


« On a des mines au Québec où la ventilation ne s’active que lorsque c’est nécessaire », dit-il. « C’est nous qui avons intégré la ventilation sur demande à la mine Éléonore. Les équipements sont à 400 mètres sous terre, mais ils sont contrôlés de la surface, avec des caméras. Les employés portent des puces, ce qui permet de savoir qui se trouve où exactement. On est capable de voir que, par exemple, il y a deux personnes dans telle zone et donc, ça nous prend tant d’air et pas plus. » Une première dans le secteur, selon lui.


L’automatisation s’étend de plus en plus aux véhicules eux-mêmes, qui sont désormais en mesure de se rendre tous seuls sur leurs différents lieux de travail. « On est rendu là, au Québec », assure Christian Gilbert.


Découvrez d'autres articles sur l'exploration minière.


 

À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Un nouveau quartier naîtra aux abords du Pont Jacques-Cartier

Laissé à l'abandon depuis des décennies, le développement de ce quadrilatère améliorera l'image du secteur.

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit

Mis à jour à 16:26 | AFP

À deux mois et demi de la date prévue de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, l'incertitude persiste.

Legault courtisera de nouveaux investisseurs étrangers en France

En une année, le Québec transige davantage avec l’État américain du Texas qu’avec la France tout entière.