Un observatoire sur les fintechs créé par l'UQAR

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Janvier 2017

Un observatoire sur les fintechs créé par l'UQAR

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Janvier 2017

[Photo : Shutterstock]

Blockchain, robots-conseillers, portefeuilles électroniques... Les métiers des secteurs financiers seront, dans les prochaines années, particulièrement touchés par l'évolution des fintechs, les nouvelles technologies appliquées au domaine des services financiers. Avec des diplômés du MBA, l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) a mis sur pied le FinTech Lab pour réfléchir aux conséquences de ces changements.


Le FinTech Lab réunit des enseignants de l'UQAR et des diplômés du MBA pour cadres de l'Université. Son but est d'étudier tous les nouveaux enjeux liés à l'avènement des technologies dans le domaine des finances. Les thèmes abordés seront les impacts socioéconomiques des technologies financières, l'intrapreneuriat dans les institutions financières, les modèles d'affaires des start-up en fintechs, les effets du blockchain sur les transactions financières, les enjeux de cybersécurité transactionnelle, l'Internet des objets et des services financiers, les robots-conseillers, insurtech et gestion du patrimoine, et les systèmes complexes adaptifs (Complex Adaptive Systems).


«Aujourd'hui, tous les modèles d'affaires sont à réinventer étant donné la révolution que vont causer les nouvelles technologies. C'est le moment opportun pour y penser, car nous avons du retard au Québec sur ces questions», affirme Richard-Marc Lacasse, le responsable du MBA pour cadres à l'UQAR. L'Université considère qu'il est très important de préparer les étudiants du MBA pour cadres en ce sens afin qu'ils accompagnent leurs entreprises dans ce changement, voire qu'ils sensibilisent celles qui en sont le moins conscientes, et soient de réels acteurs de changement. Le programme de MBA du campus de Lévis de l'UQAR compte en effet de nombreux professionnels de l'industrie des assurances et des services financiers, des secteurs très présents dans la région de Québec, le deuxième hub de l'assurance et des services financiers au Canada, qui compte une dizaine de sièges sociaux majeurs et près de 400 entreprises actives.


Recherche appliquée


Forte de l'accent «intrapreneuriat» donné à son programme de MBA pour cadres en 2012, l'UQAR tient à conscientiser ses étudiants et à leur faire prendre des initiatives, en particulier dans le domaine de l'adaptation préventive aux changements causés par les fintechs: «Étant donné l'avènement de l'Internet des objets, de l'intelligence artificielle et des plateformes numériques, vous devez encouragerla réinvention du modèle d'affaires de votre employeur malgré les résistances de votre supérieur immédiat», lance Richard-Marc Lacasse.


Un impératif dont les étudiants au MBA ne sont pas toujours conscients quand ils commencent leprogramme. «Souvent, ils n'ont pas de notion en fintechs, note Richard-Marc Lacasse. Par conséquent, nous avons ajouté au programme plusieurs projets d'intégration liés au phénomène de la plateforme numérique en ligne, intelligente et connectée et aux nouveaux modèles d'affaires.»


Afin de poursuivre son action, l'UQAR a décidé de s'appuyer sur son réseau de diplômés du MBA, très présents dans l'industrie de l'assurance et des services financiers, pour mettre en place son FinTech Lab. Celui-ci comprendra un volet de recherche appliquée réalisé par les enseignants à l'origine de la création du laboratoire et par les étudiants qui «réfléchiront sur tous les concepts et sur la manière dont ils peuvent les adapter à leurs entreprises», précise Richard-Marc Lacasse, qui envisage aussi d'étendre le spectre d'action du laboratoire par la création d'un accélérateur d'entreprises en fintechs.


Le laboratoire en est encore à ses débuts. Le site Internet http://fintechlab.ca/, offert en français et en anglais, sera bientôt traduit dans d'autres langues, dont l'arabe et l'espagnol. Un étudiant travaille déjà au blockchain pour une compagnie d'assurances, et un autre s'intéresse aux effets des robots dans l'assurance sur la réglementation.


RETOUR AU DOSSIER MBA POUR CADRES ET DIRIGEANTS


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Blockchain: le premier bloc

22/10/2018 | Francis Nadeau

BLOGUE INVITÉ. Est-ce que l'information actuelle répond aux questions des gestionnaires? Je dirais que non.

L'ether, une cryptomonnaie victime du succès de sa blockchain

21/09/2018 | AFP

Si l’ensemble des cryptomonnaies a connu un début de mois difficile, l’ether a lâché près de 20 % en trois semaines.

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.