Ces diplômes qui peuvent accélérer votre carrière

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Août 2016

Ces diplômes qui peuvent accélérer votre carrière

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Août 2016

Les dirigeants québécois sont à la traîne par rapport à ceux des États-Unis en matière de formation supérieure. La situation est toutefois appelée à changer, puisque les entrepreneurs québécois cherchent à mieux s'outiller pour faire face aux nouveaux défis du monde des affaires.


Cliquez ici pour consulter le dossier MBA : Un ascenseur vers le poste de pdg


Ainsi, 25 % des chefs des 100 plus grands employeurs québécois (selon le classement des 500 plus grandes entreprises du Québec réalisé par Les Affaires en 2016) ont un diplôme de MBA ou de EMBA (MBA pour cadres), par rapport à 35 % des dirigeants des grandes et moyennes entreprises américaines (selon une étude de l'Université Duke). À l'échelle mondiale, le pdg de 31 % des 500 plus grandes entreprises a un MBA, selon le classement 2016 du Financial Times.


Un avantage concurrentiel


Jean Gattuso est entré chez Industries Lassonde en 1997 comme directeur marketing et a été nommé président en 2012. Dans la quarantaine, alors qu'il avait accédé au poste de directeur général, il a décidé de suivre un MBA «pour rafraîchir mes connaissances et continuer à accompagner l'entreprise dans sa croissance», explique l'homme de 60 ans. Celui qui avait déjà un baccalauréat en commerce de l'Université McGill a décroché le MBA de l'UQAM en 1997.


«Au début de mes études, on ne parlait pas de la notion de création de valeur. En actualisant mes connaissances et en favorisant les échanges avec des gens d'affaires de secteurs très divers, le MBA m'a donné plus de perspectives et une base d'analyse», poursuit le président du groupe agroalimentaire de Rougemont, qui emploie 2 200 personnes dans le monde.


«Un MBA peut propulser à un poste de pdg. C'est un passeport qui procure un avantage concurrentiel sur les autres candidats», assure Éric Larouche, directeur de comptes majeurs pour cadres et gestionnaires chez Trudeau Dupré Ressources humaines, une agence de recrutement à Montréal.


C'est «un accélérateur de carrière», affirme pour sa part Caroline Starecky, présidente de Coaching et Cie. «À compétences égales, le fait qu'un candidat ait un MBA pèse dans la balance. Cela apporte des points supplémentaires aux critères d'évaluation des candidats», dit-elle.


Pourtant, faire un MBA pour atteindre un poste de pdg «n'est pas un concept encore bien ancré dans la culture d'affaires francophone», observe Éric Larouche. C'est ce qui expliquerait que la proportion de chefs de grandes entreprises québécoises à avoir un MBA soit moindre qu'aux États-Unis, où «c'est de loin le diplôme le plus fréquent à ce niveau dans les grandes entreprises», selon Pierre Chaigneau, professeur agrégé en finance à HEC Montréal.


Pour Emilio Imbriglio, 56 ans, président et chef de la direction du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) à Montréal, suivre un programme de MBA allait de soi. Il dit sentir les effets positifs de ce diplôme encore aujourd'hui, plus de 30 ans après l'avoir décroché à l'Université McGill au début de sa carrière, trois ans après avoir obtenu le titre de comptable agréé. «J'avais déjà les connaissances techniques, mais cela ne faisait pas de moi un gestionnaire, alors que le MBA donne des compétences complémentaires», souligne Emilio Imbriglio.


Des apprentissages qui servent toute la vie


Son passage au MBA a été un révélateur : «Cela a enclenché une remise en cause chez moi, et j'ai voulu devenir entrepreneur», se souvient-il. L'année de l'obtention de son diplôme, il a donc quitté son emploi dans le cabinet EY, à l'époque Clarkson Gordon, pour lancer son cabinet de comptabilité qu'il a conservé pendant près de 12 ans.


Ambassadeur de la nouvelle cohorte de l'EMBA de l'Université Concordia, Emilio Imbriglio est persuadé que son MBA «a été utile pour accéder à mon poste actuel». «Ce que j'ai accompli, c'est grâce à ce que j'ai appris au MBA. J'ai acquis des outils de gestion moderne, une façon de penser et le réflexe de me mettre à jour et de rester en permanence à l'affût des nouveautés.»


«Je suis sûr que j'applique encore ce que j'ai assimilé sur l'art de parler en public, l'écoute, la communication», estime le pdg du plus grand cabinet comptable du Québec (2 300 employés). Actuellement, «étant donné mes fonctions, je me sers plus des outils acquis durant ma formation de MBA que [de ceux emmagasinés durant ma formation] de CPA [comptable professionnel agréé]», constate Emilio Imbriglio. Ce dernier n'a jamais arrêté d'approfondir ses connaissances, puisqu'il a suivi au moins cinq formations universitaires depuis son MBA. «C'est une exigence de se tenir à jour. Cela permet [de développer] de nouveaux outils de gestion.» Grant Thornton, établie à Londres, met actuellement en oeuvre une stratégie de déploiement mondial. Comme président du comité du budget de la firme, Emilio Imbriglio doit toujours être au fait des dernières tendances.


Pas un gage de succès


Si Emilio Imbriglio attribue plusieurs de ses réussites à son MBA, il juge ce dernier «pas indispensable» pour mener une carrière.


Le MBA, c'est avant tout «un encadrement et une discipline», dit pour sa part Jean Gattuso.


«Le MBA est un outil, pas une finalité ni un gage de succès. Il ne remplace pas des années d'expérience», juge Éric Larouche. «Il prouve que la personne a appris des compétences, mais pas qu'elle les a intégrées. Il révèle aussi une volonté, une discipline et une rigueur. Après, tout dépend de l'individu et de ses qualités personnelles. Le MBA vaut d'ailleurs plus s'il est fait après avoir acquis de l'expérience», soutient Caroline Starecky.


La preuve en est le délai entre la date d'obtention du diplôme et celle d'accession au poste de pdg, qui est d'environ 17 ans en moyenne au Québec, selon notre tableau. De nombreux entrepreneurs ont fait leur MBA très tôt dans leur carrière. Ils ont donc dû accumuler ensuite de l'expérience avant de pouvoir devenir de hauts dirigeants.


Les préoccupations grandissantes en matière de gouvernance au cours des dernières années ont entraîné une vigilance accrue dans le choix des dirigeants d'entreprise. Une tendance qui pourrait favoriser une augmentation du nombre de chefs d'entreprise diplômés d'un MBA. «L'avantage du MBA, c'est qu'il prouve que la personne a des compétences générales en gestion, ce qui compte beaucoup dans les choix des hauts dirigeants aujourd'hui, et qu'il a été sélectionné pour faire partie de la cohorte», souligne Pierre Chaigneau.


Mais pour l'instant, au Québec, «ce n'est pas le premier critère de choix», assure Bruno Déry, président et chef de la direction du Collège des administrateurs de sociétés. Selon lui, «c'est l'expérience qui compte le plus lors de la sélection des candidats».


Un MBA au Québec ou à l'étranger ?


Les pdg des grandes entreprises québécoises s'expatrient rarement pour décrocher un MBA d'une université américaine ou européenne de renom. Ils suivent plutôt le programme dans une université proche de leur lieu de vie personnelle et professionnelle.


Ainsi, seulement 6 des 23 diplômés MBA à la tête d'une des 100 plus grandes sociétés québécoises, selon le classement des 500 de Les Affaires, ont suivi un programme à l'extérieur du pays. Six autres pdg ont obtenu leur diplôme en Ontario, comme David McKay, le pdg de la Banque Royale du Canada, qui est diplômé de l'Ivey Business School de la University of Western Ontario, ou le pdg du Groupe TD, Bharat Masrani, diplômé de la Schulich School of Business de York University.


Emilio Imbriglio, de RCGT, avait un temps pensé à aller faire son MBA à l'étranger «pour avoir le titre d'une grande université américaine et avoir une envergure internationale». Mais au moment de poser sa candidature, «j'avais un emploi qui me plaisait beaucoup, je ne voulais pas le quitter». C'est pourquoi il a finalement choisi de suivre le programme de l'Université McGill. Un choix qu'il n'a «jamais regretté», tant la qualité du cursus était haute. «Nous avons d'excellents programmes de MBA au Québec», affirme-t-il.


Ils sont donc peu à avoir tenté l'aventure hors des frontières, tel Blaise Renaud, pdg de la chaîne de librairies Renaud-Bray, qui est allé décrocher un MBA à l'École supérieure des affaires de Beyrouth, au Liban, ou Paul Desmarais Jr, qui a étudié à l'INSEAD, en France.


Autre fait à souligner : une seule femme, Marie-Claude Houle, présidente de ebc, une firme de construction, figure parmi les pdg des plus grandes entreprises détenant un MBA. Elle pourrait toutefois être moins seule à l'avenir, au vu de la composition de la prochaine cohorte de l'EMBA McGill-HEC Montréal, qui affiche la parité pour la première fois dans l'histoire du programme.


Cliquez ici pour consulter le dossier MBA : Un ascenseur vers le poste de pdg



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Formation des cadres

Édition du 25 Août 2018 | Marie-Pier Frappier

Le nouveau partenariat entre les deux écoles proposera au futurs cadres des programmes de développement professionnel ...

À quoi ressemblera le nouveau pavillon de HEC au centre-ville de Montréal ?

05/02/2018 | Martin Jolicoeur

L’institution d’enseignement universitaire lève le voile sur l’allure de son futur pavillon du centre-ville de Montréal.

OPINION Les brèves de la semaine
Édition du 23 Septembre 2017 | Les Affaires
Les brèves de la semaine
Édition du 12 Août 2017 | Les Affaires
La start-up qui offre des billets à 50% du prix coûtant
01/06/2017 | Matthieu Charest

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.