Aînés connectés : un marché prometteur


Édition du 15 Septembre 2018

Aînés connectés : un marché prometteur


Édition du 15 Septembre 2018

Plus de 4 500 retraités ont bénéficié des services de François Boulais, formateur aux usagers chez InserTech, pour se familiariser avec leurs ordinateurs portables et leurs tablettes.

Pour répondre à la demande croissante des aînés qui veulent apprendre à manipuler les nouvelles technologies, le gouvernement du Québec a mis en place le programme Québec ami des aînés (QADA) en 2015. Ce dernier vise à initier les plus de 50 ans aux outils 2.0 par des ateliers désormais offerts dans plus de 45 résidences québécoises. François Boulais, formateur aux usagers pour InserTech, accompagne les aînés membres de ce programme depuis ses débuts. Plus de 4 500 retraités ont bénéficié de ses services pour se familiariser avec leurs ordinateurs portables et leurs tablettes.


Chloé Machillot - En quoi consiste votre travail ?


François Boulais - Je me déplace dans les résidences avec du matériel portable pour donner des séances d'initiation technologique aux aînés. Dans un premier temps, je leur présente les outils, le vocabulaire et toute la partie théorique. Ensuite, on aborde la pratique. On fait ça avec des ordinateurs ou des tablettes. Ces dernières sont souvent plus appréciées, ils les trouvent plus faciles à utiliser et les associent davantage au divertissement. J'organise aussi des mini-conférences dans les locaux d'InserTech, où les élèves expérimentés peuvent venir poser des questions et apprendre à utiliser des outils plus avancés comme Windows 10 ou une galerie de gestion de photos.


C.M. - Quelles sont les principales motivations de vos élèves ?


F.B. - Ils souhaitent être plus autonomes relativement aux technologies, car de plus en plus de services sont maintenant offerts en ligne. Les ordonnances médicales, les formulaires de pension, les manipulations bancaires, par exemple. Beaucoup recherchent aussi l'accès à des divertissements. Ceux qui redoutent les maladies cognitives voient les jeux en ligne comme une occasion de faire travailler leur tête. Enfin, Internet facilite la communication avec les proches. C'est grand, le Québec ! Ceux qui ont de la famille en région peuvent ainsi garder contact plus facilement. C'est d'ailleurs souvent les enfants et petits-enfants qui leur offrent leur première tablette et les incitent à s'y connecter.


C.M. - À quel point les nouvelles technologies suscitent-elles l'intérêt des aînés ?


F.B. - La curiosité des aînés pour ces outils est croissante, c'est certain. On pense souvent que les personnes âgées ne sont pas concernées par les nouvelles technologies, mais c'est faux. Elles ont de plus en plus le souci de s'en rapprocher et cela crée de nombreuses occasions pour les entreprises. La formation, l'accompagnement, la réparation et le dépannage sont des secteurs prometteurs. Le développement de services mobiles également, car ils pourraient surmonter la difficulté grandissante de ces clients à se déplacer.


C.M. - Quelles sont les difficultés les plus fréquentes ?


F.B. - Le premier obstacle est de mettre les nouveaux connectés à l'aise, car ils voient souvent les technologies comme quelque chose de compliqué, mais se sentent obligés de s'y mettre. Beaucoup ont peur d'abîmer le matériel et que cela engendre des coûts élevés pour le réparer. D'autres sont angoissés par ce qu'ils ont lu sur la cybersécurité... Les limitations physiques créent aussi des réticences. Certains aînés ont les mains moins agiles, alors la manipulation de la souris ou la précision de la tablette sont parfois compliquées. Pour éviter qu'ils ne se découragent, il faut prendre le temps nécessaire et adapter les outils en fonction de leurs limitations physiques. On peut, par exemple, changer la dimension du texte dans les réglages ou réorganiser leurs applications et logiciels de façon à ce qu'ils les trouvent facilement quand ils allument leur appareil.


C.M. - Quelles sont les attitudes essentielles à adopter par rapport à une clientèle âgée ?


F.B. - La patience, l'écoute et le respect sont trois qualités incontournables pour interagir avec eux. C'est important de s'adapter à leur définition du respect, qui n'est pas forcément la même que celle d'un groupe d'élèves trentenaires. Ils sont plus attentifs au vocabulaire, au vouvoiement et à la tenue. Il faut aussi faire attention aux concepts qu'on tient pour acquis, mais qui ne sont pas si évidents pour eux au début. Par exemple, au lieu de dire «Cliquez sur le lien», on peut préciser «Faites un simple clic du bouton gauche sur le lien». Enfin, j'utilise des références culturelles de leur génération pour favoriser le contact. C'est important de leur rappeler qu'Internet n'est pas réservé aux jeunes.


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «MARCHÉ DES AÎNÉS»


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

3 conseils pour une fonction formation plus stratégique

BLOGUE. Les experts en formation aident les autres à apprendre, mais ils apprennent eux aussi. Geneviève Dionne, ...

Vos outils de communication interne sont-ils dépassés?

BLOGUE. Certes, le mémo papier a été relégué aux oubliettes depuis longtemps. Mais ...

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

15/02/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

15/02/2019 | Daniel Germain

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

15/02/2019 | Daniel Germain

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.