TMA utilise un procédé de moulage unique au pays

Publié le 10/12/2012 à 11:16, mis à jour le 10/12/2012 à 14:11

TMA utilise un procédé de moulage unique au pays

Publié le 10/12/2012 à 11:16, mis à jour le 10/12/2012 à 14:11

Par Ulysse Bergeron

Le Centre de métallurgie du Québec a mis au point un procédé de moulage à basse pression unique au pays. Le procédé a permis la fabrication de couvercles de batteries robuste et étanche qui répond aux critères de l'industrie des voitures électriques.


«Le procédé de moulage à basse pression permet la production de pièces très résistantes», indique d'entrée de jeu Gheorghe Marin, directeur général du CMQ. Il permet d'éliminer la porosité des pièces.


Dans le cas des couvercles de batteries, «cela empêche les gaz et les substances dangereuses qu'on retrouve dans ce type de batterie de s'échapper», explique-t-il.


Pour l'essentiel, ce procédé de moulage utilise un moule en fonte ou en acier. Toutefois, au lieu d’utiliser la gravité comme force de remplissage, un mélange de gaz est pressurisé dans une chambre hermétique qui renferme le creuset.


Ainsi, la pression exercée sur le mélange force le remplissage de la cavité. Un procédé qui prévient l’apparition de défauts de moulage.


Les pièces sont alors produites de façon répétitive avec un procédé dont les paramètres peuvent être contrôlé de manière à optimiser le remplissage et de diminuer les turbulences. Le procédé est ainsi plus efficace que le remplissage avec un creuset conventionnel.


Le CMQ assure la recherche et le développement du procédé de moulage à basse pression depuis 2009.
«Nous continuons d'adapter le procédé afin qu'il puisse servir à d'autres types de pièces», dit Gheorghe Marin.


Pour ce faire, le centre collabore avec TMA, située à Trois-Rivières, une fonderie de métaux légers spécialisée dans les alliages de magnésium et d'aluminium. TMA applique le procédé dans une production à grande échelle.


Le procédé est déjà utilisé à des fins commerciales. TMA produit des couvercles étanche des batteries qu'on retrouve dans la Bluecar, une petite voiture électrique produites par le géant français Bolloré.


Gheorghe Marin explique que TMA a décroché un contrat auprès de Bathium Canada, une filiale canadienne du constructeur français qui produit et commercialise une batterie au lithium.


À l'heure actuelle, le CMQ et TMA ont coulé environ 12 000 couvercles de batterie par procédé de moulage à basse pression. Et le nombre pourrait croître


Le potentiel est notable. Quoique conçues pour la BlueCar, ces batteries pourraient s'adapter à tout type de véhicules électriques, a déjà fait savoir les dirigeants de Bathium Canada.


Qui plus est, le procédé pourrait être utilisé dans d'autres secteurs que celui du transport, dit Gheorghe Marin.


«Le moulage basse pression pourrait servir à la production de boîtier pour luminaires, par exemple, ou une gamme d'appareils électroniques.» Ne reste plus qu'à défricher les marchés.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le Québec profitera-t-il du boom des métaux pour les batteries ?

Édition du 28 Juillet 2018 | Simon Lord

Les véhicules électriques prennent leur essor : en 2030, on devait en compter 125 millions dans le monde, selon ...

Kintavar souhaite que son projet de cuivre soit d'envergure mondiale

Édition du 28 Juillet 2018 | François Normand

La société junior d'exploration minière Kintavar exploration (KTR ; 0,40 $) se rapproche de son objectif d'amasser ...

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?